mercredi, 28 septembre 2016 23:25

Le Niger humilié à New York

Évaluer cet élément
(1 Vote)

New York NigerOh le bon vieux temps ! Qui se rappelle d’hier a certainement mal aujourd’hui. Sage adage qui dénote excellemment la situation de la diplomatie nigérienne. Il était une fois cette époque lointaine où les Présidents et diplomates étrangers jouent des coudes pour arracher une audience avec Feu le Président Seyni Kountché une fois qu’il est en déplacement. Que ce soit en Afrique, en Europe, en Asie ou chez l’oncle Sam, partout où il partait, Feu Kountché faisait l’objet de sollicitations aussi nombreuses que diversifiées. Dans un passé récent, notre pays avait connu cet engouement avec le Président Tandja Mamadou qui d’emblée s’imposait parmi ses pairs. N’eut été cette malencontreuse mésaventure du Tazartché, le Président Tandja aurait eu une aura rayonnante dans le monde entier. Il avait la rigueur nécessaire et le charisme qu’il faut. Les mots justes aussi.

Le pays quant à lui présentait des perspectives heureuses qui faisaient de lui la coqueluche des temps modernes, ce Niger aux potentialités énormes que tout le monde voulait avoir avec lui.

Tout ceci n’est que souvenir sous fond de regrets divers. Hier 27 Septembre, tous ceux qui ont suivi les premières informations sur la télévision guriste (ORTN) ont été profondément choqués par l’audience réservée au Président Issoufou Mahamadou à New York aux Etats-Unis. Cinq audiences ; cinq piètres audiences, avec deux responsables de sociétés privées dont B. Williams qui garde encore de bons souvenirs du Niger pas nécessairement sous l’ère Issoufou; une sous-sous secrétaire aux questions infantiles (ou questions des enfants) de Ban Ki Moon ; un algérien et un libyen : ces deux derniers sont très certainement les derniers qu’un chef d’Etat souhaiterait rencontrer ; tant leurs pays n’offrent rien de sérieusement concret et profitable. Piètres audiences pour un chef d’Etat élu à plus de 92% et qui se dit chantre des démocrates. Piètres images pour notre pays aux potentialités énormes et nombreuses. Peut-il en être autrement ? Difficile ou même impossible. La communauté Internationale ne tergiverse pas avec certaines questions, notamment de démocratie. L’on se rappelle la position catégorique des Nations Unies à travers Ban Ki Moon qui condamnait systématiquement le processus électoral nigérien qui a porté Issoufou au pouvoir. L’Allemagne en a fait autant. Seule la France a tergiversé pour finir, elle aussi, à reconsidérer sa position. Somme toute, le Niger à travers son Président Issoufou Mahamadou est désormais devenu une nation qui ne mérite aucun égard. En témoignent ces audiences « minables » accordées au Président de la République. Et, la télévision nationale toujours prête à diffuser tout ce qui frôle le Président a systématiquement présenté avec forces détails ces rencontres. Aucun discernement à appréhender que ces rencontres sont juste des humiliations et des insultes pour notre pays. Les plus attentifs auront très certainement remarqué le visage sombre du président à l’occasion. Son sourire légendaire a disparu complètement des lèvres. Il s’est juste contenter de croiser et décroiser les jambes, remuant la tête de gauche à droite pour réagir aux propos de ses invités. Pauvre Niger !

Notre pays est surendetté, n’offrant désormais aucune issue heureuse d’un partenariat rentable. Le pétrole, l’uranium et l’or, principales ressources du pays, ont déjà été bradées et cédées à vil prix à qui vous savez. Les grands travaux ont fini d’être négociés et attribués pour la plupart aux Chinois et à Bolloré. Les petits travaux sont dans les mains d‘entreprise guristes. Pourquoi alors les gens vont-ils perdre leur temps à rencontrer un Président dont le pays est dans un tel état de dégénérescence ? Le comble est la déstructuration du tissu social à travers les haines et inégalités entretenues dans la gestion démocratique hasardeuse et à l’à peu près. Les corporations sont pour la plupart en ébullition. C’est dire que le cadre d’exercice n’est plus ni crédible, ni propice pour les affaires. Quel fou s’intéresserait à un pays dans des tensions sociales ? Un pays où le népotisme a fini de créer de nouveaux richissimes hommes d’affaires? Ce séjour du Président Issoufou Mahamadou à New York est un véritable échec qui doit ouvrir les yeux à certains danaw-intellectuels (intellectuels aveugles) qui ne voient toujours pas le fiasco que déploie ce régime. Les Nigériens doivent davantage se résoudre à appréhender la vraie portée de ce régime qui est en train de saccager et d’hypothéquer des atouts de longue date. Si un pays est en crise financière, on peut espérer que l’étincelle jaillisse d’une aide extérieure pour relever les défis. Pour nous, les portes sont hermétiquement fermées tant du côté des Etats-Unis que de l’Union Européenne. Le mal est que ces gens sont tellement soudés que si un éternue, tout le reste attrape le rhume. En perdant le soutien de l’UE et des Etats-Unis, nous perdons aussi celui de leurs alliés de tous les bords. L’on comprend du reste pourquoi il y a deux mois le Président s’est lancé à l’assaut des pays africains amis comme l’Angola, le Congo et autres. Est-ce la raison pour laquelle il a choisi… de rencontrer les Libyens et Algériens ? Pas souhaitable car la déception serait encore plus grande de ce côté. Que les uns et les autres se ravisent : aucune perspective, aucune alternative.cinq piètres audiences, avec deux responsables de sociétés privées dont B. Williams qui garde encore de bons souvenirs du Niger pas nécessairement sous l’ère Issoufou; une sous-sous secrétaire aux questions infantiles (ou questions des enfants) de Ban Ki Moon ; un algérien et un libyen : ces deux derniers sont très certainement les derniers qu’un chef d’Etat souhaiterait rencontrer ; tant leurs pays n’offrent rien de sérieusement concret et profitable. Piètres audiences pour un chef d’Etat élu à plus de 92% et qui se dit chantre des démocrates. Piètres images pour notre pays aux potentialités énormes et nombreuses. Peut-il en être autrement ? Difficile ou même impossible. La communauté Internationale ne tergiverse pas avec certaines questions, notamment de démocratie. L’on se rappelle la position catégorique des Nations Unies à travers Ban Ki Moon qui condamnait systématiquement le processus électoral nigérien qui a porté Issoufou au pouvoir. L’Allemagne en a fait autant. Seule la France a tergiversé pour finir, elle aussi, à reconsidérer sa position. Somme toute, le Niger à travers son Président Issoufou Mahamadou est désormais devenu une nation qui ne mérite aucun égard. En témoignent ces audiences « minables » accordées au Président de la République. Et, la télévision nationale toujours prête à diffuser tout ce qui frôle le Président a systématiquement présenté avec forces détails ces rencontres. Aucun discernement à appréhender que ces rencontres sont juste des humiliations et des insultes pour notre pays. Les plus attentifs auront très certainement remarqué le visage sombre du président à l’occasion. Son sourire légendaire a disparu complètement des lèvres. Il s’est juste contenter de croiser et décroiser les jambes, remuant la tête de gauche à droite pour réagir aux propos de ses invités. Pauvre Niger !

Notre pays est surendetté, n’offrant désormais aucune issue heureuse d’un partenariat rentable. Le pétrole, l’uranium et l’or, principales ressources du pays, ont déjà été bradées et cédées à vil prix à qui vous savez. Les grands travaux ont fini d’être négociés et attribués pour la plupart aux Chinois et à Bolloré. Les petits travaux sont dans les mains d‘entreprise guristes. Pourquoi alors les gens vont-ils perdre leur temps à rencontrer un Président dont le pays est dans un tel état de dégénérescence ? Le comble est la déstructuration du tissu social à travers les haines et inégalités entretenues dans la gestion démocratique hasardeuse et à l’à peu près. Les corporations sont pour la plupart en ébullition. C’est dire que le cadre d’exercice n’est plus ni crédible, ni propice pour les affaires. Quel fou s’intéresserait à un pays dans des tensions sociales ? Un pays où le népotisme a fini de créer de nouveaux richissimes hommes d’affaires? Ce séjour du Président Issoufou Mahamadou à New York est un véritable échec qui doit ouvrir les yeux à certains danaw-intellectuels (intellectuels aveugles) qui ne voient toujours pas le fiasco que déploie ce régime. Les Nigériens doivent davantage se résoudre à appréhender la vraie portée de ce régime qui est en train de saccager et d’hypothéquer des atouts de longue date. Si un pays est en crise financière, on peut espérer que l’étincelle jaillisse d’une aide extérieure pour relever les défis. Pour nous, les portes sont hermétiquement fermées tant du côté des Etats-Unis que de l’Union Européenne. Le mal est que ces gens sont tellement soudés que si un éternue, tout le reste attrape le rhume. En perdant le soutien de l’UE et des Etats-Unis, nous perdons aussi celui de leurs alliés de tous les bords. L’on comprend du reste pourquoi il y a deux mois le Président s’est lancé à l’assaut des pays africains amis comme l’Angola, le Congo et autres. Est-ce la raison pour laquelle il a choisi… de rencontrer les Libyens et Algériens ? Pas souhaitable car la déception serait encore plus grande de ce côté. Que les uns et les autres se ravisent : aucune perspective, aucune alternative.

MASHI

29 septembre 2016
Source : Le Monde d'Aujourd'hui

Dernière modification le vendredi, 30 septembre 2016 06:18

Idées et opinions