jeudi, 30 juin 2016 03:20

Qui est plus patriote que qui au Niger ?

Évaluer cet élément
(0 Votes)

http://nigerdiaspora.net/images/Niger-Drapeau-PAIX.jpgCes derniers temps, des acteurs des médias et de la société civile – dont la proximité avec le pouvoir en place est connue de tous – s’échinent à donner de leçons de patriotisme à tous ceux qui osent exprimer une opinion contraire à celle des tenants du pouvoir et qui critiquent les mauvaises pratiques de ces derniers. Les sorties de ces «moralisateurs » se sont beaucoup intensifiées depuis la publication, par le journal «Le Courrier», des listes des personnalités du régime présumées impliquées dans les fraudes au concours des agents de la santé et avec les prises de position exprimées par certains citoyens suite à la sanglante attaque de Boko Haram sur la localité de Bosso, dans la région de Diffa.

Ainsi, selon les «vrais patriotes» proches du pouvoir, les journalistes du «Courrier» et tous ceux qui ont osé critiquer le régime du Président Issoufou Mahamadou suite à l’attaque de Bosso ne sont pas des vrais patriotes. Ils sont soutenu cela à travers des écrits sur les réseaux sociaux, ainsi que dans les colonnes des journaux et sur les ondes des radios et télévisions. Si ces «patriotes » autoproclamés étaient des Nigériens nés avec ou après la 7ème République, on pourrait au moins leur accorder le bénéfice du doute et considérer que leur discours reflète leurs vraies personnalités. Mais, malheureusement pour eux, ils ont tous des adultes nés longtemps avant l’avènement de la 7ème République et ont donc agi sous les précédentes Républiques. Les Nigériens les connaissent parfaitement et les ont entendu parler et vu agir quand ceux qu’ils défendent aujourd’hui étaient à l’opposition. On peut simplement s’arrêter au seul régime de l’ancien Président Tandja Mamadou (2000-2010) pour rappeler à ces moralisateurs que les Nigériens les ont entendu et vu en train de louer un journal proche du Parti nigérien pour la démocratie et le socialisme (PNDS), aujourd’hui principal parti au pouvoir, pour ses dénonciations des actes de mal gouvernance, en publiant au besoin des noms de personnalités, comme vient de le faire le journal «Le Courrier». Qui ne se rappelle pas du bruit entretenu autour des affaires dites LAP, PSOP, MEBA, ZEINAB et autres, par ceux-là qui accusent aujourd’hui le journal «Le Courrier» d’avoir commis un crime de lèsemajesté, en publiant les listes des personnalités présumées impliquées dans une affaire aussi grave que des fraudes à un concours de recrutement des agents de la santé à la Fonction publique ? Quelle autre affaire, parmi celles sur lesquelles se sont délectés hier nos moralisateurs d’aujourd’hui, peut être plus grave que celle-là où on a tenté d’envoyer des personnes sans compétence et de fois même sans qualification s’occuper de la santé des populations ? Le plus grave est qu’on retrouve, parmi ces moralisateurs disqualifiés, des acteurs des médias qui ont tenté de bâtir leur réputation dans la dénonciation des «scandales» sous les anciens régimes, principalement celui de Tandja Mamadou. C’est désormais vrai que le ridicule ne tue pas au Niger, sinon... ! Même sur une question aussi sensible que la sécurité, ceux qui veulent se montrer plus patriotes que d’autres aujourd’hui sont disqualifiés à faire la morale aux Nigériens. En effet, quand des militaires nigériens – agissant au nom de la patrie – tombaient sur des mines et dans des embuscades des éléments du Mouvement des Nigériens pour la Justice (MNJ) entre 2007 et 2008, ces hommes et femmes qui s’agitent aujourd’hui cachaient à peine leur joie. C’est seulement aujourd’hui qu’ils se rendent compte que certains comportements des citoyens sont de nature à «saper le moral» des troupes ? Les Nigériens n’ont pas encore oublié tout le boucan qu’ils ont fait autour de la libération du correspondant d’une radio internationale arrêté et emprisonné pour ses liens présumés avec la rébellion du MNJ. Comme quoi au Niger on sait qui est qui et qui est capable de quoi. Le patriotisme ne se proclame pas à travers des écrits ou des paroles, mais c’est tout un comportement que le citoyen cultive et développe en oubliant ses intérêts égoïstes et mesquins. Ce n’est pas seulement quand on mange au même râtelier que les tenants du pouvoir qu’on va le revendiquer, mais on doit le manifester en tout lieu et en tout temps.

O.A.M

 

Dernière modification le jeudi, 30 juin 2016 14:29

Idées et opinions