mercredi, 24 août 2016 19:54

Amères vérités : Demain nous édifiera et demain appartient à Dieu ...

Évaluer cet élément
(1 Vote)

Seini Oumarou MNSD 001L’histoire politique nigérienne retiendra que le Mnsd Nassara, sous la direction de Seïni Oumarou, est allé prêter main forte à un homme qui a détruit le Niger en cinq ans ; un homme qui, de l’aveu de Seïni Oumarou, a institué un pouvoir satanique au Niger et qui représente véritablement un danger public dont il faut s’armer de courage pour débarrasser le Niger. Lorsqu’on examine la situation catastrophique du Niger dans laquelle Mahamadou Issoufou a plongé ce pays qu’il a pourtant juré, sur le Saint Coran, de servir avec loyauté et responsabilité, l’on est bien obligé de s’interroger sur les motivations profondes qui ont pu décider Seïni Oumarou et le Mnsd Nassara à s’aliéner pour exister dans l’ombre du Pnds Tarayya et selon le bon vouloir de Mahamadou Issoufou. Pourquoi ont-ils fait ça au Niger ? Pourquoi donner une prime à quelqu’un qui a fait couler le Niger ?

Pourquoi soutenir un homme sous le magistère duquel l’Etat commet le crime d’abandonner l’école nigérienne à son sort déjà triste ? Pourquoi soutenir un homme qui, pour un malheureux populisme, décide de recruter à tour de bras sans être capable d’octroyer des matricules à des milliers de jeunes aujourd’hui désemparés ? Pourquoi apporter son soutien à un homme qui, une fois au sommet de l’Etat, ne trouve rien de mieux à faire qu’à utiliser la force publique pour étouffer les libertés publiques ? Pourquoi apporter sa caution politique à un homme qui, au lieu de servir le bon exemple, s’illustre en plusieurs occasions, dans la violation de la constitution ? Pourquoi soutenir un homme qui a mis l’économie du Niger par terre  au point d’accumuler les arriérés ? Que cherche-t-on véritablement lorsque, crime en gestation, on apporte soutiens et concours à un homme sous le magistère duquel, l’Etat va bientôt céder 120 000 ha de terres parmi les plus riches à un consortium privé saoudien ? Comment peut-on être honnête avec son pays et son peuple et accepter de soutenir un pouvoir qui n’est pas issu de la volonté populaire mais d’un coup d’Etat électoral ?

Mahamadou Issoufou a parlé d’un coup de poignard dans le dos en parlant de certains officiers, relativement à la vraie-fausse affaire du coup d’Etat manqué. N’est-ce pas le ralliement du Mnsd qui est le vrai coup de poignard ? Les Nigériens ne trouvent pas la moindre réponse à ces interrogations. Et comme pour dire qu’ils ont patiemment préparé le coup de poignard qu’ils ont planté dans le dos du peuple nigérien, le sieur Aïdara, informe qu’ils ont entamé ces négociations depuis avril. Le comble du drame, c’est que dans les trois hypothèses formulées par le fameux comité mis en place par le Mnsd nassara, il n’y a eu la moindre place pour le Niger. Toutes les trois hypothèses tournent autour des intérêts de quelques militants avides d’argent qui entendent bien, dans cette gouvernance de wassosso, se servir avant que le château de cartes ne s’écroule. Le Mnsd n’a jamais expliqué en quoi son ralliement au pouvoir en place sert-il les intérêts supérieurs de la nation. Au contraire, tout le blabla développé tourne autour de questions d’argent, le levier central qui maintient encore ce parti en vie.

Mais, laissons Seïni Oumarou et ses amis gérer leurs contradictions pour nous préoccuper du Niger. Car, s’il est vrai que l’Etat s’apprête à vendre plus de 100 000 ha de terres de la région de Diffa à des Saoudiens, c’est que Mahamadou Issoufou est prêt à tout pour gagner de l’argent et continuer à paraître en voyageant et en finançant certaines dépenses liées à son prestige personnel. N’est-ce pas cela un coup de poignard dans le dos du peuple nigérien ? N’est-ce pas simplement une haute trahison ? Si l’affaire a un brin de vérité, c’est encore un autre acte de défiance de Mahamadou Issoufou vis-à-vis de ses compatriotes. Vendre des terres agricoles à des étrangers pour qu’ils y fassent travailler et en vendre les produits aux Nigériens n’est-il pas un crime ? Est-ce ça, la nouvelle trouvaille de l’initiative 3N ? Est-il imaginable d’envisager une telle éventualité ? Les populations de Diffa risquent, donc, de perdre tout et de devenir de parfaits étrangers sur leurs propres terres. En attendant, bien sûr, que les berges du fleuve Niger ne soient vendues aussi à d’autres avatars du même acabit, décidés à dépouiller les pays pauvres de leurs derniers espoirs : les terres les plus riches. Pendant qu’on y est, pourquoi ces Saoudiens, si riches et musulmans, ne relèveraient pas le défi de nous aider à réaliser le barrage de Kandadji ou à fertiliser l’Irhazer ? L’hypothèse d’une vente éventuelle de plus de 100 000 ha de terres exploitables à des Saoudiens dans un pays aux 2/3 désertiques et qui se bat contre l’avancée du désert, et donc, pour davantage de terres cultivables à une population qui croît à un rythme inégalé dans le monde, fait froid dans le dos. C’est plus qu’un crime contre le peuple nigérien. Si Mahamdou Issoufou est capable de vendre les terres les plus riches du Niger à des étrangers, c’est qu’il serait capable du pire.

C’est cette gouvernance désastreuse d’un Niger ruiné financièrement et miné par la corruption, les passe-droits, le clientélisme, les fraudes massives aux examens et concours, les détournements de deniers publics, le deux poids, deux mesures de la justice, … que le Mnsd nassara a choisi d’aller soutenir. Et Dieu seul sait que le pire est à venir. Car d’autres signaux inquiétants pointent déjà à l’horizon et l’endettement qui continue, malgré les mises en garde sévères du Fmi et de la Banque mondiale. Avec ce nouveau prêt de 35 milliards contracté auprès de l’UEMOA, le Niger s’enfonce davantage dans un bourbier financier qui va plomber une décennie, au moins, de développement. Quant à Mahamadou Issoufou, ça lui permet de continuer à entretenir son beau mirage, fixant ainsi tous ces hypocrites de compatriotes qui affirment que le Niger est dans le pétrin mais qui soutiennent curieusement l’homme qui en est responsable. Dieu déteste les hypocrites et finira par châtier tous ceux qui, délinquants sur les bords ou d’un caractère vénal pour penser au sort du peuple nigérien, utilisent leurs attributs et leurs pouvoirs pour le tromper et l’entraîner vers des lendemains difficiles. Abdoulkadri Tidjani, malheureux activiste d’un deal politique qui fait fi de l’intérêt général, est l’icône d’une conception de la démocratie et de la politique comme moyens de marchandage pour obtenir pour soi ce que l’on désire. Or, la politique est un engagement noble, très noble, je dirais, au service de son pays et de son peuple. Mahamadou Issoufou n’a pas travaillé dans les intérêts du Niger, mais ceux d’un clan qui s’est enrichi proportionnellement à la paupérisation des populations.

Mahamane Ousmane et le parti qui a parrainé sa candidature à la dernière élection présidentielle, le Mnrd Hankouri, ont, fort heureusement, pris le contre-pied de la décision de Seïni Oumarou. Pour le plus grand bien du Niger et de son peuple. Ils sont de loin meilleurs que tous ceux qui ne pensent qu’à leurs ventres insatiables ou qui sont prêts à faire le griot pour mentir et tenir des propos décousus et insultants pour le peuple nigérien. Il en est ainsi de ce vieillard incorrigible qui racontait récemment sur une chaîne de télévision locale que l’arrivée du Mnsd règlerait de facto tous les problèmes financiers du Niger. Outre que c’est un aveu d’échec de la gouvernance de Mahamadou Issoufou, le propos n’est rien d’autre qu’une diarrhée verbale d’un homme qui a des appréhensions pour les intérêts de son clan. N’a-t-il pas créé un parti politique dont les principaux postes sont tenus par lui-même et ses enfants ? Bref, Mahamane Ousmane a pris le parti du Niger et de son peuple. Il ne peut qu’en ressentir une légitime fierté qu’il doit être sûr de partager avec la grande majorité des Nigériens, bien plus au-delà de ceux qui ont boycotté le second tour de la présidentielle de mars 2016. Il doit être certain qu’il a fait un choix éclairé ; un choix qui l’honore et qui le grandit dix fois mieux que quelqu’un qui choisit des artifices et la force publique pour dire qu’il a gagné une élection. Demain nous édifiera et demain appartient à Dieu.

BONKANO

24 août 2016
Source : Le Canard Déchaîné

Dernière modification le mercredi, 24 août 2016 22:35

Idées et opinions