mardi, 24 mai 2016 07:20

Honorer nos héros en fixant la mémoire collective 

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Abdoulaye Hassane Diallo 06Lorsque j’étais journaliste, à   la Maison de l’Information qui fut bien après baptisée  Office National d’Edition et de Presse ONEP , beaucoup de nos collègues sont  fiers d’avoir créé des rubriques. Celles qui ont permis aujourd’hui, à ceux qui cultivent et labourent dans notre jardin commun ( la Presse) de   faire fructifier ces bonnes idées   Et tant mieux pour les nigériens qui goûtent tant bien que mal au plaisir de la Communication grace   aussi à l’innovation et à l’amélioration   qualitatives apportées par ceux qui exercent ce métier aujourd’hui.

Comme quoi , la construction est une oeuvre addionnée , les briques les unes sur les autres   les unes à côté des autres . Ainsi va la construction d’une Nation également . Tout le monde est concerné et chaque citoyen et citoyenne posent leurs briques sur le chantier en édification qui n’est autre que l’Etat. C’est cet ensemble dans sa composante et sa diversité qui forme notre République au sein de laquelle   tout le monde a sa place et naturellement son mot à dire. C’est la plus grande cellule familiale. Je vais traiter ce sujet en me reversant dans mon passé Une époque où j’avais entamé ma carrière de journaliste au Niger, à Niamey. J’avais eu grande chance de rencontrer des professionnels qui m’avaient adopté et avec lesquels nous avons créé une véritable chaine de solidarité Qui continue de nos jours encore. Nous avons connu des heures glorieuses de complicité et de véritable équipe de travail . Nous avons honoré nos engagements parce que nous avons pu faire ce que nous avons aimé et aimerons toujours : le journalisme .Si cela était à recommencer, nous n’aurions pas hésité un seul ainstant Mais comme   dit le dicton «  Si jeunesse savait et si vieillesse pouvait »

DIADO Amadou, Edmond pour les intimes ( l’un de ceux qui  comme nous et comme beaucoup   ont atterri dans l’escarcelle de ce monde des médias) avait dirigé   bien de rédactions au commencement de notre presse nationale . II alimentait entre autres la rubrique «  L’homme du Niger » et un jour ayant interviewé une   femme, il titra aujourd’hui «  L’homme du jour est une femme » Quelle subtilité et quelle   complémentarité ? Ce qui nous rappelle qu’un jour l’Académicien   L   Sédar SENGHOR   premier africain agrégé en grammaire parlait du Sénégal.   II s’agissait de son pays II avait dit la Séné... et l’auditoire s’attendait à ce qu’il dise Sénégal ..    Mais, il dira la Séné Gambie , ce fleuve. II aura intelligemment   rattrapé ce qui aurait pu constituer pour nous africains une bavure Mais, Dieu merci les grands esprits habitent les grands hommes   Ainsi va le monde des érudits, et des illuminés ... J’avais créé des rubriques comme «  Villes et Villages » «  Villes et Villages » qui m’avaient permis de découvrir notre pays le Niger à partir de ses entités . Radio Niger, l’ainée de la Voix du Sahel , en avait fait une émission d’animation et d’information, chaque Samedi ou Dimanche Ce qui nous a fait voyager à travers et à l’intérieur de notre beau et vaste et Territoire : 1 267 OOO kms soit , deux fois et demi du Territoire français     nous   avons découvert ainsi notre peuple, avec sa diversité, ses richesses, sa culture et sa nature. Les citoyens étaient informés et formés sans avoir   à se déplacer parfois, grâce à la Radio et à la Télévision Nationales Aujourd’hui   nous le sommes beaucoup  plus avec la floraison des organes de Pesse. Bien des anciens s’en souviennent toujours   II   y a seulement quelques dizaines d’années de cela   .  Toujours en tant que journaliste , j’avais également une   rubrique   les«  Collèges Privés » qui venaient d’être créés pour combler un vide en venant à la rescousse de l’Etat qui avait   des problèmes pour caser tous ces élèves   Les premiers de ces   établissements privés étaient le Collège de l’Humanité fondé   par notre brave compatriote GUERO  un autodidacte D’abord des classes en paillotes au quartier Lacouroussou , en face de l’habitation de Issaka DABORE . Notre éternel champion mondial en   boxe. Celui qui honora le Niger à vie en raflant la plupart des médailles et coupes mondiales en or. Honneur , Dignité et Gloire ! Le Collège de l’Humanité sera transféré vers la Zone résidentielle   vers le quartier Wadata , construit en dur. Mr GUERO   a ajouté   à l’Humanité .En   effet, grâce à son nationalisme, à son patriotisme et surtout à son humanisme, beaucoup de nigériens ont gagné leur vie. Et pourtant, les raisons qui l’avaient amené à créer ce centre du savoir sont inconnues de beaucoup   de nos compatriotes Eh bien c’est à l’age de 18 ans qu’il avait reçu une lettre et il était allé   demander à quelqu’un de lui la lire Mais, la personne lui avait tout simplement dit ceci «  va à l’école pour apprendre aussi à lire » Est ce une réponse à une personne qui vous demande de lui lire un document ? Et c’est depuis ce jour   notre brave compatriote a décidé de créer une Ecole pour non seulement pour qu’il apprenne à lire et à écrire mais surtout aider toute personne à s’affranchir d’un tel handicape :l’ignorance. Voilà pourquoi lorsqu’on parle de sacrifice la Nation doit être reconnaissante envers un citoyen de cette catégorie qui avait tout mis à la disposition de ses semblables II mérite d’être honoré par la   République ,celle qu’il a contribué à grandir. Son nom doit être   porté par une grande place, in Institut ou une Université du Niger , pourquoi   pas ? Le   deuxième Collège qui avait ouvert ses portes s’appelait SONNI   , le nom d’un célèbre guerrier Songhai . Le Fondateur s’appelait LAWSON  qui avait aussi créé dans des conditions très difficiles ce centre du savoir. Lui aussi mérite un témoignage pour ce geste si noble . 

AU NOM DE LA NATION                                                                                       
   Ce long plaidoyer m’amène a dire certaines vérités qui ne sont qu’une triste réalité . Aucune communauté ne peut vivre et prospérer en oubliant ceux qui ont donné le meilleur d’eux mêmes pour que reste debout la République. Cette mémoire est l’épine dorsale autour de laquelle se tisse   une communauté de destin. Un peuple se forge à travers son histoire et aussi ses valeurs. Oui, peuple nigérien, le notre s’est forgé également dans une trajectoire en dents de scie qu’il a   traversé avec dignité et honneur. Comme tous les peuples, nous avons notre place, toute notre place sur cette terre. Et nous le méritons bien. Ceci me conduit à rappeler certains faits   II s »agit des lieux et places publiques que la 1ère   République avait dédiés à des citoyens qui l’ont mérité Qu’il s’agisse d’hommes politiques, de vaillants combattants qui ont mérité selon ceux qu’ils ont posé comme actes ou des hommes de culture, d’historiens, des lieux leur avaient porté leurs noms. Comme cela se fait dans tous les pays du monde, sous tous les cieux. Je   pourai citer des noms comme ceux de Moussa   GROS ,   Alkeydou TOURE,   DJIBO Yacouba, MAMANE Ousmane dit Petit COCO,   Souley DJOULA .... et tant d’autres qui avaient disparu au lendemain du premier coup d’Etat Militaire du 15 Avril 1974 du Lt Colonel Seyni KOUNTCHE . Ce que pouvait facile comprendre et même accepter les nigériens vivant sous un régime militaire et d’exception. Mais, depuis, beaucoup d’eaux ont coulé sous le pont Le Président Ibrahim MAINASSARA BARE , Général de son Etat, avait bel et bien baptisé l’Aéroport International de Niamey AEROPORT INTERNATIONAL HAMANI DIORI   Un acte salutaire et les nigériens en sont fiers Et pourtant il était un porteur de tenue qui avait tordu le cou de la Constitution de la République. Et pour mémoire son papa, le Mainassara BARE était un enseignant du parti Sawaba auquel le régime des colons et du RDA n’avaient pas fait de cadeau .On l’avait trimballé d’un coin à un autre sur le territoire nigérien jusqu’à Dori hier au Niger aujourd’hui au Burkina A Ayérou, à Maradi et ailleurs, on retrouvera ses traces de l’enseignant modêle et fd’un citoyen qui n’avait jamais courbé l’échine face aux intimidations et aux diverse menaces. Qu’à t-on dédié au Président IBM . Rien, sinon un Rond Point piteux, et insignifiant Quelle honte et quelle tristesses ! Pendant ce temps des lieux illustres portent des noms insignifiants. Pour faire bonne mesure puisque sous làogeons à l’enseigne d’une République des justes, démocratique et souveraine il serait urgent de remettre les pendules à l’heure surtout si les générations actuelles tiennent à ce que la mémoire collective les récompense , les honore et retienne leurs noms et leurs passages . Nous devons continuer à inaugurer, à baptiser des places et des lieux et à dédier des noms de nos nombreux serviteurs de la Nation   qui attendent à   leur tour de voir. leurs noms   retenus   par l’Histoire avec   un grand   H.   Sinon , un jour les familles concernées pourraient bel et bien et cela à juste titre contre l’Etat   en se servant des voies   de recours légaux : les Tribunaux. Parce que l’Etat   come la République sont une continuité. Je pense pour ma part que ceci relève de la responsabilité des entités décentralisées disons, les Gouvernorats, les Préfectures et les Communes. Et d’ailleurs à l’heure de cette Renaissance   Culturelle   que partage tout le peuple nigérien l’occasion est trop   belle   pour rendre à César ce qui revient à César.     En lançant ce pavé dans la mare, j’apporte   ainsi ma   modeste contribution à la construction de notre Renaissance Culturelle, un patrimoine commun.   Parce que la construction est un puzzel. Et surtout que notre pays comme les Maliens l’ont fait pour le grand Panafricaniste Modibo KEITA , s’apprête à célébrer le Centenaire Président   DIORI Hamani   Quelle belle idée pour celui qui a donné naissance à   notre République le 18 Décembre 1958   et coupé le ruban de notre souveraineté et notre de Indépendance le 3 Aout 196O Mais qui fut également le premier père Fondateur de la Communauté Francophone l’ACCT et Niamey notre belle capitale   le berceau   le 2O Mars 1970.

Abdoulaye HASSANE DIALLO

 Docteur en Sciences Politiques, Journaliste et Auteur
  

Dernière modification le mardi, 24 mai 2016 11:46

Idées et opinions