Célébration du 3 août 1960 : De la fête de la République à celle du Pnds Tareyya

Célébration du 3 août 1960 : De la fête de la République à celle du Pnds TareyyaLa célébration du 3 août 1960, date de l’accession de l’indépendance du Niger à la souveraineté internationale, a tourné à la tragédie nationale, à Maradi, où la couleur rose du Pnds Tareyya a supplanté celles du drapeau national. L’image, qui a fait le tour du monde à travers les réseaux sociaux, a choqué plus d’un. Les autorités nationales, à commencer par le Président Issoufou et son Haut repré- sentant, qui ont fait le déplacement, ont été accueillis, non pas avec des drapeaux nigériens, mais avec des pancartes roses sur lesquelles il était inscrit le slogan de campagne du premier. Une gifle retentissante à la Ré- publique qui sombre ainsi, progressivement, dans les méandres d’un pouvoir personnalisé et totalitaire. Le fait n’est pas banal, il est même très grave. Il survient à un moment où, la veille, de façon solennelle, le Président Issoufou a parlé d’institutions fortes. Il ne croit sans doute pas à ce qu’il dit. Très nombreux à exprimer leur amertume, les Nigériens ont abondamment parlé de fête du Pnds Tareyya et non du Niger. Si des partis politiques alliés, à l’image du Mnsd Nassara, qui ne ratait aucune occasion à l’époque pour exprimer sa démarcation d’avec les autres par son respect scrupuleux du Niger et de la République, ont bien accepté cette mascarade insultante, c’est qu’ils sont tombés bien bas, incapables de s’offusquer devant les choses les plus graves. Ce 3 août 1960, les Nigériens ont noté que le régime est passé de la célébration de la République à une fête partisane, sous les acclamations des leaders de partis alliés au Pnds. Il y a assurément de quoi être choqué en voyant un Seïni Oumarou, dans ses grands boubous amidonnés, aux côtés d’un Issoufou Mahamadou, accueilli à Maradi, non pas en tant que président de la République, mais en qualité de patron véritable du Pnds Tareyya. Cette scène insolite, faite de rose et de slogans politiques, lors d’une fête nationale, a conduit certains à dire que dans peu de temps, la carte du Pnds risque de remplacer la carte nationale d’identité. L’hypothèse n’est pas du tout saugrenue, la Poste nigérienne ayant édité à l’occasion du 3 août des timbres à l’effigie de Mahamadou Issoufou, le grand timonier national.

A.DOUDOU
14 août 2018
Source : Le Canard en Furie

Imprimer