jeudi, 18 octobre 2012 08:47

Fait divers : qui sensibilise qui ?

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Sida Niger 01En matière de sensibilisation, notre monde a tellement évolué que des techniques les plus sophistiquées ont vu le jour. Les gens sont partis jusque dans la jungle latine pour emprunter des techniques comme le théâtre

forum. D’office, le profil des sensibilisateurs a profondément évolué, comme pour dire que n’importe qui ne peut pas être un animateur de masses.

 

Niamey un jeudi matin. Salle de réunion d’une ONG spécialisée dans les questions des IST/VIH. Fadima doit aller dans la brousse de Tillabéry pour une intervention sur le sida. Fadima, je ne saurai vous dire la conviction avec laquelle elle fait son travail d’animatrice. Dans tout Niamey, il n’y a pas comme elle en matière de connaissance du sida. Elle maîtrise les modes de transmission comme pas possible ! Elle maîtrise les différents stades de la maladie comme pas possible ! Cela sans parler des méthodes préventives qu’elle enseigne avec zèle partout où elle a animé. Bref, à Niamey comme dans les villages où elle intervient, Fadima est devenue une experte en matière de sensibilisation dans un combat sans merci qu’elle mène contre la stigmatisation : « on peut cohabiter sans problème avec un séropositif » ; « On peut boire et manger dans la même tasse qu’un séropositif » ; « on peut serrer la main sans problème à un séropositif » ; Fadima sait tout ce qu’il faut pour bien vivre avec les personnes vivant avec le VIH.

Elle attend impatiemment un personnage peu ordinaire qui doit l’accompagner pour aller témoigner. A côté d’elle, il y avait un homme en basin richement brodé avec lequel elle échange de petits propos pour rompre d’avec la monotonie de l’attente. Deux heures déjà qu’elle attend cet homme courageux qui va aller convaincre ses frères de l’existence réelle de cette maladie qui fait des ravages. L’homme assis à ses côtés est très aimable et il respire une santé de fer. Très grand et très gros, cet homme ne peut être qu’un des bailleurs de fonds de l’ONG. Fadima commence à avoir l’eau à la bouche. A chaque fois que leurs regards se croisent, elle fronce les sourcils pour attirer son attention. Malheureusement, l’homme lui répond toujours par un regard désintéressé, presque perdu, donnant l’impression d’avoir d’autres sujets de préoccupation. Néanmoins, à force d’insister, Fadima réussit à arracher un petit sourire à cet homme étrange. Encouragée, Fadima se rapproche de l’homme, prête à lâcher du lest. C’est à cet instant précis que monsieur l’indélicat coordonnateur de l’ONG choisit pour faire irruption dans la salle. Il s’excuse du retard accusé et lâche : « Pardonnez- moi de vous avoir fait attendre ; on attendait le véhicule ; vous pouvez partir ». Fadima s’empresse de demander : « Mais il est où le séropositif ? ». « Je suis là à côté de toi », dit l’homme que Fadima cherchait à séduire depuis. Fadima sursaute et se détache de l’homme assis à ses côtés. Elle est visiblement mal à l’aise et de grosses gouttes de sueurs perlent son front. Pour se contenir et ne pas perdre la face, elle demande au superviseur de lui donner un peu d’eau. Il disparaît et revient avec une tasse pleine d’eau. Le séropositif se saisit de la tasse et avale trois gorgées d’eau avant de passer la tasse à Fadima. Encore une incartade ! Fadima se met à bouillonner, ne sachant quelle attitude adopter. Doit-elle boire dans cette tasse dans laquelle un séropositif vient de se désaltérer ? Néanmoins, elle se saisit de la tasse, prenant bien soin que ses doigts ne croisent pas ceux du séropositif ; on ne sait jamais, le sida est une maladie qui n’est pas encore très bien cernée, même par les agents de sensibilisation. Fadima fait un geste brusque, anodin mais qui eut l’avantage de faire choir la tasse qu’elle tient en main. Exprès ou pas, Fadima vient de se débarrasser de la tasse et de son contenu. On ne sait plus si le « ouf » qu’elle a poussé est un signe de regret ou de soulagement. Qui est con pour attraper bêtement le sida ?

BIZO 

18  octobre 2012 
Publié le 15 octobre 2012
Source : Le Canard Déchaîné

 {module 583}

Dernière modification le dimanche, 21 octobre 2012 21:08