8ème Edition de l’Examen unique de certification en santé : Rehausser la qualité de la formation et des prestations sanitaires au Niger

Le ministre de la Santé publique Dr Idi Illiassou Maïnassara a procédé, hier 3 septembre 2018, au CEG 11 de Niamey, en présence du Gouverneur de Niamey M. Issaka Hassane Karanta, au lancement de la 8ème Edition de l’examen unique de certification en santé. Cet examen unique vise comme objectif principal, selon les organisateurs, le rehaussement de la qualité de la formation initiale en santé à travers l’application des règles de qualité dans les enseignements, l’harmonisation des conditions d’accès aux filières de formation, la dénomination des diplômes délivrés et leurs équivalences, la durée de la formation et le contenu même des programmes. Cette année, sur un total de 3.109 dossiers des candidats toutes filières confondues reçus et examinés, 2.798 ont été autorisés à passer l’examen, Les 311 dossiers rejetés n’ont pas satisfait aux critères exigés, soit un taux de rejets de 10% contre 2% en 2017.

Procédant audit lancement, le ministre Maïnassara a indiqué que, cet Examen est le couronnement d’un long processus de réforme de la formation initiale entamé son département ministériel depuis plusieurs années. ‘‘Ce processus a débouché sur l’harmonisation des programmes de formation à l’occasion d’un atelier tenu en Juin 2008 à Kollo. Depuis 2011, le Ministère de la Santé Publique s’attèle à organiser chaque année un examen unique de certification en santé’’, a-t-il précisé. Selon le ministre de la Santé, le but poursuivi par l’organisation de cet examen unique, le ministre a indiqué qu’il consiste à garantir une meilleure santé à nos populations tout en mettant l’accent sur l’offre des soins de qualité par un personnel bien formé, compétent et motivé. ‘‘En harmonisant les programmes de formation et en instituant un Examen Unique de Certification, le Niger met ainsi en œuvre les recommandations de l’Organisation Ouest Africaine de Santé (OOAS), cadre de régulation en matière de santé de notre espace sous régional commun’’, ajouté Dr Maïnassara.

Après avoir ouvert la 1ère enveloppe, scellée à la cire, contenant les épreuves dudit examen le ministre Idi Illiassou Maïnassara, a appelé les candidats à être attentifs aux questions et à éviter toute tentative de fraude, ‘‘qui peut être fatale pour tout candidat’’. ‘‘Je tiens à rappeler à tous les acteurs et en particulier aux candidats qu’aucun manquement ne sera toléré’’, a-t-il averti. Il leurs a ensuite souhaité bonne chance et beaucoup de courage. A l’endroit des différents organisateurs, Dr Idi Illiassou Maïnassara a eu ces mots : ‘‘Permettez-moi, au nom des plus hautes Autorités du Niger de féliciter tous les membres de la Commission Nationale, ceux des Commissions Régionales ainsi que tous les responsables des écoles et instituts publics et privés de formation en santé pour les efforts fournis tout au long de ce processus afin que nos résultats soient couronnés de succès’’.

Quant au Gouverneur de Niamey, il a indiqué que le Niger n’a plus besoin d’agents incompétents et inefficaces, d’où le choix minutieux et sélectif, sur la base des diplômes authentifiés et des stages pratiques concluants, opéré par la commission en charge de l’organisation dudit examen. ‘‘C’est pour cela que les membres de cette commission ont travaillé cinq mois durant pour préparer cet examen. Car il s’agit de recruter des agents qui vont traiter, soigner et guérir des patients pas de ceux qui vont les achever’’, a clamé M. Karanta, avant de souhaiter bonne chance aux meilleurs. Notons que cet examen concerne aussi bien les cadres de base (niveau BEPC) comme les cadres supérieurs (niveau BAC) de la santé.

Mahamadou Diallo

04 septembre 2018
Source : http://lesahel.org/

Imprimer