Forfait Albarka

Les points sur les : le silence scandaleux des centrales syndicales face à la loi de finances 2018

Les points sur les : le silence scandaleux des centrales syndicales face à la loi de finances 2018Mahamadou Issoufou, Brigi Rafini, Hassoumi Massoudou n’ont aucune intention de reculer à propos des mesures antisociales contenues dans la loi de finances 2018. Ils ont plutôt l’intention ferme d’aller jusqu’au bout, tant pis pour ce qui doit arriver. La réunion qu’ils ont tenue avec les députés de la majorité en est une preuve. A cette réunion, il a été sèchement dit aux députés que leur rôle est de voter la loi, pas de s’interroger, à plus forte raison s’indigner de la nature et de la portée sociale de ces lois. Ont-ils accepté d’avaler cette couleuvre, cette insulte sans dire un mot ? La réunion semble avoir été fructueuse pour Brigi Rafini qui a d’ailleurs rassuré ceux qui se font du souci pour les réactions sociales imprévisibles. Non seulement il y a la vieille recette de répression policière, mais le Premier ministre informe aussi qu’ils ont déjà rencontré certains leaders de la société civile. Les choses sont donc claires : Mahamadou Issoufou ne reculera pas et utilisera à profusion les recettes qui lui ont permis jusqu’ici de s’imposer. Il reste à savoir deux choses importantes : d’une part, si les députés vont effectivement voter cette loi de finances, avec ses mesures antisociales et anti-islamiques; d’autre part, si les citoyens nigériens vont courber l’échine devant la machine policière. 

À ce stade, et prenant en compte l’histoire de la 7e République,  avec tout ce que cela représente comme fossé entre gouvernants et gouvernés, creusé au plus haut sommet de l’Etat à travers des affaires de corruption, de détournements massifs de deniers et biens publics, de trafics de drogues et de devises, etc., il n’y a aucun risque à affirmer que les députés n’hésiteront pas à adopter la loi de finances 2018. Leur unique préoccupation est que le gouvernement assurer leur protection pendant qu’ils seront à l’hémicycle pour ce faire. 

Quant aux citoyens nigériens, outrés et désespérés, bien malin sera celui qui déterminera par anticipation leur réaction. Vont-ils accepter la loi du plus fort ou vont-ils se battre pour imposer la priorité au peuple et à son bien-être ? Évidemment, pour Mahamadou Issoufou, BRigi Rafin, Hassoumi Massoudou, Mohamed Bazoum et leurs camarades, ils en ont tellement mâté que la réponse ne souffre d’aucun doute pour eux. Mais ils peuvent se tromper et prendre, en plein dans la figure, une réaction qu’ils n’auraient jamais imaginée. Car, lorsque les individus sont désespérés, ils peuvent affronter les pires dangers. En tout cas, Mahamadou Issoufou, Brigi Rafin, Hassoumi Massoudou, Mohamed Bazoum et leurs camarades doivent faire attention ! La colère gronde, gronde, gronde et le Niger n’est pas si différent du Burkina Faso..

Mallami Boucar 

26 octobre 2017 
Source : Le Monde d'Aujourd'hui

Imprimer E-mail

Idées et opinions