lundi, 05 septembre 2016 03:57

Des mesures pour atténuer la corruption à la Douane Nationale

Évaluer cet élément
(1 Vote)

Soumaila BDOU SADOU 02Dans le cadre de la mobilisation des ressources financières qui doivent permettre à l’Etat  de posséder les moyens nécessaires  pour  la mise en œuvre des politiques publiques, la Douane Nationale a un rôle très déterminant. Pour cela tout doit être mis en œuvre afin de permettre à la Douane Nationale de mener à bien ses missions.
En ces temps de crise de trésorerie  aigue qui frappe notre pays, le mémoire de fin de cycle d’un étudiant  de  l’ENAM apporte des solutions  parce que tout simplement traitant  de la problématique de la corruption à la Douane.

Un mémoire de fin de cycle  qui mérite une attention très particulière car pouvant servir de vadémécum aux responsables de la Douane et aux Hautes Autorités. Une immense contribution  et  un travail titanesque avait été abattu par l’impétrant pour diagnostiquer toutes les formes de corruptions à la douane nigérienne afin de redorer  le blason du douanier d’abord, du corps aux yeux de la population ensuite  et enfin il a fait d’importantes propositions afin d’atténuer  cette pratique qui a pris une envergure chez certains douaniers à l’appétit gargantuesque.
La corruption constitue un véritable frein  à la mobilisation des ressources par la Douane Nationale,  elle doit être  expurgée dans l’exercice quotidien de la  profession. En effet, la Douane Nationale est loin d’être épargnée de ce fléau qui contribue à annihiler les efforts de certains douaniers intègres et à atrophier surtout  tout effort de mobilisation des ressources dans l’intérêt national. C’est donc une ineptie de faire croire qu’il n’y a pas de corruption à la Douane ou croire que  tout ce que les douaniers mobilisent est intégralement versé au Trésor National ou bien que toutes les transactions se font dans la plus dans la grande orthodoxie.  Il existe une vérité  sur laquelle l’on ne doit plus se taire, dont il faut en parler ouvertement lors des débats publics, celle de la corruption ou les pratiques corruptives au sein de l’Administration des Douanes.
Mais avant d’énumérer  certains de ces mesures  qui sont très bien documentés dans le mémoire, il est important pour les nigériens de savoir  qu’il existe des disparités au sein même des unités douanières au Niger,  dans le sens où d’une part, certains bureaux  sont qualifiés de « bons bureaux » et d’autre part,  certains  stigmatisé s et qualifiés de «  mauvais bureaux » ou  « bureaux punition ».  C’est pourquoi, les agents des Douanes font des pieds et des mains pour être affectés dans les bons bureaux. Les unités douanières où il n’y a rien à gagner en termes de gros sous liés aux pratiques corruptives sont évitées comme s’il s’agissait d’Ebola. Cela se constate aussi à travers les effectifs des unités douanières. Alors que certains bureaux sont presque vides, d’autres enregistrent une surpopulation d’agents. En  conséquence, ces derniers n’ont même pas de locaux ou de mobiliers pour effectuer les tâches administratives.
Aussi, au sein d’un « bon bureau », il y a des  « bonnes sections » et « des mauvaises », cela a aussi pour corollaire, les agents affectés se livrent une rude bataille pour être au sein des bonnes sections. C’est pourquoi la période des réorganisations internes des unités douanières après les grandes affectations est source de tensions, de frictions ou de coups bas.
Pour les mesures d’atténuation de la corruption, il faut :
1.    Adopter un Code d’éthique et de déontologie.
2.    Mettre en place un Comité Permanent d’harmonisation et d’adaptation des procédures douanières au contexte.
3.    Réalisation et diffuser des spots et campagnes de sensibilisation en direction des douaniers et de la population.
4.    Effectuer journées « portes ouvertes » sur la Douane qui doit s’étaler sur une période de deux semaines.
5.    Former les agents économiques sur les contours réels du rôle économique de l’Administration des Douanes.
6.    Créer une « ligne rouge »  pour s’informer et dénoncer les abus  des douaniers.
7.    Gérer sans complaisance des affectations, des avancements, des récompenses et des formations.
8.    Interdire aux autorités politico-administratives et coutumières d’exercer les fonctions de commissionnaires en Douane ou d’opérateurs économiques.
9.    Mettre en place d’un véritable système d’audit et de contrôle internes au sein de l’Administration des Douanes.
10.    Inspecter régulièrement  l’Administration des Douanes par l’Inspection des Finances et par l’Inspection d’Etat.
11.    Permettre l’accès aux agents des Douanes aux biens et équipements sociaux.
12.    Relever de manière significative des revenus des agents des Douanes.
13.    Traiter électroniquement global et à distance de toute la chaine des procédures douanières de façon à éviter le contact physique.
14.    Instaurer une déclaration des biens des agents des Douanes au début, au cours et en fin de carrière avec l’obligation de justification des biens.
Soumaila ABDOU SADOU  Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Dernière modification le lundi, 05 septembre 2016 11:44

Idées et opinions