Niger, La rentrée dans les universités publiques paralysée par une grève des enseignants

Niger, La rentrée dans les universités publiques paralysée par une grève des enseignants Une  grève des enseignants chercheurs déclenchée ce lundi pour des promesses non tenues  paralyse la rentrée dans les universités publiques du Niger  fixée pour ce jour, a constaté  l’ANP.
le Syndicat National des Enseignants Chercheurs du Supérieur (SNECS) a déclenché une grève qui va jusqu’au lundi 10 septembre pour exiger la poursuite électorale à l’Université Dan Dicko de Maradi ainsi que le règlement des arriérés de tous leurs droits statutaires en souffrance dans les universités publiques du Niger.
L’ANP n’a pas pu obtenir une réaction du Ministère de l’Enseignement supérieur par rapport au mouvement des universitaires.
Ce matin, Les rares  étudiants ayant fait le déplacement dans les différentes facultés de l’université Abdou Moumouni Dioffo de Niamey , la principale université du pays, ont constaté l’absence des enseignants.
Le comité directeur de l’union des scolaires nigériens (USN) de son côté s’est réuni ce lundi en séance extraordinaire pour entretenir ses militants de la situation socio politique sur la vie de la nation et de la situation académique, selon le secrétaire général de l’USN Idder Algabid .
IL a relevé dans son point de presse, les promesses non tenues par le gouvernement ; l’exclusion et la détention de cinq de leurs camarades dans les prisons du pays suite au déclenchement d’une grève illimitée par les étudiants au cours de l’année 2017-2018.


Le secrétaire général de l’USN  a indiqué que l’arrêté pris par le ministère de l’enseignement supérieur encadrant  l’aide sociale aux étudiants non boursiers est «  une bonne chose car il permet de satisfaire les ayants droit « conformément à l’esprit dans lequel elle est instituée ».
Les universités privées du pays ont effectué  leur rentrée académique tandis qu’au ministère de l’enseignement supérieur, on poursuit les préparatifs pour les étudiants boursiers de l’extérieur.
Le Niger compte 8 universités publiques souvent paralysées par des mouvements des étudiants ou des enseignants pour diverses revendications.
MHM/ CA/ANP- 006 Septembre 2018

03 septembre 2018
Source : http://www.anp.ne/

Imprimer