Airtel Niger

Forfait Albarka

Secteur de l'education : Plusieurs contractuels arrêtés à Dosso

Diplome Faux Niger Décidément, le Ministre de l'Enseignement Primaire, de l'Alphabétisation, de la Promotion des Langues Nationales et de l'Education Civique, Daouda Mamadou Marthé est décidé à faire le toilettage dans le secteur relevant de ses compétences. Plusieurs contractuels de l'Education, détenteurs de faux diplômes, viennent d'être placés sous les verrous dans la région de Dosso.

Deux (2) à Gaya, six (6) dans le Boboye, trois (3) à Loga, ce sont les chiffres provisoires dont nous disposons pour le moment. Selon une source régionale, la liste des interpellations est loin d'être épuisée. Les faux diplômes détectés se chiffreraient en centaines. Les autres régions ne tarderont pas à emboîter le pas à celle de Dosso, annonce- t-on dans le secteur de l'Education. Pour l'heure, on n'enregistre aucune réaction de la part des syndicats du secteur principalement du Syndicat National des Contractuels et Fonctionnaires de l'Education de Base (SYNACEB) qui regorge l'essentiel des enseignants contractuels concernés par cette chasse aux faux diplômes.

Ces arrestations font justement suite à l'opération authentification des diplômes des enseignants contractuels engagée par le Ministre en charge de l'Enseignement Primaire, Docteur Daouda Mamadou Marthé en avril dernier. Pour cette opération, il partait alors du postulat que les diplômes avaient un lien avec la baisse de niveau des enseignants relevée par plusieurs tests et études. En mars déjà, lorsqu'il avait lancé le principe de l'évaluation du niveau des enseignants, des faux diplômes avaient été repérés dans les dossiers déposés. A ce niveau déjà, le Ministre Marthé avait annoncé 300 faux diplômes détectés. En février dernier, plusieurs enseignants (contractuels comme titulaires) ainsi que de nombreux responsables de l'administration scolaire avaient été placés sous les verrous.

Ce n'est pas la première fois que la question de faux diplômes fait l'objet de fouilles au sein de l'administration publique nigérienne. Tout de même, il faut reconnaître que cette fois-ci, l'ampleur de l'opération est sans commune mesure.

O.M

11 mai 2017
Source : La Nation

Imprimer E-mail

Education