Forfait Albarka

Les points sur les i : le silence scandaleux des centrales syndicales face à la loi de finances 2018

Les points sur les i : le silence scandaleux des centrales syndicales face à la loi de finances 2018Bien que les mesures suicidaires contenues dans la loi de finances 2018 les concernent au premier chef, aucune centrale syndicale n’a encore claqué la langue pour les dénoncer et déclarer clairement qu’elle les combattrait. Un constat des plus amers qui renforce davantage le soupçon de corruption dont les Nigériens parlent à propos de bon nombre de leaders syndicaux. Au finish, l’on se demande pourquoi les travailleurs continuent de payer des cotisations pour entretenir des dirigeants syndicaux qui ne se soucient guère de leurs préoccupations et qui, face à des mesures insupportables, pour les travailleurs, font profil bas. A croire que le sujet ne les concerne pas ! Pourtant, les centrales syndicales, il y en a dans ce pays : l’USTN, l’ITN, la CGTN, la CDTN, la CNT, la CGT etc. Toutes jouent aux abonnés absents alors que les mesures envisagées par le gouvernement réservent le pire pour les travailleurs tandis que pour préserver son pouvoir « satanique » comme dirait Seïni Oumarou, Mahamadou Issoufou se fait le plein : plus de huit milliards de francs CFA ! Un comportement d’indifférence et d’insouciance des centrales syndicales qui montre qu’elles ne servent à rien pour les travailleurs. Du reste, combien de travailleurs ont été licenciés ou qui ont été victimes d’abus multiples sans aucune levée de boucliers de la part des centrales syndicales ? Pour beaucoup de citoyens, ces centrales syndicales ne servent, en vérité, à rien d’autre qu’à engraisser les dirigeants syndicaux qui ne se contentent plus des cotisations (souvent arrachées car coupées à la source, au ministère des Finances, sans l’adhésion et l’accord préalables du travailleur) de leurs membres, mais monnaient leur silence.

Désormais au pied du mur, sans autre moyen de se dérober sans se compromettre définitivement, bon nombre de centrales syndicales représentent une arnaque, une escroquerie qui doit nécessairement finir. Elles n’ont aucune utilité et ceux qui les tiennent n’ont plus aucune crédibilité. Mais si, malgré leur silence face à la loi de finances 2018, les travailleurs continuent d’accepter l’inacceptable et de continuer à les engraisser, c’est qu’ils ont derrière eux des troupeaux de béni-oui-oui et qu’il faut bien admettre la réalité.

Mallami Boucar

20 octobre 2017
Source : Le Monde d'Aujourd'hui

Imprimer E-mail

Idées et opinions