Orange Money 300%

jeudi, 17 janvier 2013 06:18

Quand les droits de l'homme déchirent la vie d'un couple du quartier Boukoki

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Quand nous parlons de l'homme dans le présent fait divers, il faut le comprendre dans son sens universel celui qui embrasse aussi la femme. Donc c'est des vrais vrais " droits de l'homme " dont il est ici question. Rakia, l'épouse de Guéro qui croit que l'égalité des êtres humains n'est qu'une vérité des paperasses et des " grandes gueules " de la société civile va l'apprendre à ses dépens.

Entre mars et novembre 2012, le couple Rakia/Guéro est à son 17ème dame de ménage. Chers lecteurs prenez vos calculettes. Non, laissez nous faire à votre place. Ce n'est qu'une simple opération qui peut se faire mentalement. Ça donne une moyenne de 2, 125 dames de ménage par mois, disons 2/mois dans la mesure où on ne peut diviser les êtres humains à la manière des choses. Qu'est-ce qui peut bien expliquer cette façon de les changer aussi vite que cela ? Sont-elles toutes mauvaises ? Une seule réponse pour ces deux questions et qui se résument à un nom : Rakia, la maitresse de maison de la famille Guéro. Pour elle, toutes les 17 dames qui se sont succédé dans son ménage sont même pipe même tabac. Autrement dit, elle n'est pas encore tombée sur la bonne graine. La 18ème va donc arriver et c'est elle qui va réussir à révolutionner à jamais le comportement de l'épouse de Guéro.

Tenez ! La leçon !

Rakia allait réserver le même sort à la 18ème : insultes, brimades, traitement dégradant… Comme la patience a des limites, celle de Guéro de prendre fin en novembre 2012, après 4 ans de mariage. Il n'en pouvait plus, de voir les droits de l'homme bafoués sous son toit. Il en avait marre, de voir que ses conseils et ses remontrances rentrés dans l'une des oreilles de Rakia et de sortir automatiquement par l'autre. Alors pour corriger le comportement de son épouse, il va à la menace : " si tu chasses cellelà, je vais la marier pour en faire ta coépouse ". Rakia croyait à une mauvaise blague de son plombier d'époux. Un beau matin de novembre 2012, ce dernier rentre à la maison et trouve que sa femme a récidivé. La semaine qui suit, il envoya ses émissaires auprès de la tutrice de la jeune bakourfaya (fille de la région de Kurfey) pour conclure sa demande de mariage. Rakia n'a pas supporté. Elle n'a pas attendu l'arrivée de sa coépouse pour prendre ses cliques et claques et regagner le domicile de ses parents. Aux dernières nouvelles, Guéro vit actuellement, sa nouvelle vie avec son ancienne dame de ménage. Et Rakia ? Sans doute, en train de se ronger les ongles pour s'être comportée en méchante femme. Voilà, une qui n'oubliera pas la puissance " des droits de l'homme ".

Omar Kané 

17 janvier 2013
publié le 10  janvier 2013
source : Le Courrier

{module 583}