Airtel Niger

Forfait Albarka

Crise financière et sociopolitique au Niger : la situation s'aggrave

Crise financière et sociopolitique au Niger  : la situation s'aggraveDepuis 2013, le Niger est plongé dans une crise politique qui s'est considérablement aggravée avec les élections générales et municipales de fin de mandat en 2016. Pour gagner l'élection présidentielle, Mahamadou Issoufou n'a dû recourir qu'à un hold-up électoral inédit dans l'histoire politique du monde. Il envoie son adversaire le plus redouté en prison, à près de 200 kilomètres de Niamey. Mal lui en a pris car maintenu en prison en dépit de toutes les critiques et dénonciations, manœuvres et fraudes électorales, y compris la falsification de procès-verbaux, Hama Amadou se classe malgré tout deuxième sur une liste de 14 candidats. Mahamadou Issoufou est littéralement malade. Son rêve de passer dès le premier tour ne se réalise pas, malgré le bourrage des urnes et la falsification des procès verbaux. Il devra passer un second tour avec celui qu'il a maintenu en prison. Pour gagner face à un prisonnier, il lui a fallu encore passer par les mêmes procédés et pratiques. La Ceni le déclare gagnant avec un score soviétique de 92,49% que la Cour constitutionnelle de Kadidaitou Ly bonifiera à 92,51% tandis que les réclamations et recours de l'opposition sont jetés à la poubelle. Les élections législatives, couplées au premier tour de la présidentielle, ont été une copie conforme de ce qui s'est passé lors des premier et second tours de la présidentielle. Le Pnds Tarayya rafle pratiquement tout dans un contexte sociopolitique où les Nigériens sont carrément outrés par la gouvernance "issoufienne" et étalent publiquement leur volonté de mettre un terme à ce qu'ils considèrent comme une haute trahison. Y mettre un terme, à la régulière, dans les urnes. Mais MamadouIssoufou et ses camarades ne l'entendent pas de cette oreille. Les taux de participation, dans des zones désertiques, attestent de la nature des scrutins : 99,65% à Aderbissinaat ; 104,25% à Danet et 131,34% à Gougaram, entre autres. Ces taux de participation ne sont pas, loin s'en faut, des exceptions, mais la règle dans plusieurs dizaines de localités, notamment à Tahoua et à Agadez.

Le péché originel : le hold-up électoral de février-mars 2016
Malgré les scores à la soviétique qu'il s'est octroyés, le pouvoir de Mahamadou Issoufou va entamer, audelà de mars 2016, une descente aux enfers qui semble inéluctable. Il contrôle la totalité des institutions de la République, les centrales syndicales sont muettes face à ses dérives et une bonne partie de la société civile est dirigée par des gens qui sont totalement assujettis à son régime. Mais il peine à donner une âme à son affaire. Encouragé par le hold-up électoral, le PndsTarayya, le parti qui l'a fait "roi" est de plus en plus glouton et s'attaque à ses alliés qu'il veut manifestement réduire à moins que rien afin de les asservir définitivement. Sur la base de dossiers concoctés sur les cadres des partis politiques alliés ayant une parcelle de responsabilité dans la gestion des affaires publiques, le PndsTarayya a réussi et continue de saigner à blanc ses partenaires au pouvoir. Il ne le fait pas pour faire rendre gorge à d'indélicats fonctionnaires ayant abusé des biens et fonds publics, mais plutôt pour trouver les moyens, frauduleux, de pérenniser leur pouvoir. Contre vents et marées ! La procédure est condamnable, mais elle a porté ses fruits face à des alliés dont les leaders politiques n'ont aucune ambition pour le Niger et son peuple. Moussa Moumouni Djermakoye, Hamid Algabit et d'autres petits poucets venus dans l'arène politique pour chercher leur pain quotidien ont dû même s'effacer devant la volonté de Mahamadou Issoufou en décidant de ne pas être candidats à la présidentielle de mars 2016. Un boulevard qui n'a pas permis à Mahamadou Issoufou de se faire élire autrement que par un hold-up électoral, enlevant ainsi tout crédit véritable à ceux qui l'ont soutenu. Les affaires du régime périclitent à une vitesse extraordinaire. Les libertés publiques sont plus que jamais confisquées, les journalistes, adversaires politiques et acteurs de la société civile sont interpellés et jetés en prison pour un OUI ou pour un NON tandis que de gros délinquants soupçonnés d'avoir fait main basse sur des fonds et biens publics estimés à plusieurs milliards, sont carrément ignorés de la justice et promus à des postes de responsabilité plus élevés. Une prime au détournement des deniers et biens publics !

Seïni Oumarou et ses alibis à nu
S'il qualifie publiquement de satanique cette gouvernance de Mahamadou Issoufou, Seïni Oumarou, président du MnsdNassara, ne s'est pas toutefois gêné, pour le moins du monde, de prendre armes et bagages pour en devenir un acteur privilégié. Il manœuvre et réussit à faire de son parti un de ses alliés sans âme qui squattent les cercles du pouvoir sans en détenir réellement les leviers. Car, s'il a obtenu quelques subsides et logé quelques grandes gueules dans un gouvernement sans âme et sans argent, Seïni Oumarou est paradoxalement de plus en plus "inexistant" sur la scène politique. "Cantonné" dans une mission sans gloire, ni pour lui ni pour le Niger, le président du Mnsd Nassara a condamné son parti à devenir une sorte de parti satellite du Pnds Tarayya, au service exclusif de Mahamadou Issoufou dont il est le "haut représentant". Malgré ce ralliement spectaculaire du Mnsd Nassara à un pouvoir qu'il pré- tendait être la négation des intérêts vitaux du Niger, la crise s'est fortement accentuée. En vérité, la décision de Seïni Oumarou et de quelques apparatchiks du parti de soutenir Mahamadou Issoufou et son régime satanique [dixit Seïni Oumarou] ne correspond nullement à la position des militants dudit parti. Non seulement, le MnsdNassara n'a apporté aucun changement positif dans la conduite des affaires publiques et les mœurs politiques du régime, mais il y a pire. Car, en plus de la crise politique, le Niger s'est désormais enlisé dans une crise financière qui rappelle une époque noire que les Nigériens ont cru à jamais révolue.

À la crise politique s'est greffée une crise financière et sociale très aigue
Complètement embourbé dans un marécage financier consécutif à une gestion catastrophique d'énormes ressources financières évaluées à plusieurs milliers de milliards de francs CFA, le régime ne sait plus où donner de la tête. Comment éviter le naufrage alors que les caisses de l'Etat sont vides et que les offensives extérieures sont restées désespérément infructueuses ? Comment maintenir les fondements du régime, bâtis sur des profits financiers octroyés à des alliés de plus en plus révoltés, lorsque l'horizon s'obscurcit de jour en jour?

Les salaires et pécules, bourses et allocations, sont redevenus un casse-tête chinois ; des milliers de postes de jeunes fonctionnaires recrutés ont été remis en cause et supprimés ; des milliers d'enseignants contractuels sont en train de faire les frais de la gestion calamiteuse du régime ; des sociétés, jadis prospères avant l'arrivée de Mahamadou Issoufou au pouvoir, sont dans le rouge, endettées au point où l'on craint de les voir tomber dans l'escarcelle d'investisseurs ripoux ; bref, le Niger va très mal. Outre les élections locales qui ont été plusieurs fois reportées et l'élection législative partiel le de Maradi renvoyée à calendes grecques, les conseils élus dissouts pour faire place à des administrations déléguées, l'impact des déboires financiers du régime est si prégnant sur la vie de la République que personne n'ose parier un copeck sur les capacités de Mahamadou Issoufou à juguler la crise. " S'il en était capable, il n'en serait jamais le responsable ", fait remarquer un observateur.

Aujourd'hui, tout est bloqué et aucune perspective rassurante ne profile à l'horizon. Si, au plan politique, Le Cndp [ndlr : Conseil national de dialogue politique] qui était le cadre de discussion et de concertation de la classe politique, est sabordé, transformé en un vil instrument de "légitimation" des diktats du régime, le front social est carrément en ébullition, avec une école publique en déconfiture et les étudiants et scolaires sur le front de guerre. Une situation explosive que tentent de camoufler les autorités nigériennes mais dont les effets commencent à provoquer un ras-le-bol général.
Bouba Alphari
22 septembre 2017
Source : Le Courrier

Imprimer E-mail

Idées et opinions