mardi, 29 novembre 2016 13:21

Amères vérités : A peine Seini Oumarou s’est-il invité à la table que Adal Rhoubeid, depuis longtemps dégoûté, se lève, crache dans les plats et claque la porte.

Évaluer cet élément
(1 Vote)

http://nigerdiaspora.net/images/Adal-Rhoubeid-candidat-MDR-Tarna.jpgTant pis pour l’intrus qui n’a pas compris que les plats proposés, de l’entrée au dessert, en passant par le plat de résistance, sont à  un stade de décomposition avancée et les convives attendus, eux, cherchaient un moyen quelconque de ne pas mourir de ces mets indigestes.

 

Le départ fracassant du MDR Tarna de la majorité issue du hold-up électoral des 21 février et 20 mars 2016 est, quoi qu’on dise, un coup dur pour Mahamadou Issoufou qui est en train d’être rattrapé par tous les impairs qu’il a commis en riant sous cape mais dont il a visiblement négligé l’effet boomerang. Oui, l’effet boomerang de tous ces «péchés» volontairement assumés contre la République, la démocratie, l’Etat de droit, la justice et la gestion orthodoxe des deniers et biens de l’Etat. Il ne faut point se tromper en voyant dans ce divorce du MDR Tarna un fait sans incidence sur le pouvoir issoufien. Il a un impact négatif d’une grande importance. Ce n’est un rapport de chiffres et tous ceux qui s’égosillent en prétendant que le MDR Tarna n’ayant aucun siège à l’Assemblée nationale, qu’il parte n’enlèverait rien à la MRN. Et bien, voici ce que le départ du parti d’Adal Rhoubeid va coûter à Mahamadou Issoufou et son pouvoir.

Fondé sur une majorité concoctée en dehors des urnes, le pouvoir de Mahamadou Issoufou est un château de cartes ou si vous préférez une image de chez nous, une tresse faite sur des poux. Elle ne restera longtemps sur aucune tête au monde. Son porteur gardera son malheureux trophée quelque laps de temps - le temps que ça commence à gratter - avant de se mettre à l’évidence qu’il ne pourra ni continuer à le garder ni faire semblant que ça ne gratte pas. Mahamadou Issoufou et ses camarades sont, donc, pris à la gorge et chaque jour qui passe aggrave leur situation. C’est un véritable purgatoire qu’ils vivent et il n’y a que ceux qui ne comprennent pas grand-chose aux manifestations d’une agonie ou qui ne veulent rien savoir qui jubilent encore, dans l’inconscience juvénile ou coupable de la gravité de la situation. Le départ d’Adal Rhoubeid accentue cette angoisse morbide qui tenaille les tenants du pouvoir qui se savent sous asphyxie financière et que dans le désert du Ténéré, ça ne pardonne pas d’avoir un bidon d’eau vide. Or, non seulement Mahamadou Issoufou a gaspillé ses réserves, mais il a avancé en piétinant tout sur son chemin, se contentant d’abreuver ses compatriotes de discours creux tandis que tout va à vau-l’eau. C’est cet échec incontestable de Mahamadou Issoufou et ces péchés multiples dont la gouvernance issoufienne porte les marques affamantes, que le MDR Tarna a dénoncés avec une rare violence. Un coup dur pour Mahamadou Issoufou dont le pouvoir, selon Paris-Match, entretient des relations avec des réseaux mafieux qui font dans le trafic de drogue dure (cocaïne). Le député Sidi Lamine du MPR Jamhuriya à été nommément cité dans cette grave affaire qui, toujours selon Paris-Match, serait lié à l’enlèvement de l’Américain Jeff Woodke, en août 2016, dans la région de Tahoua.

Il n’y a pas que cette affaire de trafic de drogue et l’implication du député Sidi Lamine. Le Niger est l’objet de contentieux judiciaires interminables qui coûtent aujourd’hui des dizaines de milliards essentiellement dus pour cause de non respect des engagements pris. Cela est vrai dans la rupture unilatérale du contrat en 2011. Cela est encore plus vrai après la signature, le 30 juillet 2016, de l’accord amiable partiel. Que vaut à l’extérieur un État qui n’est pas respectueux de ses engagements?

Adal Rhoubeid a dénoncé l’implantation de bases militaires étrangères sur le sol nigérien, non pas pour s’en prendre à ces pays amis, mais pour s’élever contre la violation flagrante de la Constitution. Et si la France, l’Amérique et l’Allemagne s’en accommodent parce que c’est au Gondwana, ils savent qu’ils sont là par un accord qui ne repose pas sur la souveraineté populaire. C’est donc un pouvoir usurpé par Mahamadou Issoufou qui a permis à la France, à l’Amérique et à l’Allemagne de s’installer sur nos terres. Quel crédit la France, je dis bien la France, pas François Hollande, l’Amérique et l’Allemagne peuvent-elles avoir pour un homme qui n’a aucun respect pour les lois de son pays ? Les dénonciations d’hier, comme celles du MDR Tarna, gênent considérablement ces pays qui ont été construits sur la primauté du droit.

En dénonçant tout haut la protection dont jouissent des délinquants notoires au sommet du pouvoir ainsi que la prééminence d’une justice sélective, c’est tout un pan du miroir aux alouettes qui se brise. La justice n’a jamais connu, dans ce pays, une si grande, une si scandaleuse instrumentalisation. Et c’est connu de tout le monde. Et le mérite du MDR Tarna, c’est d’avoir brisé la glace, d’avoir rompu l’omerta. Pour nos partenaires extérieurs, ils trouvent là des confessions intéressantes sur des péchés mille fois dénoncés par l’opposition politique. Adal Rhoubeid et les siens ont fait mal, croyez-moi, car c’est de l’intérieur que vient le coup. Avec la flopée de soupçons sur les petites amours que Niamey entretient avec des milieux proscrits par la communauté internationale, les graves accusations du MDR Tarna sonnent comme la goutte d’eau qui risque de faire déborder le vase. Car, si le pot aux roses n’est pas totalement brisé, il est fortement fissuré pour ne pas laisser voir le fond des questions abordées par le parti d’Adal Rhoubeid. Un exemple : dans l’épineuse question de la sécurité, il faut avoir peur que le Niger ne soit inscrit sur le même tableau noir que le Nigeria où ceux qui avaient la charge de procurer à l’armée nigériane l’armement indispensable à la lutte contre Boko Haram avaient détourné pour leur propre compte les milliards de dollars destinés à  cette fin à travers de fausses commandes d’équipements militaires introuvables sur le territoire nigérian. « Nos Forces de défense et de sécurité, malgré le courage dont elles font preuve, face à l’ennemi asymétrique terroriste, ne disposent pas de moyens matériels et techniques nécessaires et suffisants à l’accomplissement de leur mission,  malgré les milliards qui seraient investis dans ce secteur. En réalité, précise-t-il,  des personnalités connues de tous ont détourné sans scrupules ces fonds et seraient à la tête du palmarès des nouveaux milliardaires du Niger». C’est la plus grave accusation, et à  moins d’être un apatride ou un saboteur à la solde de l’ennemi, on ne peut admettre que des gens, pour s’enrichir, aient mis le peuple nigérien en péril. C’est un coup dur pour Mahamadou Issoufou qui ne peut ignorer d’apporter les preuves du contraire de ce que Adal Rhoubeid dit avec la plus grande conviction sans confirmer qu’il s’agit là du triste sort réservé au Niger et à son peuple.

29 novembre 2016
Source : Canard en Furie

Dernière modification le mardi, 29 novembre 2016 15:51

Idées et opinions