jeudi, 20 juin 2013 00:05

Deux enseignantes contractuelles accouchent devant le guichet du billetage

Évaluer cet élément
(1 Vote)

Comme dans tous les grands centres du pays, à Dosso les fonctionnaires et contractuels font le pied de grue devant les guichets de la paierie pour percevoir leurs salaires du mois de mai. C'est à cette occasion que deux jeunes enseignantes contractuelles ont accouché devant le guichet. Impossible pour elles d'être ailleurs, quel que soit leur état.

Elles ont non seulement besoin de leur pécule pour couvrir des besoins urgents et pour préparer l'arrivée de bébé, mais aussi si elles ne viennent pas physiquement, elles courent le risque d'être considérées comme des contractuelles fictives et donc de perdre le petit bénéfice de cette situation même précaire et provisoire.

 

Les fonctionnaires et contractuels étaient là à commenter et à se lamenter du malheureux sort qui leur est réservé par le gouvernement lorsqu'ils apprennent qu'un autre contractuel vient de se faire écraser par une voiture. Lasse d'attendre, il était parti faire les cent pas. Le chagrin, la tristesse et la compassion sont venus s'ajouter à la fatigue et à la grande inquiétude qui a gagné le corps des agents de l'Etat.

Spontanément, des contractuels ont organisé une manifestation en brulant des pneus devant la paierie et en demandant, dans la foulée, le départ du payeur qu'ils accusent d'être responsable du retard que prend l'opération billétage. Selon les contractuels, le payeur privilégie ses propres affaires et néglige leurs pécules. Nous avons voulu avoir la réaction de l'accusé qui malheureusement n'a pas voulu répondre.

En plus des enseignants, dont certains sont obligés de passer des nuits devant la paierie, les élèves, particulièrement ceux qui sont en classes d'examen, ont subi les conséquences de cette situation. Pendant plus de deux semaines, ces élèves n'ont pas vu leurs enseignants alors qu'ils ont des programmes à parachever et des cours à réviser. De quoi se poser la question de savoir si les autorités mesurent réellement les conséquences de leurs décisions avant de les prendre.

Seyni Yayé Dosso  

20 juin 2013
Publié le 17 juin 2013
Source : Le Témoin

{module 583}

Dernière modification le jeudi, 20 juin 2013 06:00