samedi, 03 décembre 2016 09:47

De Banjul à Ouagadougou : Par Dr Farmo Moumouni

Évaluer cet élément
(1 Vote)

Farmo MoumouniDes bords de l’océan Atlantique aux bordures du Sahara, les peuples africains écrivent vaillamment l’histoire politique du continent.

Hier, à Ouagadougou, vingt-sept années de despotisme ont été balayées par la rue, en deux jours. Aujourd’hui, à Banjul, vingt-deux années de monocratie ont été disqualifiées par les urnes, en un jour.

Sur le chemin des peuples, que d’obstacles franchis, de sang versé, d’exactions et d’humiliations subies!

Assurément, les peuples endormis par le fatalisme, la répression, la peur et la terreur se réveillent. Le sommeil est plus ou moins long selon les endroits. Les peuples ne se réveillent pas sur le même pied, mais au fur et à mesure qu’ils sortent de la torpeur, tous voient le pouvoir sous un jour nouveau.

 

Les gouvernants comprendront à leurs dépens, la différence qui existe entre le pouvoir qu’on leur confie et le pouvoir qu’ils s’approprient.

Jusqu’à présent, les peuples ont suivi deux voies pour affirmer leur pouvoir : la rue ou les urnes. Entre les deux, les peuples acculés pourraient s’engager sur des chemins jusqu’ici inconnus.

Jammeh a daigné écouter le peuple, déchu il est à Banjul. Compaoré a fait la sourde oreille, chassé, il ne réside plus à Ouagadougou. Quel sera le sort de ces despotes encore en service, qui, de nos capitales, gèrent nos pays aux mépris de la volonté et des attentes de nos peuples?

L’avenir des pouvoirs autoritaires, des pouvoirs tyranniques et des pouvoirs usurpés est la déchéance. La chute peut être douce ou brutale.

La marche des peuples est irréversible et irrépressible. Potentats d’ici, tyrans d’ailleurs, vous pouvez louvoyer, vous pouvez tergiverser, les peuples vous rattraperons au terminus de votre parcours.

De plus en plus, les peuples surveilleront ce qui émane d’eux et leur appartient. Ils déshabilleront les dictatures dissimulées sous les boubous de la démocratie. Ils dévoileront les simulacres et les parodies de démocratie.

Dictateurs d’Afrique! Repentez-vous ou fuyez car les peuples debout ne peuvent plus s’accommoder de vos présences lancinantes.

Farmo M.

03 décembre 2016
Source : http://nigerdiaspora.net/

Dernière modification le lundi, 05 décembre 2016 23:13

Idées et opinions