Forfait Albarka - Orange Niger

Idées et opinions

Hama-Amadou-Interview-AfricaVox-06.jpgSuite aux propos tenus par M. Hama Amadou dans son interview susvisée relatifs au coup d’Etat du Colonel Baré du 27 janvier 1996, j’ai le plaisir de fournir par votre journal les précisions ci-après :

1 – Sur la nomination du Colonel Baré comme Chef d’Etat-major général des FAN Il est vrai que ladite nomination est intervenue sur proposition de son ami Hama Amadou du MNSD, parti impulsé par Seyni Kountché et légalisé par le Général Ali Saibou, tous deux mentors du Colonel Baré, mais l’intéressé n’avait accepté la proposition qu’après avoir consulté le président Mahamane Ousmane qui était le chef Suprême des armées. Au terme de la constitution de la Troisième République, aucune nomination d’un chef d’Etat-major général des armées ne pouvait alors se faire sans son accord et il avait prévenu le gouvernement qu’il n’accepterait pas n’importe quel officier du fait d’une cohabitation conflictuelle. Le Colonel Baré avait lui-même ensuite conditionné l’acceptation du poste par la nomination du Colonel Moussa Moumouni Djermakoye (Paix à son âme !) comme son Adjoint.

2 – Sur l’emprisonnement de Hama Amadou : Le président de la République, le premier ministre et le président de l’Assemblée nationale avaient été détenus dans un camp militaire pour des raisons de sécurité, mais ce n’était que pour quelques heures. En tout et pour tout, Hama Amadou en tant que premier ministre a été détenu moins de 48 heures, le temps de maî- triser la situation et d’éviter certaines bavures de la part d’éléments proches de l’un ou l’autre camp. Le Colonel Baré avait même été soupçonné d’avoir fait la part belle au président de l’Assemblée nationale et au Premier ministre supposés être de son camp puisqu’ils étaient en liberté. Les trois personnalités avaient finalement été placées en résidence surveillée à leurs domiciles respectifs après quelques heures de détention dans un camp.

Imprimer E-mail

Idées et opinions