L’Association des Parents d’Elèves/Etudiants plaide pour une accalmie dans les établissements scolaires

L’école en tant qu’institution, un lieu d’apprentissage et de transmission du savoir, ne saurait accomplir sa mission sans implication pleine et entière d’un certain nombre d’acteurs que sont l’Etat ; les enseignants ; les élèves et leurs parents. La responsabilité de ces derniers est d’autant plus grande en ce sens qu’ils sont les premiers à éduquer l’enfant à travers la cellule familiale. C’est dans cette perspective que l’Association des Parents d’Élèves et Etudiants (APE/E) est pleinement engagée aux côtés des autorités et des autres acteurs en vue d’un climat apaisé dans les écoles.

Selon le président régional de l’Association des Parents d’Élèves/Etudiants, M. Amadou Souley, le mardi 24 septembre 2019, une équipe de l’Association des Parents d’Élèves/Etudiants (APE/E) a été invitée à la réception des fournitures scolaires. « C’est pour dire que l’association est vraiment impliquée dans le processus d’une rentrée scolaire effective. En tant que structure des parents d’élèves, nous sommes motivés à accueillir la rentrée surtout que l’Etat de son coté s’active pour mettre à la disposition de nos enfants des fournitures scolaires. Nous fondons juste l’espoir que ces fournitures scolaires puissent être distribuées aux élèves pour lesquels elles sont destinées. Il faut que l’ensemble de la chaine de l’école joue son rôle pour une meilleure transparence dans la distribution de ces fournitures scolaires », a relevé le président régional de l’APE/E.

Par ailleurs, il faut reconnaitre que les effectifs des élèves sont en perpétuelle hausse pendant que les moyens de l’Etat sont limités. C’est consciente de cet état de fait que l’Association des Parents d’Élèves et Etudiants estime que les parents doivent fournir plus d’efforts dans l’éducation de leurs enfants en complétant ceux déjà consentis par l’Etat. « Nous savons bien que l’Etat ne peut pas tout prendre en charge comme par le passé. Nous devons accompagner nos enfants afin qu’ils soient mis dans les conditions à même d’étudier. Nos rapports avec l’Etat et les enseignants sont exemplaires. Nous sommes convaincus que tant que le dialogue n’est pas rompu, les acteurs parviendront à trouver un terrain d’entente quel que soit le problème qui les oppose. Nous sommes en train d’œuvrer pour que l’école nigérienne retrouve ses valeurs d’antan», a souligné M. Amadou Souley.

Evoquant la baisse du niveau des élèves, le président régional de l’Association des Parents d’Élèves et Etudiants a sans détour précisé que les enfants n’étudient pas. « Ils ne se donnent pas le temps d’apprendre leurs leçons à la maison alors que l’Etat est en train de faire des efforts pour que ces enfants réussissent. Notre système éducatif est complètement à terre. Il faut aujourd’hui une bonne dose de pédagogie dans l’enseignement pour espérer un changement positif du système. Notre responsabilité en tant que parents d’élèves est d’accompagner l’Etat en assurant le suivi régulier de nos enfants. Nous exhortons les parents d’élèves à suivre leurs enfants un ou deux mois après la rentrée en s’informant auprès des responsables de l’école », a suggéré le président régional de l’Association des Parents d’Élèves et Etudiants. Toutefois, pour que l’école nigérienne revienne sur les rails, le président régional de l’APE/E estime qu’il faut réintroduire les syllabaires dans le programme d’enseignement. « Tant qu’un enfant n’a pas une bonne base dans la formation, il ne réussira pas. Avec les syllabaires, un enfant sait lire ; écrire et parler correctement la langue française. En ce début d’année scolaire 2019-2020, nous lançons un appel à l’Etat afin qu’il mette les enseignants dans les conditions minimales de travail. En ce qui concerne les parents d’élèves, ils doivent veiller à ce que leurs enfants aillent à l’école pour étudier », a conseillé M. Amadou Souley.

Hassane Daouda

1er octobre 2019
Source : http://www.lesahel.org/

Imprimer E-mail

Education