mercredi, 02 novembre 2016 03:53

Déclaration de l'Union Des Etudiants Et Stagiaires Nigériens de France(UESNF)

Évaluer cet élément
(1 Vote)

UESNF 01

  • Vu l’acte n°27 de la conférence nationale souveraine portant reconnaissance juridique de l’USN.
  • Vu l’article n°34 de la constitution de la république du Niger reconnaissant et garantissant le droit syndical.
  • Vu l’article n°14 de l’USN reconnaissant la qualité des sections extérieures.
  • Vu la loi du 1er juillet 1901 relative au contrat d’association de la république Française.

Le comité exécutif de l’UESNF dénonce et condamne l’attitude du gouvernement Nigérien sur la privation des allocations de bourses dont les étudiants Nigériens sont victimes tant à l’intérieur qu’à l’extérieur.

Le comité exécutif de l’UESNF exige le paiement sans conditions des allocations de bourses de vacances des étudiants Nigériens de France dans les meilleurs délais.

En effet, le gouvernement a promis de payer tous les arriérés de bourses (bourse de vacances y compris) depuis le 4 août malheureusement seules les bourses de 2ème et 3ème trimestre ont été payées à ce jour suite à notre réunion avec SEM Bazoum Mohamed(1er ministre par intérim) avec le comité directeur de l’USN.

Nous exigeons au conseil d’administration de l’ANAB d’envoyer les états de paiement des camarades qui répondent aux critères sélection dans les plus brefs délais.

Le comité exécutif de l’UESNF s’insurge contre la répression brutale dont les étudiants de Zinder ont été victimes en ce jour le 1er novembre 2016 et le 25 octobre 2016 !

Est-ce un crime de réclamer le paiement des allocations de bourses et de l’aide sociale ?

Est-ce un crime de revendiquer des meilleures conditions d’étude ?

Le comité exécutif de l’UESNF apporte son soutien total et indéfectible au comité exécutif de l’UENUZ (Union des étudiants Nigériens de l’université de Zinder) et demande la libération inconditionnelle de tous les camarades injustement incarcérés !

Nous exigeons la démocratisation de l’enseignement supérieur au Niger; les choix des étudiants sont souvent subis. Limités par des sélections officielles ou plus confidentielles. Le taux d’échec des étudiants, particulièrement à l’université, est catastrophique. Plus de 70% ne passe pas en deuxième année. Une minorité obtient leur licence en trois ans. Le milieu social d’origine, la nature du bac demeurent prédictifs du niveau d’étude atteint. Que dire de la pauvreté, de la misère même de certains étudiants. Interdits de se loger, de se nourrir tout simplement. Enfin, hors les réseaux dont la plupart des étudiants se trouvent exclus, s’ils ne bénéficient pas d’un vrai support dédié et performant, ce qui demeure l’exception, trouver des stages puis un emploi est très difficile.

L’intensité de la reproduction sociale ne cesse de s’accroitre, en effet la place des individus dans la hiérarchie sociale est largement déterminée par leur milieu d'origine.

Nous condamnons la décision du gouvernement de ne pas organiser de concours à la fonction publique en 2017.

Nous demandons au gouvernement socialiste de réduire les inégalités sociales à défaut d’y mettre fin, nous déplorons la composition du nouveau gouvernement budgétivore de 42 ministres et nous encourageons le gouvernement à œuvrer inlassablement dans son programme PDES(Plan de développement économique et social).

Les étudiants représentent l’espoir et non pas le danger, il faut déployer des armes d’éducation de masse, l’augmentation du budget des universités et des programmes d’insertion professionnelle et sociale.

Enfin, nous présentons nos condoléances aux familles et amis des victimes du terrorisme.

Le Niger est pris dans un étau inquiétant vu les ressources limitées de l’armée (10% du budget), les problèmes de Diffa sont connus à cela s’ajoutent les attaques terroristes de l’Ouest et du Nord.

Nous encourageons les forces de défense et de sécurité dans leur noble mission.

Nous remercions le 1er syndicat étudiant Français l’union nationale des étudiants de France(UNEF) ainsi que l’union des étudiants communistes(UEC) pour leur déclaration de soutien !

Tous unis,nous vaincrons !

Vive l’union des scolaires Nigériens !

YAYE HAROUNA Abdoul Latif

Président de l’UESNF, section USN en France

Elu au conseil d’administration de l’université Claude Bernard Lyon 1


Ampliations :

-CD/USN

-CE/UENUZ

-CAB/PRN

-CAB/Ministère de l’enseignement supérieur de la recherche et de l’innovation

-Ambassade du Niger en France

Contact :Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Dernière modification le jeudi, 03 novembre 2016 06:00

Idées et opinions