Forfait Albarka

Géopolitique/Le panafricanisme : Mythe ou réalité?

Abdoulaye HASSANE DIALLO 2017 002Dans notre  précédente   livraison,  nous  évoquions les   tentatives    de  regroupements  et  les  tractations  ou  les  tentatives  de  la  Diaspora  africaine  en  Europe  qui ont  abouti  à la  mise  en  place de  l’OUA    le  25  Mai   1963   à  Adis  Abéba  en  Ethiopie .  Enfin,  nous  continuons  cette  série  pour  mieux  comprendre  les  tenants  et  les aboutissants ,  les  efforts et  d’ailleurs  des  sacrifices  consentis  par  les pères  fondateurs .  J’ai  donc   pensé   que  cette  contribution   pourrait  aider  à  mieux  saisir   la   portée  historique  et  la  courageuse  idée  qui  ont  amené  nos  précurseurs  à   construire  l’Afrique  à  travers   le  Panafricanisme .  Nous  nous  sommes arrêtés  à  l’année 1921   qui  fut  celle  qui  avait  vu  la  naissance  des  Mouvements antiracistes  aux  Etats  Unis  d’Amérique    à  l’endroit  des noirs .Nous  continuons  notre contribution  toujours  tirée  de nos  travaux   universitaires  et  de  notre  livre  «  De l’Organisation de  l’Unité  Africaine OUA à l’Union  Africaine   UA    S’Unir  pour  Construire   » Contribution  à  l’Unification d’un   Continent.  

  LE  TROISIEME  CONGRES   PANAFRICAIN  DE    PARIS    ET  DE LISBONNE  EN 1923               
Comme  nous   le  voyons ,  l’opinion  sur  le   Panafricanisme   commençait  à  naitre  et,  du coup  elle  fut  répandue   en  1923 , si  bien que  le  Dr  DUBOIS  qui fut  pourtant l’un  des  promoteurs   des        rencontres    africaines ,  s’était curieusement  heurté  à  l’hostilité  ,  craignant  que le  mouvement  ne  soit    illégal.  D’ailleurs,   cette  méfiance  à   l’égard   du  Dr  Du  Bois  a  été  manifestée  par  un  autre Panafricaniste ,  Marcus     Garvey   qui  le  taxait  de  complaisance   à  l’égard  des  blancs  pour  avoir  fait  des   concessions  à  ceux-  ci  .  

Cette  dualité  entre les  promoteurs  de  l’Unité  et  de l’Union  des  noirs  ,  démontre   combien  le  sujet  était  si  important   et occupait  par  conséquent  une  place  de  choix   à  l’époque . D’ailleurs, à  chaque   moment,  les  tendances   se  dessinaient  et  naissaient  .  Elles  se  démarquaient    en  créant  soit  des  courants au  sein  de  ces   mouvements  ou  alors,  elles   se séparaient . Le  consensus   étant  parfois  difficile  à  réaliser   les objectifs,   les  méthodes ,  les  visions  et  les  cheminements  se  trouvaient  parfois  contradictoires .  Ce  fut le  cas du  Dr  Dubois  et  de Marcus  Garvey   qui , tous  deux  étaient  les véritables  inspirateurs   d’un  mouvement  Panafricain ,  une  doctrine  que   partageaient pourtant  l’un  et l’autre.  On   constate  d’ailleurs  que le  leadership  est  non  seulement  une  fonction  qui  demande  beaucoup   d’efforts  mais , de  finesse  et  de  courage  également . Elle  exige  assez  de qualités  pour  guider  et orienter  un  groupe  ou groupe  de  Communauté .  Ce  Congrès  va  se  dérouler  simultanément  à  Paris  et à  Lisbonne .  Les  assistants   étaient  peu  nombreux   mais,  il n’empêche   que  cette  rencontre  a  vu  s’affirmer  l’idée  d’un  Panafricanisme  en  Europe d’abord   et  enfin  en  Afrique . Les  Congressistes  comme  les précédents  vont  défendre  d’abord  les  décisions   prises  au  cours  des rencontres  ultérieures   ainsi  que   les  acquis  avant  de  faire d’autres  propositions .  Celles  issues  de  ce   troisième   Congrès  qui  étaient  les  suivantes «   Que  les noirs  accèdent   au  gouvernement  local  puis  à l’enseignement  gratuit  pour  tous .  Les  délégués   insistèrent  pour que  la   résistance  armée  soit  reconnue  aux  noirs  là  où ils  font l’objet  d’attaques  armées   de  la  part des  blancs .  D’ailleurs, les  Congressistes  réclameront  le  désarmement  entre  les  grandes  Nations  et  l’instauration  de  la  Paix .  Des  résolutions  seront  prises  pour  solliciter  l’organisation  du     commerce   et  de l’Industrie  afin  qu’elle  ne  profite  pas  à  une  minorité  des   blancs.  Au  Portugal  ,  l’ancien   Ministre  des colonies  réclamait  à son  tour  l’abolition   totale  de  l’esclavage  et du  travail  forcé  dans  les plantations  en  Angola   et en  Afrique  Portugaise .  
   Que   faut- il  retenir  de   ce  Congrès ?  Des  efforts  et  une   évolution  des   évènements   qui  permettront  grâce  à  toutes  ces pétitions  et  prises  de positions ,  la  concrétisation  de  toutes  ces  doléances .  Retenons  qu’en   1924,  soit  un  an  après , le  gouvernement colonial  Britannique   ira  jusqu’à  accepter  le  retour  de  Prempeh   1er   en  Gold  Coast  (  l’actuel Ghana  )  déporté  et la  création  des  conseils  auxquels  pourront   enfin  accéder   les  noirs . Une  victoire  des  Congressistes  qui  marque  ainsi  une  nette avancée  des  noirs dans  la  revendication   de  leurs droits  . Ce  qui  va  permettre  d’accorder   plus  de crédit   aux  élites  qui  entendaient  lutter  efficacement                 grâce   à  ce  genre  de  rencontres  en  vue  de conquérir  et  d’être  entièrement  dans  leurs  droits   inaliénables  . Mais, la lutte ne  fait  que commencer et  les  résultats  encourageait à  poursuivre   le  combat   .

LE  QUATRIEME   CONGRES DE   1927   DE   NEW YORK
Nous  venons  de voir  que  le 3è  Congrès  a  permis  d’avancer sérieusement  dans  le  domaine  des  revendications   que  les  élites africaines,  n’avaient  pas  cessé  de   brandir  à  chaque rencontre.  Ce  quatrième  Congrès   aura  réuni  2O8  délégués  venus  d’une  dizaine  de  pays .  Une  véritable  progression  au  niveau  de la représentation lorsqu’on  se rappelle que  de 30  Délégués  en 1919, en  passant  par  le Congrès  de Londres   avec  130  représentants , le  chiffre  a  donc  évolué  lors  ce  Congrès   de 1927 .  La  doctrine  du  Panafricanisme  sera  définie  et  elle  servira  de  cheval  de  bataille   pour  réaliser l’Unité  Africaine  et  des africains  dans  le  monde .  Elle  servira  notamment  de  point  de  départ  et  d’appui   aux  divers  futurs    combats  des  noirs   .  En  vue de   la  reconnaissance  de  leurs  droits  c’est à  dire  de  la  liquidation de  tous  les préjugés .  Un  Congrès  qui  avait  réuni  autant  de  Délégués  et  qui   servira  de  tribune  à  partir de  laquelle  les  élites   avaient  fait  reconnaitre  leurs  droits   auprès  de  ceux qui  les  gouvernaient .  Fait  sans  précédent.   En  effet, une forte  Délégation  des  femmes   noires  américaines  y  avait  également  fait  son  entrée ,  en   participant   à  ce  Congrès   inédit  . Dans  la  foulée,  tous  les participants  réclamaient  haut  et  fort  , le  droit  des  noirs   à   la  terre  d’Afrique  et  aux  ressources  de  ces   terres  qu’ils  considéraient   comme  étant  leurs  propriétés .  Nos  retiendrons  que  ce   Congrès  réclamait  entre  autre,   le  droit  à              une  justice  équitable ,  conforme  à  celle  rendue ,  adaptée  aux  conditions  locales   par  les  juges  africains   .  Enfin  l’enseignement  gratuit  et  le développement de  nos  colonies   . Autant  de revendications   qui  avaient  marqué  un  véritable  tournant  dans  l’histoire des  peuples  noirs  ,  aspirant   à  nouvel   statut  .  Les  participants  avaient  demandé  en  plus  que  la  guerre  ne  soit               plus  un  moyen   par  lequel  il faut  régler  les  conflits  et  souhaiteraient   le  désarmement  mondial  total   .  Une  telle  revendication  ,  même  si  elle  ne  risquait  pas d’aboutir,  devrait  au moins  avoir le mérite  d’avoir  été  annoncée  au  monde entier  . Le  Congrès  dénonça   avec  force   le  honteux  et indigne     trafic  dont les noirs sont victimes   de la  part  des  colonisateurs .   
 
DU PANAFRICANISME CUTUREL A LA  SOLIDARITE   POLITIQUE        
C’est  en 1928  que  le Panafricanisme  culturel   va  évoluer  vers une  solidarité  politique  .En  effet,  en 1928,  un anthropologue,  sociologue  et  Docteur en médecine ,  Price   Mars,   écrivait  «    il  y a eu   un  moment   donné   ,  sur  le Continent  africain   des  centres   de  civilisations    nègres  ,  dont    non  seulement  on  a retrouvé   les  vestiges  mais,   dont   l’éclat  a  rayonné   par  delà  les  limites  de  la  steppe   et  du  désert .  »    Le  Professeur  académicien Léopold   S.  Senghor  ,  futur  Président  du  Sénégal,  alors  député au  Parlement   français  écrivait  «    qu’il  est  des  noms  qui  sonnent  comme  un  manifeste .  Ainsi   fut   révélé   le   nom  du  Docteur   Price  Mars  lorsque    je  l’entendais  pour  la  première  fois .  Etudiant  à  la  Sorbonne  ,  j’avais  commencé  à  réfléchir  aux problèmes,   à  une  connaissance  culturelle  en  Afrique.   En  hommage  sûrement   aux  africains  qui  avaient pris  conscience  de  la  nécessité  de  favoriser     des  rencontres   pour  débattre  des  problèmes  des   noirs . II   s’adressait  à  ceux  qui  avaient  œuvré  pour  le  rapprochement  des peuples noirs,  divisés  ,  comme   nous l’avons   vu  par  l’occupation  coloniale    ,  la  traite  et  l’esclavage  . De  nombreuses  rencontres  informelles d’ailleurs  s’étaient  tenues   avant  celle  de 1945   .  En  effet,  ici  ou   là    des  déclarations  et  des  prises  de positions   eurent  lieu  en  faveur  du  Panafricanisme  et,  elles  avaient  suscité  auprès  des  responsables  noirs   et  africains ,  une  évolution  vers   un  plus    grand  rassemblement  à  coloration  politique .  Malheureusement,   parce   que , toutes  ces  ardeurs,  ces  luttes  et  combats  allaient  être  freinés  par  la  deuxième   guerre  mondiale.  Elle coupera  court  à toutes  ces  tentatives  et  initiatives  courageuses   des  noirs  qui  voulaient  promouvoir    leurs  idées Panafricaines .

LES   PIONNIERS   AFRICAINS    DE   CET   IDEAL  
A  cette  époque,  quelques  rares   intellectuels  qui  avaient  pu poursuivre  leurs  en  Europe,  on pouvait citer  le lion  Jomo  KENAYATTA ,  futur  Chef  d’Etat  du   Kenya,  le père  de l’indépendance.  II  s’opposera   farouchement  à  l’Administration  coloniale.  A   cause  de ses idées panafricaines  et  de partisan d’une rupture  avec  le  colon,  comme  la  plupart  de  ses collègues  africains.
 . II  participera  activement   à  la  création  de  l’International    African   Source  Bureau  en  Europe  . Cette  organisation  avait  placé  à  l’avant  garde,  la  lutte  pour l’indépendance  et  l’Unité  Africaine . Et  ira  même  jusqu’à   éditer et  diffuser un journal  du  nom de  Panafrica      à  travers  lequel  on  lira  des plumes  anticolonialistes  mais panafricanistes.  La  cause  était noble  mais , le  combat  sera  rude  .       
                 Nous  allons  nous  arrêter ici,  en  poursuivant  dans  la prochaine  série   à  partir de  1943  qui  sera   enfin  l’année   du  transfert  des  luttes  et  des combats  sur  le   Continent   africain  jusqu’aux  indépendances   et  au  delà  .   
 
  Dr Abdoulaye HASSANE DIALLO, Politologue            

                                                                                                                                                        

Imprimer E-mail

Idées et opinions