samedi, 11 juin 2016 03:51

Les attaques meurtrières à Yebbi et Bosso : Communiqué du CoNiF

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Conif NigerAprès les attaques meurtrières à Yebbi et Bosso, perpétrées par les forces du mal de Boko Haram, le Conseil des Nigériens de France (CoNiF) s’est réuni en session extraordinaire aux fins d’analyser la situation sécuritaire qui se présente une fois de plus dans cette zone martyre du Niger.
Le bilan officiel des combats de Bosso fait état de 26 morts, du côté des Forces de défense et de sécurité (24 militaires nigériens et 2 nigérians) et de 55 tués parmi les insurgés.

De sa jeune histoire, dont ses habitants sont épris de paix, de solidarité et de tolérance, le Niger n’a jamais connu une telle flambée de violence : cette haine, lâche et aveugle de Boko Haram menace actuellement, en ce début du mois béni du ramadan, la vie de plus de 50 000 personnes fuyant les zones de combats autour de Bosso, Toumour et 250 000 déplacés des camps de refugiés.

Les nigériens ne peuvent plus accepter la permanence de ces massacres, réfléchis, planifiés et exécutés sur les populations civiles et celles chargées de les protéger.
Par conséquent, nous membres du CoNiF, après concertation :

1- Sommes de tout cœur avec ces compatriotes dans cette nouvelle épreuve et présentons nos condoléances aux familles des victimes de la barbarie de Boko Haram ;

2- Rendons un vibrant hommage à nos forces de défense et de sécurité et les encourageons dans l’accomplissement de leur noble mission, qui consiste à défendre le territoire national ; la Nation leur est reconnaissante ;

3- Eu égard aux multiples sacrifices des FDS, nous invitons le gouvernement à instituer une « Journée nationale de l’Armée nigérienne » ; les enfants des victimes militaires doivent être élevés au rang de pupilles de la Nation avec tous les droits y afférant ;

4- Réaffirmons notre attachement à un Islam de paix, dénué des oripeaux négatifs que certains qui se réclament « musulmans » veulent lui donner. Aucune idéologie philosophique ou religieuse ne peut cautionner ces pratiques nihilistes d’un autre âge ;

5- Exhortons le gouvernement de doter notre Armée républicaine de tous les moyens humains et matériels nécessaires pour sécuriser nos frontières et notre peuple. Il ne saurait y avoir de développement sans sécurité ;

6- Encourageons le gouvernement à aider les populations en errance et celles dans les camps de refugiés. La solidarité nationale doit ici exercer son plein droit surtout en ce mois béni et soulager les populations des souffrances endurées ;

7- Sollicite la solidarité des nigériens de la diaspora afin d’apporter leur soutien financier, à quelque niveau que ce soit, aux victimes de la barbarie de Boko Haram.

Vive le CoNiF
Vive le Niger dans la paix et la tolérance
Que Dieu veille sur notre Nation et notre peuple.

 

Fait à Paris, le 7 juin 2016
Le Comité Directeur du CoNiF

 

 

Dernière modification le samedi, 11 juin 2016 04:10

Idées et opinions