Sanef 2018

samedi, 01 décembre 2012 22:22

Fait divers : aucun autre homme que l'époux de sa soeur

Évaluer cet élément
(0 Votes)

 Mariage civilPassion ou folie, appeler cela comme vous voulez, Nafissa elle n'en a que dalle. Pour elle, c'est Sani ou rien. Une union pourtant impossible ! Mais peut-on lutter contre la passion du coeur ? En tout cas pour sa passion à elle, la petite soeur de Maimouna a failli commettre l'irréparable.

 

L'affaire se passe dans un quartier huppé de la capitale là où en ce moment les grands immeubles poussent comme des cheveux sur la tête d'un crâne rasé. Nous laissons nos lecteurs creuser leur imagination pour situer le coin. Au soir du mercredi 21 novembre 2012, à l'heure où les écrans annonçaient la grande édition du journal de Télé Sahel, des cris de détresse partent du domicile des parents de Nafissa, une maison à trois étages clôturée par un grand mur en béton extérieurement couvert de fleurs. Les premiers sur les lieux furent évidemment les parents de la jeune fille qui venait de tomber d'une fenêtre du niveau supérieur du bâtiment c'està- dire du 3ème étage. Puis vinrent quelques minutes plus tard quelques voisins. C'est le père de la victime lui-même qui se chargera de l'organisation du secours. Nafissa, dans son état d'évanouissement fut rapidement conduite dans une clinique privée. Miracle et soulagement, plus de peur que de mal. Pas la moindre égratignure, la jeune étudiante de 24 ans avait de la chance d'avoir gagné sa seconde vie. Comment est-ce que cet accident est arrivé ? La réponse à cette question bien connue et dissimilée par la famille de Nafissa ne va pas tarder à sortir des quatre murs de leur concession. Ne dit-on pas que tout ce qui pourrit dans l'eau finira par rejaillir ! Ache dey, ce qui était arrivé ce 21 novembre 2012 n'était pas un accident et aurait pu se produire depuis fort longtemps. La fille à papa avait tout bêtement tenté de se suicider. Et tenez vous bien pour une histoire de coeur. Précisons bien les choses d'avantage : pour une histoire d'homme. Comme quoi la progestérone ne pardonne pas. Le mec pour qui elle allait commettre l'irréparable n'est pas le plus beau prince charmant de la terre. Tout de même, elle ne pouvait s'imaginait un homme dans sa vie que Sani. Et tenez-vous bien que ce Sani n'est autre que l'époux à sa soeur Maimouna. Au tout départ, personne dans la famille ne pouvait s'imaginer que Nafissa pourrait être capable d'arriver à une telle conclusion et à une telle extrémité. Il y a six ans de cela, alors qu'elle n'était que dans la fleur de l'âge, sa soeur ainée Maimouna convolait en noces avec son mec, Sani, jeune fonctionnaire international. Elle suivit alors le couple avant de revenir au bercail trois ans après pour préparer son baccalauréat. Nafissa était rentrée en famille avec sa tête bien pleine des mots doux de son beau frère qui l'appelait affectueusement " chérie ", " ma douce ", " ma femme ". Ces vocables restèrent collés dans ses oreilles comme une véritable déclaration d'amour. Ses parents pensaient qu'en grandissant elle allait enfin rencontrer son homme et se rendre à l'évidence que Sani était pour sa soeur. Mais la fille à papa avait malheureusement refusé de grandir et quand sa mère a voulu lui mettre l'amère vérité dans sa tête, ce qui ne devrait jamais se produire se produisit, c'est-à-dire le choc.

Omar Kané

1er décembre 2012
publié le 28 novembre 2012
Source : Le Courrier

Dernière modification le mercredi, 05 décembre 2012 04:58