Forfait Albarka

Marou Amadou ou le comble de la turpitude

Marou Amadou ou le comble de la turpitude Dans un audio qui a été largement distribué sur les réseaux sociaux en particulier Whatsapp, on a entendu l’actuel ministre de le justice, Garde des Sceaux, Marou Amadou, alors acteur de la société civile et opposant farouche au projet de prolongation de mandat présidentiel de Tandja Mamadou en 2009 connu sous le vocable de Tazartche, notamment sur les questions de la loi des finances et de la justice (ou plutôt de l’injustice) s’en prendre de la manière la plus effrontée au gouvernement de l’époque dirigé par Hama Amadou, l’accusant de tous les péchés d’Israël.

C’est ainsi qu’en répondant aux questions qui lui étaient posées par une femme qui devait être une journaliste, Marou Amadou s’est répandu dans la flétrissure, dans une forme de plaisanterie narquoise empreinte de malveillance, accusant tour à tour le président Tandja et Hama Amadou d’abord, d’avoir voulu escroquer le peuple dans le cadre de la mobilisation des ressources relativement à la loi des finances de l’année 2009, notamment à imposerla taxe jusqu’aux vendeuses de soumbala des campagnes reculées du Niger, ensuite Mati Elahadj alors ministre de la Justice de l’époque d’être un juge corrompu à la solde exclusive du régime. Tels étaient les propos de Marou Amadou. Bien sûr , que tout cela fait sourire aujourd’hui, sachant que Dieu faisant bien les choses, a fait de Marou Amadou aujourd’hui ministre de la Justice du Niger dans le gouvernement qui veut imposer aux nigériens la loi des finances la plus controversée de l’histoire de la gouvernance politique du pays. Car si tel est vrai que le gouvernement de Hama Amadou a voulu imposer les vendeuses de soumabala, celui de Brigi Rafini est entrain de vouloir imposer la taxe aux morts et aux orphelins. Que dira donc Marou Amadou de cette situation et aussi de l’état de déliquescence généralisée dans lequel est plongé le Niger par la renaissance dont lui Marou est l’un des ministres plus zélés ?

Souffre-t-il d’amnésie, ou se moque-t-il des Nigériens ? N’est ce pas lui, Marou, l’enfant famélique dont les Nigériens ont bonne souvenance, un peu ou trop fou, mais fou quand même (au vrai sens du terme) qui quadrillait la ville de Niamey, à la recherche du minimum pour survivre ? N’est-ce pas lui qui n’a pu survivre que grâce à la bienveillance de ses amis, notamment ceux de la société civile contre lesquels il a pourtant tourné le dos aujourd’hui ? Oui c’est certainement lui, le juriste syndicaliste qu’il a prétendu mais sous le masque duquel les circonstances ont découvert le militant du PNDS Tarayya, récompensé pour les services rendus. Aujourd’hui, politicien pestiféré, fortuné, repu, et opulent, roulant en grosse cylindrée et disposant de somptueuses villas aux 4 coins de Niamey, c’est lui qui crache sur les Nigériens. Aussi paradoxal qu’il parait, c’est bien lu, le « défenseur du peuple hier » qui est devenu « bourreau du peuple » aujourd’hui. Comme quoi, « c’est généralement les discours les plus martiaux que se cachent les pires turpitudes »...
03 novembre 2017
Source :  Le Canrd en Furie

 

Imprimer E-mail

Idées et opinions