Wallay! 39 enlèvements additionnés à 23 déportations donnent 62 drames : Par Dr Farmo Moumouni

Wallay! 39 enlèvements additionnés à 23 déportations donnent 62 drames : Par Dr Farmo Moumouni Mais ces drames ne sont pas comparables au drame de Dankori faussement maintenu dans nos livres et abusivement enseigné à nos élèves. Ces drames, au nombre de 62, sont véritablement vécus à N’Guelewa, à Say, à Filingué, à Tillabery et à Daykeina.
Les enlèvements de N’Galewa, les déportations de Daykeina, de Say, de Filingué et de Tillabéry préfigurent ce qui peut arriver à chacun. C’est pourquoi, en soutenant ceux qui vivent ces drames, en protestant contre ce qu’ils vivent, nous conjurons un sort qui pourrait s’acharner contre chacun de nous.
Wallay!
En 2016 déjà, Jean-Pierre Olivier de Sardan, directeur de recherches au LASDEL, s’est attiré les foudres de Niamey, en utilisant un modèle carcéral pour analyser le pouvoir nigérien. Le titre de son article : « Niger : les quatre prisons du pouvoir » était fort allusif.
Le pouvoir qui met en prison est lui-même emprisonné. Aujourd’hui, tout porte à croire que ce pouvoir est en train de construire une grande prison à ciel ouvert. Il empêche aux Nigériens de s’asseoir : les sit-in sont interdits. Il empêche aux Nigériens de marcher : les marches sont interdites. Il empêche aux Nigériens de s’exprimer : les meetings sont interdits.

La situation est aujourd’hui inextricable. Le pouvoir est quatre fois prisonnier, les citoyens sont emprisonnés par le pouvoir. Les prisons se chevauchent et se confondent. Toutes les choses sont emmêlées, embrouillées. Nous sommes dans un imbroglio.
Pour que le Niger avance, les choses doivent être démêlées, dissociées. Le pouvoir doit être libéré de ses quatre prisons, les citoyens doivent être libérés de la prison à ciel ouvert.
Wallay!

Farmo M.
02 avril 2018
Source : https://www.facebook.com/moumouni.farmo

Imprimer