mercredi, 06 juillet 2016 08:23

Point de Presse des Etudiants Nigériens du Programme Spécial

Évaluer cet élément
(1 Vote)

USN DENBS USNVu l’acte n° 27 de la conférence nationale souveraine portant reconnaissance juridique de l’USN.

Vu le statut et le règlement intérieur de l’USN.

Face à la dégradation de nos conditions de vie et d’étude, nous, Etudiants Nigériens du Programme spécial à sup ‘management Fès/ Maroc faisons la déclaration suivante :

  • Il vous souviendra que ça fait aujourd’hui deux semaines que nous avions été avec brio gradés aux titres des ingénieurs et des managers. Cependant après deux ans de dure labeur, après deux ans d’étude,  notre Ecole refuse de nous donner les diplômes, refuse les attestations et mêmes les relevés de notes au mépris de la convention qui nous lie. Ainsi nous dénonçons cette attitude sournoise de se camoufler derrière le Ministère de tutelle pour garder nos diplômes, sans rime ni raison et surtout en complicité avec quelques responsables fondateurs de ce programme.

  • Comme si la souffrance qui nous a été infligée ne suffit pas, l’ANAB refuse de payer notre deuxième tranche de bourse malgré nos conditions de vie. Nous condamnons l’indifférence affichée de l’ANAB face à notre situation sachant qu’il y’a plus de 6 mois que nous n’avons pas reçu notre bourse.

  • De surcroit, après neuf mois de restauration (à compter de premier octobre) celle-ci a été suspendue depuis le 30 Juin alors que la convention prévoit dix mois soit du premier octobre au 31 juillet, au vu et au su des responsables qui nous ont fait venir, et cela malgré le mois béni de Ramadan. Nous sommes esseulés, sans bourse, sans restauration, sans diplômes, sans rien du tout, notre situation donc va de mal en pis. Cela nous montre combien notre rapport avec Sup’ management est un rapport mercantiliste puisqu’elle a détenu sans vergogne nos diplômes et a coupé injustement et sans avertissement officiel au préalable notre subsistance. Au début nous étions les bénéficiaires de ce programme, mais maintenant, il semble que nous sommes les victimes.

Nous fustigions la velléité, l’inconséquence et la défaillance de notre gouvernement dans la résolution de ce problème, qui nous font perdurer inutilement et dans des conditions misérables sur un territoire étranger.

Ainsi, nous réclamons dans l’urgence et en substance :

  • Nos diplômes, attestations, et bulletins de notes retenus injustement et sans raison valable par l’Ecole sup ‘management,

  • Le paiement sans délais de notre deuxième et troisième bourse de second cycle y compris le rappel de la première,

  • Le paiement des billets de train pour le retour Fès-Casablanca conformément à la convention,

  • L’obtention de nos billets d’avion Casablanca-Niamey pour retourner chez nous.

Par ailleurs, nous condamnons la description grotesque et amplifiée de notre situation faite précédemment sans avoir sollicité notre avis.

En outre, nous souhaitons bonne fête d’aïd el fitr à tous les Nigériens en particulier et la oumma islamique en générale.

Enfin nous présentons nos condoléances les plus attristées aux familles de nos Forces de Défenses et de Sécurité tombés sur le champ d’honneur dans la lutte contre la secte diabolique Boko Haram.

Vive la DENBS

Vive l’USN

Vive le Niger

Dernière modification le jeudi, 07 juillet 2016 05:32

Idées et opinions