Airtel Niger

Forfait Albarka

Signe de temps / Afrique et pouvoir : un debut de sagesse ?

Signe de temps / Afrique et pouvoir : un debut de sagesse ?     La semaine  passée  encore,  les  évènements  inédits,  avaient  bousculé     l’actualité   . ll  s’agit  , vous  le devinez,  d’une importante  décision   juridique  , curieusement  dictées   d’Afrique,  de  ce continent  qui  a  toujours  été  mauvais  élève  de  la  démocratie depuis  l’occupation coloniale .Un  continent  d’où  nous  viennent  des  sirènes  qui ne  véhiculent  pas   toujours  de bonnes  nouvelles ,  dans  tous  les domaines ,  surtout  politiques  et  sociaux .  Un  continent qui , pourtant  possède  tout  pour  réussir   mais  qui , malheureusement ,  reste  à  la  traine,  à la  une  de  l’actualité  qui nous  apprend  des  choses  tristes,  mauvaises, ignominieuses  ,  bouleversantes  et  incroyables  sur  nous  .Et  pourtant , il se passe parfois  de  bonnes choses .

L’AFRIQUE    POUBELLE   ET   VICTIME  DE  TOUTES  LES   INJUSTICES
Des  bateaux   entiers  ont  eu  à  déverser  des  tonnes  de  déchets  dans  des  pays  où  ceux  qui gouvernent  ferment  les  yeux,   complices  sans  doute .  De  mèche  et  de  connivence  avec  ces  assassins,   ces criminels  qui   viennent  raccourcir  notre  existence,  nous  laissant  avec  nos  malades  et  nos  morts  .  En  polluant  ainsi  nos  villes  également  dont  l’atmosphère  irrespirable,  contribue  à  effacer  notre  race   noire  ,  du  moins  à  la  réduire, de  la  terre  sinon  de la planète . De nos jours encore  , ces populations  vivant    au   bord  de  la  lagune ,  continuent  de  réclamer  justice   aux  pouvoirs   et  aux responsables de  cette  ignominie ,  qui  restent  motus   et bouche cousue . Une  pollution  qui   a  fait  des  centaines   et  des centaines  de  handicapés   . Déjà ,  depuis  la  nuit  des  temps , certains  blancs   avaient  programmé  notre  mort  lente   soit  en  freinant la  natalité  ou  en  nous envoyant  des produits  et autres médicaments   pharmaceutiques  ou produits  de consommation  périmés.  Après  nous  avoir dépouillés  de  toutes  nos  richesses  naturelles  brutes,  qu’ils  transforment   chez  eux , pour nous les  revendre  encore  dix  fois  plus  chers . Nous  sommes  ainsi  perdants   sur  toute  la ligne  ,  pauvres  de  nous  .  En  prenant  l’exemple  de  l’arachide  que  l’on  nous  avait  obligés  durant ( l’administration  coloniale )  de  cultiver,  une  tonne   achetée  chez  nous  coûtera  dix  fois  moins   chère  qu’un  Bounty ,  espèce   « d’amuse  gueule »  deux  gousses d’arachides  que l’on achète  dans les stations  de  métros d’Europe  . Inutile  de calculer   les  centaines  de   millions  de  francs  qui  nous  sont  subtilisés,  malicieusement.  Et  on continue de  nous  traiter  de  fainéants  ou  de  «   bons à  rien  »   . En  prenant  l’exemple  du  Niger,  notre  pays, où  nous  produisons  entre  autres  de l’uranium   qui  alimente  les trois   quarts  des immeubles,  des  habitations,  des  places  publiques,   des  entreprises,  des hôpitaux ,  des   gares  , des  autoroutes  et mêmes  les  prisons  , de  France  ou  d’autres pays ,  alors  que notre pays,  y compris   la  capitale,   manquent  d’électricité  et  subissent   des  incessantes  pénuries  d’essence .  C’est  bien  le  cas  du  géant  Nigéria ,  grand  producteur  de  pétrole  où  les  queues  devant  les  stations  d’essence  ne  se comptent  plus .  Ironie   du   sort !  Une   honte  pour  le  continent  où  d’ailleurs , les  autres   pays, ne  font pas  mieux  dans  ce domaine et  dans  bien  d’autres  également  .

 COMMENT EN SOMMES NOUS ARRIVES-LA ?
La réponse   se  trouve   à   côté  puisque  nous  sommes en partie  responsables  de ces  dérives    . On  ne  peut pas  faire  des  omelettes  sans  casser les  œufs   . C’est  ainsi  qu’il    n’y a   pas  de  corrompus   sans  corrupteurs   . Nous  avons  laissé   faire  en  croisant  les  bras  et ceci  ne  date  malheureusement  pas  d’aujourd’hui .  On  nous  gifle  et  on nous  dit de sourire  ou  de dire  merci   . A  défaut,  de  tendre  l’autre   joue.  En  dépit de  notre  colonisation , transformée   en  souveraineté  nationale  , nous  nous n’avons  pas  su ou  voulu  rompre    avec  ces  aspects  coloniaux  qui  entravaient  nos   aspirations  . Et  depuis,  cela  est  devenu   presqu’une  religion  puisque  de pouvoir   en  pouvoir  et  de régime  en  régime ,  nous  avons  reconduit  ces  manières de  faire ,  sans  nous  en  inquiéter    des  conséquences . Nous  payons   le  douloureux  prix  de   ces comportements  qui  nous  collent  désormais  à  la  peau ,  mettant  en péril  notre  souveraineté  . Et si  seulement  , nous  avions écouté  ou  suivi  les conseils ou  les pas  de  nos devanciers , ceux qui s’étaient  révoltés  contre   cette  domination coloniale   et  qui  ont  pour  noms,  Kwamé N’Krumah,  Gamal  Abdel   Nasser,  Djibo  Bakary,  Jomo  Kenyatta ,  Oum  Nyobé,  Awolowo,  Alioune Diop   Cheick  Hamidou Kane  Birago  Diop  ,Patrice  Emery Lumumba,   Evariste  Kimba ,   Jérome  Anany ,  Toussaint  Louverture, ,  Léon  M’BA,  François  Tombalbaye,    Modibo  Keita,  Diallo  Telli  ,   Sékou  Touré,  Ousmane Dan Galadima    Laurent  Gbagbo   ect … pour  ne  citer  que ceux-ci  et   nos  cadets  Thomas   Sankara,   Marien   N’gouabi ,  Ibrahim  Baré  MaÎnassara  ,  tous  trois  lâchement  exécutés   Ceux  dont  l’histoire a  retenu  les  noms. Nous  sommes  responsables  de  notre  retard  puisque   nous  sommes  indépendants  depuis  plus de  6O  ans  pour la  plupart  de  nos  Etats  et d’autres  plus .Comment  pouvons nous, comprendre que  nos Etats  ne  puissent  pas  maitriser   aujourd’hui  nos  richesses  et notre  destin ?   L’ une  des  principales  causes  est notre  manque  de  cohésion  qui  pourtant  est  l’un des  articles premiers  de  la  charte   de notre  Organisation  Panafricaine , l’OUA   d’abord  ensuite  l’UA  censée    légitimement créer  ce  cadre . Cette  Organisation   continentale   devrait  nous  éviter  ce   braquage institutionnel  en  servant  de  garant  et  de  caution , sinon d’avocate  à  nos  Etats respectifs  , pour  parer à  ces  détournements  qui    n’ont  de nom  qu’un  enlèvement   des  nos  richesse et  des  nos  biens . Nos  Etats  trop   fragiles  auraient  gagné   en  se soutenant  les  uns  les autres   dans  ce combat  inégal  qui  oppose  nos  pays  à  ces  monstres  qui nous  écrasent  sans pitié.  Et  dire que  nous  sommes  au  moins  54  Etats  et  pays   qui  composent l’UA   sur  un  continent  face à  27  pays  européens  qui  nous  trainent  et   qui nous imposent  leur   dictat,  au  grand  dame  du  plus  grand  nombre  que  nous  sommes  . Et  pourtant,  nous  sommes  la  mère   de l’humanité  d’où  tout  est  parti  y  compris  l’homme  de Cro-Magnon  l’ancêtre   de  l’homme  . Nous  sommes   aussi  le continent  de l’avenir  , nous  rabâche-t-on   à longueur  des  journées  tout  au  long   des  grandes  rencontres  panafricaines  et   internationales  Oui,  nous  le  savons et en  sommes conscients,  seulement que  fait –on  pour cela ?  Oui, nous sommes le continent  de l’avenir  à  entendre  ou    lire  Anne  Cécile  Robert ,  journaliste,  écrivain  et  éditorialiste  du journal  le  Monde diplomatique  et qui  plaide  notre  cause  dans  son  livre : « L’Afrique  au secours de  l’Occident.  Editions  2OO4 et  2006 Atelier Paris  »   Et  notre  ainé  le  Pr Joseph  Ki Zerbo  dans  son  livre  « A quand   l’Afrique ?  » Edition  Aube  pour  nous  interpeller  sur notre  inertie  dans  notre propre construction  culturelle.  Sinon  comment comprendre que  nous , les peuples  d’Afrique  auprès  de  qui  les  savants et  philosophes,  écrivains  comme  Platon , maître d’Aristote,  Pythagore  et  tant  d’autres qui avaient   quitté  leur France  et  leur  Europe  natales pour  aller  chercher  le  savoir  la  où  il  se  trouvait  que  l’on  nous  ignore  ?  Plus  précisément  en  Afrique  du  Sud  pour  apprendre  l’anglais  et  les  mathématiques africaines ainsi  qu’au  Congo.  Depuis  plusieurs   siècles  l’Afrique  fut le  berceau  aussi  des  mathématiques  africaines ,  et  durant  plusieurs  années   ces  français  savants  ou   savants  français  dont  le  père  du  Théorème  Pythagore  aient  pu bénéficier   des  bourses  d’études  de  leurs  pays  pour  aller  en  Afrique  compléter  leurs  connaissances .  Alors  que ,   ni les livres,  ni les  manuels  d’histoire  de  France  ou mondiale,  n’en  n’ont  jamais  fait  cas  ni  la  moindre   allusion    On    nous  parle  pourtant   des  hommes  qui  ne  méritent  pas  que  leurs   noms  figurent   dans des  livres, et  qui   curieusement sont  cités   en  référence  à tel ou tel  autre  exploit .  Pendant  que  les  éminences  grises noires  et  le  continent  africain   sont  ignorés  et  considérés  comme  des personnes  et un lieu   qui ont tout appris , ailleurs  chez   les  autres.  On  atteste  même que  n’avons  jamais  rien appris   aux   autres    Mais, la  question  que  je  pose ici  et  qui me taraude  comme  dit  l’autre ,   est  celle de savoir  si  les  cerveaux  de  France ou  d’Europe , ont  comme  référence  entre  autres  Platon,  Pythagore,  Aristote ,  que dire de l’Afrique et de  ses  savants  auprès    de  qui   ils  sont allés  acquérir  les mathématiques ?  Parce  que  même si  « l’élève  a  acquis des connaissances  comme   son maitre ,   il n’en  demeure  pas que ce  dernier  est la  source  de   la réussite  ,  en  partie  de  celui qui est   venu   apprendre . .II  est  tout à  fait  logique,  qu’en  matière  de  savoir  ou  de  connaissances,  tout  le monde   peut  aller les  chercher  là  où   il  y en  a  Notre livre  Saint  le Coran   précise  «  que  l’on  peut  aller  jusqu’en  Chine  pour  chercher  le  savoir  »  Ce  qui  est une   bonne  chose,  mais pourquoi  ne  fait on  pas  cas  de  l’Afrique  en tant  que  détentrice  de connaissances  depuis  la nuit   des  temps ?  Et  qui ont  aussi  servi à  d’autres  peuples.  Cependant ,  si les Européens  ont  honte ou ont peur  que l’humanité  sache  que  leurs savants   étaient  allés  en Afrique  pour se  ressourcer , alors qu’attendent   les  africains qui  le savent pour en parler en dénonçant cette  supercherie  qui  fait croire  que  nous  avons   toujours  été  à  la  remorque des connaissances des autres ?   Nous  devons  en  parler  et même  insister  pour remettre  l’histoire   à l’endroit  et que mêmes  si nous sommes  nègres  ,  nous  avons notre part  dans  l’éveil  de  la  conscience  universelle   afin  que  l’on  retienne  le  rôle  que  notre continent et sa civilisation ont joué  depuis  la  nuit des temps .  Nous  sommes  responsables de ces dérives qui nous  mettent  en porte à  faux avec nos valeurs et la  réalité  des fais  biaisés  à  notre  détriment. A   tort.  II  n’est  nullement  question  d’un  tiraillement  ni d’un  quelconque  règlement  de  comptes  mais, de mise à  jour d’une vérité longtemps occultée, laissant dans l’ombre une  grande partie  de  l’histoire  de l’humanité . Nous  ne sommes pas  là pour refaire ni  le monde ni  l’humanité ni pervertir l’histoire.  Mais  , nous  voulons  que la vérité  soit dite afin que  le monde  noir et  les  générations  toutes confondues  soient  éclairés  en  réhabilitant  des  faits  historiques  . Nous  avons  toujours  appris l’histoire des autres  et ne l’avons jamais contestée   . Alors  c’est  au nom de cette raison que nous voulons  que  la  notre toujours  , sinon parfois  écrite et rapportée  par d’autres, soit mise également à  jour .Ceux qui avaient  effacé  notre  histoire , ont  pris  une  lourde responsabilité et  doivent nous   restituer  le  pan de  celle qui est  restée  cachée . Ceux  qui pouvaient  nous  la retrouver  sont  sous la terre  et  je  ne   citerai  ici             que  quelques uns dont  les Professeurs  Cheick  Anta  Diop,  Hampathé  Bâh  , Joseph  KI  Zerbo  ,  Boubacar Bâ . Léopold  Kaziendé  . IIs sont  nombreux  hélas  qui ne  sont plus  de  ce monde .Et  ceux  qui  sont  encore  là  les Pr Wolé  Soyanka,  Alioun  Nouhoun  Diallo , Laurent  Gbagbo  sont âgés  et ont durant toute  leur existence été harcelés  par le pouvoir  colonial  et  sont hélas  craints , dans leur  propre pays . Alors , nous n’avons  qu’une  solution ,  c’est celle  de prendre  nos  responsabilités  en  disant  toute la vérité  historique sur  l’époque  de  nos  ancêtres  avec naturellement des  historiens  et  scientifiques  français .  Pourquoi pas   avec  d’autres qui pourraient  se joindre à  nos  grands  chercheurs  africains comme  le Pr  M’Bokolo,  afin de  creuser  plus  profondément  notre histoire  commune   enfuie  quelque  part  dans les  profondeurs  des entrailles  de notre  mère,  cette  terre d’Afrique . II  est un devoir moral  qui nous  interpelle  tous  si nous  voulons que  nos  consciences  dorment  en  paix . Nous avons  un  porte  voix  en la personne de notre  parent ,  Mr  Alain  FOCA,  pour  nous vulgariser notre  histoire  en en  parlant  longuement  dans  son  émission :  Archives  d’Afrique  qu’il a  intelligemment créée  et qu’il anime avec  brio . Comme  il le  fait souvent  et qui  nous  éclaire  sur  notre  vécu. II  est  certain  que  demain  ne  sera pas la  veille pour  obtenir  gain  de cause  ni  atteindre  notre   objectif    parce que  nous rencontrerons  les mêmes obstacles dressés par ceux qui n’en veulent pas de  la réhabilitation de notre  histoire  Mais,  comme on dit ,  vouloir  c’est  pouvoir et  parce que l’Afrique dispose  d’un  nombre  suffisant  de chercheurs,  d’historiens, d’intellectuels ,  des érudits , des savants et  des  sages  .

LE  REVEIL DE LA  CONSCIENCE  AFRICAINE
Je vais  enfin  aborder  les raisons  qui m’ont  interpellé  en écrivant cette  longue  plaidoirie,  à  la  place  des  africains  et de l’Afrique  .  C’est le  lieu de  justifier  le  titre  de l’article  «  Afrique : un  début  sagesse ?  »   En  effet , comme tout  le monde,  je  suis  soucieux  des dérives  et des situations difficiles   que vivent les peuples africains .  Vous avez compris  que  nous  avons été  agréablement  surpris  en apprenant  que  sur  notre  continent ,  une juridiction africaine a   la  Cour  Suprême  a  rejeté  totalement  des  résultats  électoraux présidentiels  Après  d’ailleurs  que  tous les  acteurs  la CENI  les Observateurs  Internationaux,  la Société  Civile  les  aient  avalisés  . Dans un pays  africain  où  le Président  élu  a même reçu des messages de félicitations  y  compris de  Macron   , le tout  nouveau   Président  français .  Nous sommes au Kenya . Une  première  à  saluer , à  encourager  et  à  soutenir par  tous  les peuples d’Afrique  et  les  politiciens  de  tous  bords ,  surtout  les juridictions  et les  oppositions  et  ces conrre- pouvoirs   Une lueur  d’espoir  pour l’assise  démocratique  dans un  continent   où  seuls  les coups  bas ,  les  arrangements,  les magouilles  ont  toujours  eu  raison  de la  vérité  et  du  droit .  Mais  si nous   jetons  un coup  un  regard  dans  le rétroviseur,  nous nous apercevrons  que  cette   action  avait  commencé   en  Gambie  avec   les élections Présidentielles  que  curieusement  Yaya  Djamel  avait  organisées   mais  accepté le  résultat dans  un premier  temps  avant de  les  récuser  Avant  que  la  pression de  la  rue  et  des  pays  membres  ne le  fassent  partir après plus de  22  de ans de règne sans partage .Laissant  un pays  qui  aura  tant  à  faire avant  de se  redresser , les  habitudes ayant  la  vie    très  dure .  Cela  mettra  le  temps  qu’il  faudra, mais  nous espérons que  tout  finira  par  rentrer  dans l’ordre.

LE KENYA : UNE   EXCEPTION   OU  UN CAS  D ECOLE   ?
Quoi  qu’il  en  soit ou qu’on  dise,  il  s’est produit  un  phénomène  nouveau ,  celui   de  voir  une  Cour  Suprême  dire  le  droit, tout  le droit, les  yeux  dans   les   yeux ,  sans  tergiverser  ni    avoir  peur . C’est  une  première  en  Afrique également   que  de   voit un  président  élu  , désavoué  après avoir  été  déclaré  vainqueur  face  à  son  challenger .  La  CNI  et  les traditionnels  Observateurs  Internationaux,  avaient   clos  le dossier en disant  que  tout  s’était  déroulé  dans le  meilleur du monde  et  qu’il  fallait  passer à  la  prochaine  étape : l’investiture  . Mais , c’est  méconnaitre  les  capacités  juridiques  de  la  Cour  Suprême  qui   avait  mis  fin  à  ce dilemme   risquant  de remettre  en  cause  tout  le  fondement d’un  Etat .  Le  Président  élu  avait  accepté  le  verdict  de  la  Cour qui  avait  décidé  de la tenue  des  nouvelles élections,  le  17 Octobre  prochain ,   avant  de  condamner  l’invalidation  du scrutin   qui  lui  donnait  gagnant  puis  perdant  ensuite. La  campagne  a  déjà  débuté  et  souhaitons  tous  que le  meilleur  gagne  et  qu’à  l’issue  de  cet  affrontement ,  que  chaque  partie  accepte  la  place,  disons le  record  que le  peuple aura donné  à  chaque candidat  .Le  droit  et  le  peuple  auront  gagné   en   donnant  une véritable  leçon  de  démocratie  pour  les consultations  à  venir  sur l’ensemble  du  continent   africain  Mais,  comme  disait  la mère  de  Napoléon  Bonaparte  1er er  lorsqu’on  lui annonçait  que son  fils était  devenu  Empereur  de France  «   Pourvu  que  çà  doura  ! »  En  effet , une  sagesse  dit  qu’il  ne s’agit  pas  d’obtenir  ce qu’on  cherche mais c’est de  pouvoir le  garder.  Mais,  est - ce  pas  un  retour   de  l’Afrique  aux  sources  de   sa  démocratie  traditionnelle  de la  nuit des  temps  pour cette mère de    l’humanité  ?  Attendons  de     voir .
Abdoulaye  HASSANE  DIALLO    
Dr en Sciences  Politiques, Journaliste, Ecrivain

Imprimer E-mail

Idées et opinions