dimanche, 08 mai 2016 06:50

Quand la diaspora est individuelle et partisane dans une fievre politique, peut elle pretendre etre indispensable au developpement du Niger?

Évaluer cet élément
(1 Vote)

Zoubair Birdson Mahamane DansounsouLorsque l’équation du développement d’un pays n’a pour solution et seule variante, une seule alternative à savoir celle de l’unique effort de l’État, espérer ou attendre un miracle politique, pour le développement et la réussite de cette nation sera difficile voir même sans suite.  

Nous ne pouvons pas a cette ère continuer a espérer et attendre de l’État  seule, ou encore des bailleurs de fond un plan, une stratégie, une issue du développement et de succès dans tous les secteurs alors que le peuple dans beaucoup de circonstances peut directement ou indirectement contribuer de façon positive au développement du pays avec des initiatives et engagements communautaires, individuels, volontaires, patriotiques et nationales.


Nous pouvons développer beaucoup d’autres secteurs dans beaucoup de régions de notre pays. Avant tout il s’agit non seulement de notre pays, mais aussi d’un rêve et d’un but commun qu’on cherche a atteindre depuis dans l’intérêt de toute la nation et surtout de l’avenir nos enfants et petits enfants.

 


Lorsque les réserves budgétaires de l’État font défaut ou encore investies ou « dilapider » dans d’autres priorités politiques que celles du développement social, ou de nécessite urgente, alors celles des intelligences, des volontés, des initiatives et des perspectives se doivent de faire la différence partant du patriotisme des fils du pays, de leurs visions et de leur volonté a développé leur pays ou du moins a promouvoir un développement durable.


Ainsi par cette simple proposition qui suit, nous invitons la diaspora, plus précisément celle des États Unis (Le CONUSA, le NCC, (Niger Community Concil) et le CEN/USA (Conseil des Étudiants Nigériens aux USA) à faire preuve de patriotisme et de contribution communautaire a participer dans le développement du Niger un peu a l’exemple de certains ressortissant de d’autre nations.


Dans beaucoup de circonstances nous de la diaspora prétendons théoriquement êtres non seulement plus soucieux du développement de notre pays, mais aussi plus patriotique à le servir mieux que les leadeurs politiques malgré notre absence sur le terrain.  Alors, si tel est notre perception, pourquoi ne  contribuons nous pas dans ce sens par des exemples concrets et réels a l’image de ces sociétés et entreprises Nigériennes qui ont choisi d’investir dans le programme « Niamey Nyala » pour construire des ronds point et ériger des monuments artistiques un peu partout dans la capitale.


Avec un programme annuel  incorporé de la diaspora nous pouvons choisir de construire au moins une école, ou encore un ou plusieurs forages, ou un centre de soins, ou une maternité, ou encore une librairie national pour la promotion de la lecture et des recherches, promouvoir une place public ou autres chose au bénéfice du peuple sous forme de contribution de la diaspora a notre pays et au nom du développement. Que cela soit a Niamey la capitale ou une autre régions du  Niger c’est toujours au bénéfice du Niger et de ses enfants.


Dans les pays développés où nous vivons, la contribution personnelle ou communautaire est un exemple, un signe de patriotisme courant. Allant de la préservation des centres de recréations (jardins, Park..) au don des écoles, de centre de soins et bibliothèques… ce sont des individus, des familles et autres, chacun dans la mesure de ces moyens veut prouver sont sens de patriotisme et d’amour pour la nation a participer et a contribuer au développement de son pays, mais aussi a changer au sens positif la vie des autres d’une façon ou d’une autre.


Avec une telle volonté collective, la diaspora peut être plus pratique que théorique dans ce qu’elle avance, car il faut le dire 90 voir 95% de nos ressortissants vivants aux USA dépensent plus de $10/Jr, soit 9 fois plus de que ce que 90% des Nigériens vivants au Niger dépensent par jours. Nous avons en grande majorité les moyens financier de faire plus que cela, mais j’en doute fort si nous avons cette volonté, cet amour et ce patriotisme et cette conscience de participer ou même de voir notre pays se développer a travers nos petites actions.


Cependant, Je sais qu’il y’aura des analyses et des calcules mathématiques aventuriers, voir des méfiances, d’organisation et du volontariat dans l’exécution d’une telle propositions, de sa faisabilité et autre. Cependant, ce qu’il faut retenir dans toutes les questions et critiques possibles c’est de savoir qu’il est temps à ce que nous de la diaspora contribuons de façons productive et progressive à aider beaucoup dans le développement de notre pays. Quand aux  adaptes de la politique politicienne, il ne s’agit nullement pas du parti au pouvoir ou de celui a l’opposition, mais plutôt du Niger et des enfants du Niger, de notre avenir, de celui du peuple, car une nation est bâtie a partir de l’intérêt commun de ses enfants.


Comme la si bien dit un frère Nigérien : «Le bon sens commande que les citoyens, quels que soient leurs bords politiques, travaillent et contribuent, chacun dans son domaine, à la réussite du Président élu, car sa réussite ou son échec affectera indistinctement les citoyens de toutes appartenances politiques ou apolitiques..., c'est une simple question de patriotisme.. »


Enfin, Il ne s'agit pas aussi de considérer ou de rejeter cette proposition partant de son origine ou de sa provenance ou encore de son auteur, mais plutôt de considérer l'importance et rôle que nous présumer de la diaspora ou résidents dans les pays développés peuvent apporter comme différence dans le développement, l’avancée et la réussite de notre pays.


Sans aucun doute ma petite expérience de vie à l'étranger a fait de moi aussi un membre de la diaspora qui en ces mots peut décrire au moins celle des États Unis et dire que oui nous pouvons le faire. Le reste se joue entre notre prise de conscience, notre patriotisme et l 'amour qu’on a pour le Niger.
Birdson Dansounsou.

 

Dernière modification le dimanche, 08 mai 2016 07:34

Idées et opinions