Annonce

Lack of access rights - File 'http:/nigerdiaspora.net/images/Soumaila-BDOU-SADOU-02.jpg'

dimanche, 31 juillet 2016 14:06

Lettre ouverte au Président de la République du Niger

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Soumaila BDOU SADOU 02Monsieur le Président de la République,
Pendant la dernière campagne pour l’élection présidentielle dans notre pays, Monsieur le Président de la République, par ailleurs candidat à votre propre succession vous aviez parcouru tout le Niger en brandissant dans tous vos meetings combien nombreux, un document intitulé « Programme   de la renaissance acte 2 ». Dois-je avouer que ce programme est très ambitieux pour notre pays dans sa longue marche vers le développement économique, social et culturel. Aussi, je dois souligner au passage que ce programme est de loin plus ambitieux par rapport au premier (celui de 2011, après un exercice de comparaison que je m’étais imposé) tant sur le plan de l’innovation que sur le plan de la vision stratégique pour le rehaussement du niveau et la qualité de vie de nos compatriotes.

A présent que vous êtes réélu avec le renouvellement de votre bail à la tête de notre pays, il est nécessaire de mettre sur la table certains des engagements de votre programme. Parmi, ces nombreux points figurant dans le programme de la renaissance acte 2, j’aimerais vous entretenir pour une première lettre comme entrée en matière, d’un point qui parait à mes yeux très révolutionnaire pour notre pays, sa mise en œuvre sera historique tant cette réforme replacera notre pays sur les rails du développement avec une administration débarrassée d’une politisation à outrance qui la caractérise jusque-là. C’est pour cela il est opportun de vous rappeler Monsieur le Président de la République, cet engagement écrit noir sur blanc surtout quand l’engagement ne coûtera pas un seul franc au trésor national.

En effet, dans votre programme dit de renaissance acte 2, dans sa section Administration Territoriale, après avoir clairement diagnostiqué sans complaisance le niveau actuel de la gouvernance administrative territoriale envisage de faire de l’Administration Territoriale un véritable outil de développement. Ainsi, selon ledit programme «  pour atteindre cet objectif, il importe de corriger l’inadéquation entre les missions dévolues à l’Administration Territoriale et le profil du personnel qui y exerce présentement. Cela est d’autant plus nécessaire qu’avec l’effectivité du processus de décentralisation matérialisée par l’installation des Collectivités Territoriales, les représentants de l’Etat (Gouverneurs et Préfets) ont la double mission d’animer et de coordonner les Services Déconcentrés de l’Etat mais aussi et surtout celle de contrôle des organes des Collectivités Territoriales et leurs actes ainsi que l’encadrement et l’appui conseil à leur apporter. » Dans cette perspective, ledit programme envisage alors deux mesures phares que nous saluons vivement à savoir :

-        la création d’un corps de de préfet, chose inédite dans l’histoire de l’administration de notre pays.

-        L’adoption par décret, du statut particulier du personnel de l’Administration Territoriale telle que prévu par la loi n°2007-26 du 23 juillet 2007 portant statut général de la Fonction Publique.

Je puis vous dire Monsieur le Président de la République qu’il s’agit d’une analyse avec beaucoup de lucidité tant la situation est grave et que ces mesures sont d’une impérieuse nécessité pour notre pays à l’heure actuelle où la politique continue à brider les atouts de notre pays en retardant de manière inacceptable notre développement. Ainsi, la politique a été dévoyée pendant longtemps du fait que beaucoup de nigériens n’ont pas encore compris cet outil formidable pour les changements importants dans une société avec un développement désormais possible, ce louvoiement ne doit plus durer. En plus, même l’administration qui est censée incarner la neutralité totale est mise à rude épreuve par la politique de par sa politisation injustifiée. C’est pourquoi il est nécessaire d’ouvrir ce nouveau chantier au nom des générations futures.

Nous avons hâte de voir se concrétiser la création de corps de préfets que vous aviez promis, à ce titre je me permets déjà d’imaginer ce corps avec son uniforme distinctif et ses insignes représentant l’Etat, un corps qui sera sans doute soumis à toute la rigueur de la discipline qu’impose l’exercice de la fonction. Le corps de Préfet qui doit être incompatible avec un mandat électif, l’appartenance à un parti politique doit être strictement interdite à tous les membres de ce corps entre autre mesures. Un corps qui a vocation à affirmer son indépendance en s’émancipant des politiciens du fait que son seul crédo consistera à servir l’Etat car les hommes passent mais l’Etat demeure. Pour une fois les nigériens auront l’impression de sortir de cette politisation qui a trop tiré notre pays vers le bas.

Aussi, les services déconcentrés dont ils ont la coordination pourront travailler sereinement avec des résultats excellents au bout sans conteste. C’est une vérité incontestable aujourd’hui que les Gouverneurs et les Préfets qui vous représentent ainsi que tous vos ministres dans toutes les circonscriptions administratives non seulement ils font preuve d’impéritie notoire mais constituent les principaux vecteurs de la politisation des services déconcentrés dans leurs différentes entités administratives y compris la vie locale. Ils participent fortement sans aucune réserve ou neutralité à politiser les services déconcentrés. Vos représentants transforment leurs cabinets en officines politiques où sont recrutés de nouveaux militants en même temps sont reçus à tour de rôle et au quotidien les militants influents et responsables de leurs partis politiques respectifs de la région ou du département. Ces cadres de commandement sont dans tous les coups politiques oubliant qu’ils ne sont pas là pour un parti mais pour un travail immense qui exige un énorme don de soi.

Il est donc temps que notre pays rompe avec ces politiques qui continuent à maintenir notre administration publique dans le bas des classements des administrations compétitives et modernes. Il est temps de procéder à de grandes réformes  qui aboutiront à un service public de qualité que les tous usagers sans distinction de coloration politique apprécieront. Et la création promise de ce corps doit être votre réponse adéquate à la politisation de notre administration. À l’instar de certains pays de la sous-région qui avaient effectué ces réformettes avec des résultats probants qui se traduisent par le dynamisme de l’administration territoriale de ces pays, notre pays ne doit pas rester en marge. Monsieur le Président de la République, nous ne pouvons continuer à appliquer en 2016 des mesures adaptées au contexte de notre pays à l’indépendance qui consistait à nommer des enseignants, autres agents de santé et vétérinaires non préparés pour accomplir les tâches qui leur incombaient alors que notre pays en plus de disposer aujourd’hui dans l’administration publique assez de cadres ayant le profil pour pouvoir mener le travail à bon port dans toutes les entités administratives , le contexte de modernité avec les multiples mutations qu’il impose à nos pays doit dicter cette nouvelle orientation pour l’Etat avec ses intérêts stratégiques. Alors je vous prie de ne pas hésiter dans la mise en œuvre cette réforme promise qui plus est, indispensable aujourd’hui à notre pays au vue de son état.

Monsieur le Président de la République, ce point de votre programme ne doit pas être un embellissement et surtout le peuple nigérien ne doit pas croire comme à l’accoutumée que les promesses de campagnes électorales n’engagent que ceux qui y croient.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Président de la République, l’expression de ma très haute considération.

Soumaila ABDOU SADOU                                  

Administrateur Civil

Diplômé du 3ème cycle de l’ENAM

Diplômé de l’Université Djillali Liabes

Dernière modification le dimanche, 31 juillet 2016 14:11

Idées et opinions