vendredi, 02 décembre 2016 23:30

La paranoïa du roi Pelé de la Fenifoot !

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Fenifoot Niger Mena NationalLe 12 novembre dernier, la Fenifoot avait organisé à Dosso une assemblée générale ordinaire des plus controversées que certains concitoyens n'avaient pas hésité de qualifier de mascarade honteuse, comique, voire grotesque.

Le 19 Novembre 2016, soit une semaine après la parodie d'assemblée générale, devant le tollé général de l'opinion nationale face à certaines décisions contestables, le président de la Fenifoot a cru bon de convoquer la presse nationale pour se justifier. Comme à ses habitudes, rien de concret n'était sorti de ce grand show. Ce fut tout simplement lamentable. La principale raison, c'est qu'en dehors de ses inconditionnels, l'intéressé a perdu tout crédit auprès de la grande majorité de nos compatriotes.

C'est la raison pour laquelle il a cherché à noyer le poisson dans l'eau en s'en prenant gratuitement à des honnêtes citoyens. Trois personnes ont été les cibles de ses tirs croisés. Il s'agit de : MM. Diambeidou Oumarou, Amadou Malicki Djibo et Amadou Roufai Dan Doua, respectivement, ancien Vice-Président de la Fenifoot (2005- 2009), Président de la Ligue Régionale de football de Niamey et Journaliste au Groupe de presse Liptako. Il a décidé de les salir, de les dénigrer, de les traîner dans la boue parce qu'ils représentent des menaces certaines pour le " tazartché " qu'il comptea organiser à l'occasion du renouvellement des instances dirigeantes de la Fenifoot prévu en juillet 2017.

Face à cette infamie, que faut-il faire ?

En raison de ce que nous représentons dans ce pays, de par notre éducation, notre cursus scolaire et universitaire, notre carrière administrative, notre responsabilité dans la gestion du football nigérien, le tout sanctionné par d'innombrables distinctions (ce qui n'est pas le cas de cet opportuniste qui toute sa vie durant a emprunté la courte échelle pour arriver à ses fins), nous avons beaucoup hésité à répondre à ce coup de pattes d'un individu primaire qui ne fonctionne qu'avec le mensonge, le dénigrement, l'orgueil, et l'égocentrisme. Pour ne pas donner raison à l'adage " Qui ne dit rien, consent ", nous avons décidé de lui répondre à travers ces quelques lignes qui éclaireront certainement la lanterne de nos concitoyens.

S'agissant du cas de Malicki Amadou Djibo qu'il accuse d'être une marionnette entre nos mains, nous affirmons et réaffirmons que nous sommes et demeurons solidaires de l'intéressé en raison de cette injustice dont il a été victime par son refus de se laisser instrumentaliser comme beaucoup d'autres.

Nous avons décidé de l'assister dans tout ce qu'il entreprendra dans un Etat de droit pour que justice lui soit rendue. Quel mal y at at- il à défendre ses droits et à se positionner derrière une personne que nous estimons lésée? Il n'appartient pas au président de la Fenifoot, fût-il l'Alpha et l'Oméga du football nigérien, de nous dicter notre ligne de conduite. En ce qui concerne M. Roufai Dan Doua, son seul péché est d'avoir été critique à son égard. Ce qui est le rôle de tout journaliste qui fait consciencieusement son travail. Il se trouve malheureusement que notre populiste président ne supporte pas la contradiction. Il aime voir les gens ramper à ses pieds, le magnifier, l'aduler, le déifier……

A propos de M. Oumarou Diambeidou, votre serviteur, qu'il accuse d'entretenir la zizanie dans le milieu du football nigérien, nous lui rappelons que nous ne sommes pas arrivé dans cette famille par effraction. Nous avions gravi tous les échelons des postes de direction du Sahel Sporting Club et nous avions écrit les plus belles pages de son histoire, avant d'accéder au Comité Exécutif de la Fenifoot de 2005 -2009, le premier à qualifier le Niger à une phase finale d'une compétition de la CAN U 17 en Algérie en 2009, organisée par la CAF, qui malheureusement a connu des ratés par la faute de certains renégats qui ont profité et continuent de profiter gracieusement de cet échec.

S'agissant particulièrement de notre passage au Sahel Sporting Club de Niamey, n'en déplaise au Colonel Pelé, nous allons lui rafraîchir sa mémoire d'amnésique et lui rappeler avec modestie et humilité, que grâce aux immenses efforts et sacrifices fournis par l'ensemble des membres de la grande famille de notre association, nous l'avions porté au firmament du football national. Nous avions fait de cette association le club le mieux structuré, le plus populaire, le plus titré du pays, qui avait pris une part significative dans la défense de nos couleurs nationales, chaque fois que de besoin, en fournissant à nos équipes nationales des joueurs talentueux et des encadreurs de haut niveau.

Il y a lieu également de souligner que nous revendiaquons notre contribution à la lutte pour la démocratisation de l'association au moment où notre pourfendeur avait fui ses responsabilités à la présidence de la ligue de Niamey. Pour faire un parallèle des accusations qui sont portées contre lui dans l'octroi du marché de construction du nouvel hôtel au Centre Technique de la Fenifoot à son cousin germain délégué médical de son Etat qui créa pour l'occasion une société nouvelle de bâtiment, il nous accuse d'avoir octroyé un marché de fournitures de divers matériels au même centre technique à M. Seyni Méréda, opérateur économique patenté connu de tous, à l'époque où il siégeait au bureau exécutif de la Fenifoot. Pendant les durs moments que cet exécutif avait connus du fait du manque de financement de ses activités par l'Etat du Niger, Méréda préfinançait ses activités. A ce jour encore, la Fenifoot reste lui devoir une bagatelle somme de plus de cinq millions de FCFA d'impayés consécutifs à la période (2005-2009). Malgré ses nombreuses relances, il n'a pas été désintéressé par le bureau actuel de la Fenifoot, bien que ce montant figure dans le Procès-verbal de passation de service entre le bureau sortant et entrant de la Fenifoot. Ce bureau entrant a pourtant bénéficié du remboursement par l'Etat de tous les préfinancements effectués par le bureau sortant. Pour revenir sur le prétendu marché de Méréda, il s'agissait d'une opération entrant dans le cadre du Projet Goal de la FIFA qui était géré à l'époque par le Camerounais Jean Manga Onguené. La transaction avait été ficelée par l'ancien président de la Fenifoot, le Colonel Major Amadou Diallo, et l'ancien Secrétaire Général de l'association, M. Sani Abdou, le tout supervisé par M. Onguené. Nous n'avions pris aucune part à cette opération. Pour ceux qui souhaiteraient avoir plus de précisions, ils pourront toujours contacter le Colonel Major Diallo à l'ambassade du Niger en Italie, M. Sani Abdou au Ministère de la Communication à Niamey et M.Manga Onguené au Cameroun.

Il n'est pas superflu d'indiquer qu'à la fin de la cérémonie de passation de service au siège de la Fenifoot le Colonel Pelé, très soupçonneux et sur conseils de son entourage, a effectué un déplacement pour un contrôle physique du matériel fourni par Méréda. Dieu merci, tout y était et cela figure bien dans le document de passation de service (une grande praemière dans la gestion du football nigérien).

Pour terminer, il y a lieu de rappeler au Colonel Pelé que ses méthodes de dénigrements, de diffamation, d'insultes, d'utilisation des mercenaires de la presse, des médisants des fadas, des gabdis, des opportunistes de tout acabit ne sont que l'arme des faibles, des minables et de tous ceux qui sont allergiques à tout débat contradictoire dans un cadre véritablement démocratique. Sa propension à se victimiser, sa paranoïa, sa phobie ne sont que la traduction de la peur qui les tenaille et les empêche de dormir, lui et ses acolytes, dans la crainte de voir l'aboutissement de la manifestation de la vérité dans leurs dossiers sulfureux qui sont pendants devant la justice. Par la grâce de Dieu, ces dossiers aboutiront et sonneront leur glas. Rien ne sera plus comme avant.

Sportivement ! El Hadj Oumarou Diambeidou

(Ancien 1er Vice-Président de la Fenifoot

Idées et opinions