mercredi, 26 septembre 2012 12:48

Interview : Dr Mahamane Yahaya, directeur de Cabinet du président de l’Assemblée nationale

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Mahamane YahayaDr Mahamane YahayaDans une interview qu’il nous a accordée, le directeur de Cabinet du président de l’Assemblée nationale revient largement sur les différentes innovations qu’a connues et que connaît l’institution parlementaire sous la direction de S.E. Hama Amadou.

 

«Le Président Hama Amadou envisage la construction d’une nouvelle Assemblée plus adaptée aux normes de la modernité », confie Docteur Mahamane Yahaya, Directeur de Cabinet du Président de l’Assemblée nationale



Mieux, Docteur Mahamane Yahaya annonce beaucoup d’autres innovations que le Président Hama Amadou envisage avant la fin de la présente législature.

M. le Directeur, comment est structuré le Cabinet du Président de l’Assemblée nationale et quelles sont les missions qui lui sont assignées ?

Docteur Mahamane Yahaya : Permettez-moi d’abord de féliciter l’équipe du journal «Le Parlement nigérien» qui, en dépit des conditions de travail pas toujours à la hauteur de ses attentes, abat quotidiennement un travail perspicace et professionnel en vue d’assurer une plus grande visibilité de l’Assemblée nationale et des actions qu’elle réalise en direction du peuple nigérien, sa raison d’être. Pour revenir à la première partie de votre première question, le Cabinet du Président de l’Assemblée nationale est structuré ainsi qu’il suit :

1. la direction du Cabinet (directeur de Cabinet et son adjoint, leurs assistants, le chef de cabinet et le secrétaire particulier) ;

2. le staff de conseillers principaux, spéciaux et techniques ;

3. le pool des chargés de mission ;

4. le service du protocole ;

5. le service de sécurité (aide de camp, sécurité rapprochée et sécurité intérieure du Parlement) ;

6. le médecin particulier du Président ;

7. l’attaché de presse

8. la cellule de communication. Quant aux missions assignées au Cabinet, elles se résument à l’assistance et à l’accompagnement du président de l’Assemblée nationale dans l’accomplissement des lourdes, exaltantes et nobles charges à lui confiées par le peuple nigérien à travers la Constitution de la 7 è République et les autres textes y afférents. Plus spécifiquement, la Direction de Cabinet, conformément aux dispositions pertinentes de l’Arrêté N°0004/PAN/CAB du 28 avril 2011 déterminant l’organisation et les attributions du Cabinet du Président de l’Assemblée nationale, exerce les attributions suivantes :

- assurer, en relation avec le secrétariat général, la préparation et l’organisation des activités du président ;

- coordonner les activités des services du cabinet et s’assurer de leur bonne collaboration avec le secrétariat général ainsi que les directions et services qui y sont rattachés ;

- instruire ou faire instruire, à la demande du président de l’Assemblée nationale, tout dossier à elle confié et transmettre aux services du cabinet et au secrétariat général toutes directives ou informations les concernant ;

- organiser les audiences et les déplacements officiels du président de l’Assemblée nationale auxquels il prend part, si nécessaire. Elle peut recevoir en son nom les personnalités autorisées par le Président de l’Assemblée nationale. Elle peut également, sur directives du président de l’Assemblée nationale, exécuter à l’intérieur ou à l’extérieur du territoire national, toute mission relevant de ses attributions ;

- prendre part aux réunions du bureau et à la conférence des présidents. Elle peut assister aux séances solennelles et aux plénières de l’Assemblée nationale ;

- est responsable de la gestion du patrimoine du Cabinet.

Quelles relations existe-t-il entre le Cabinet et les autres services de l’Assemblée nationale, principalement le Secrétariat général ?

Docteur Mahamane Yahaya : Il s’agit essentiellement de relations de travail pour l’atteinte d’un objectif commun, en l’occurrence la gestion efficace de la deuxième grande institution de la République pour lui permettre d’assumer pleinement ses prérogatives, attributions ou missions constitutionnelles.

Beaucoup de ceux qui ont travaillé avec lui disent de l’actuel Président de l’Assemblée nationale Hama Amadou qu’il est un homme rigoureux dans le travail. Depuis plus d’un an que vous êtes son Directeur de Cabinet, pouvez-vous confirmer ce jugement ? Si oui, est-ce que vous arrivez à suivre son rythme dans le travail ?

Docteur Mahamane Yahaya : Je confirme ce jugement parce que S.E.M Hama Amadou est aujourd’hui l’un des hommes les plus en vue de notre pays. Or, on ne peut pas être un véritable homme d’État sans être triplement rigoureux : vis à-vis de soi-même, vis-à-vis d’un certain nombre de principes cardinaux de la vie sociopolitique et vis-à-vis de ses collaborateurs. Son expertise et ses qualités exceptionnelles de meneur d’hommes, sont le fruit d’une longue et riche expérience de gestion politique et administrative du Niger acquise pendant plus de 30 ans.

Ces qualités constituent incontestablement des sources intarissables de savoir, de savoir-faire et de savoir-être, dont nous autres collaborateurs, avons intérêt à nous inspirer largement pour mieux nous aguerrir dans nos fonctions respectives. En effet, ses judicieuses directives constituent une lanterne pour nous, car assurément, travailler à ses côtés pour une institution aussi prestigieuse comme l’Assemblée nationale, est une source de fierté, mieux une école.

Pour ce qui concerne le rythme du travail, sachez qu’au même titre que le président de l’Assemblée nationale est un chef d’orchestre et un coach au plan du management général du parlement, autant le directeur de Cabinet en est un au niveau plus restreint du CAB/PAN car il a autorité sur l’ensemble du personnel du Cabinet dont il est le chef hiérarchique.

Le travail du Cabinet est donc un travail d’équipe et, Dieu merci, le PAN m’a fait entourer d’hommes et de femmes pétris de professionnalisme et d’expérience avec lesquels je travaille en bonne intelligence dans la gestion de tous les dossiers rattachés au Cabinet. Je les en félicite sincèrement et les encourage vivement à poursuivre dans la même dynamique et le même esprit de collaboration.

Monsieur le Directeur, depuis l’installation de la législature actuelle, beaucoup d’innovations ont été apportées au niveau du fonctionnement de l’Assemblée nationale. Quelles en sont, selon vous, les plus significatives et quelles sont celles que le président de l’Assemblée nationale entend apporter avant la fin de cette législature ?

Docteur Mahamane Yahaya : Au plan de la mission législative du parlement et de ses rapports avec ses collègues députés, le PAN a apporté deux innovations majeures destinées à changer fondamentalement et positivement le leadership du parlement. Il s’agit tout d’abord de la judicieuse répartition de certaines de ses prérogatives entre ses cinq vice-présidents dont le rôle se limitait auparavant à suppléer, hypothétiquement, le Président en cas d’absence ou d’empêchement. Cette répartition inédite a l’avantage de responsabiliser chaque membre du bureau et de rendre le travail plus aisé et fluide parce que désormais collégial.

La deuxième innovation est sans conteste l’adoption et le respect par tous d’un règlement intérieur adapté, qui impose à chaque membre, un comportement digne de son statut et du travail attendu de lui par la nation tout entière, ce qui a assurément permis aux honorables députés d’abattre un travail colossal en si peu de temps et de restaurer ainsi l’image longtemps écornée du parlement et du parlementaire nigérien.

Au plan de la diplomatie parlementaire, en vue d’améliorer substantiellement l’image et la visibilité de l’Assemblée nationale, il en a fait son cheval de bataille comme l’attestent les nombreuses missions parlementaires qu’il a diligentées, soit sous sa conduite personnelle, soit sous celle de ses collègues parlementaires, ou l’imposant agenda d’audiences qu’il a accordées aux personnalités de tous grades et qualités, avec toujours comme centre unique d’intérêts, la vivification des relations de coopération entre le parlement nigérien et leurs institutions respectives.

Citons à cet égard les missions qu’il a effectuées lui-même au Gabon, au Burkina Faso, en Algérie, au Mali, au Bénin, en Côte d’Ivoire, au Ghana et en République démocratique du Congo (RDC), sur invitation de ses homologues de ces pays, visites qu’il a mises à profit pour faire l’avocat, dans la perspective de l’unité et de l’intégration du continent africain, d’une nouvelle approche d’intégration par les peuples à travers leurs représentants élus, en lieu et place de l’approche par les appareils d’État dont les résultats sont jusqu’ici peu probants.

Citons également la participation exceptionnelle et honorifique de quatre présidents d’Assemblées nationales à l’ouverture officielle de notre session budgétaire 2011. Il s’agit des présidents d’Assemblée nationale du Bénin, du Burkina Faso, du Gabon et du Mali. Pour la prochaine session budgétaire prévue en octobre 2012, cinq autres sont conviés, notamment ceux du Nigeria, de l’Ouganda, de la Côte d’Ivoire, du Togo et du Tchad. Au plan de la mission de gouvernance administrative du parlement enfin, le bilan, plus que reluisant, est tout simplement élogieux.

En effet, depuis sa prise de fonction, le président Hama Amadou a entrepris une série de visites et un état des lieux sans complaisance et complet du patrimoine mobilier et immobilier de l’Assemblée, pour se rendre compte par lui-même, des conditions matérielles et morales dans lesquelles travaillent les personnels administratifs, techniques et auxiliaires. Le spectacle n’était pas beau à voir, et surtout, indigne de la représentation nationale car, celle-ci est censée travailler dans un cadre agréable, convivial, digne de son rang et de sa mission à elle confiée par le peuple nigérien.

Pour y remédier, il a initié de grands travaux de rénovation et de restauration du patrimoine et de l’image de l’Assemblée, et par conséquent l’image de toutes les femmes et de tous les hommes qui y travaillent inlassablement. Le dernier chantier en cours dans ce cadre est celui du bâtiment devant abriter les cabinets des cinq vice-présidents et une partie du personnel du cabinet du PAN. Parmi les innovations majeures que le PAN entend apporter dans son programme de refondation du parlement nigérien d’ici à la fin de la présente législature, je signalerai une qui relève de votre secteur.

Il s’agit du programme d’autonomisation du parlement en matière de communication audio-visuelle dont le dossier est déjà ficelé et soumis au financement de certains de nos partenaires. Je citerai aussi et surtout un autre programme auquel le PAN accorde la plus haute importance, en l’occurrence la conception et le financement de la construction d’une nouvelle Assemblée plus adaptée aux exigences contemporaines, en tant que temple et vitrine de la démocratie dans notre pays.

Vous avez un dernier mot monsieur le Directeur ?

Docteur Mahamane Yahaya : Que Dieu protège le Niger et son peuple face aux menaces de tout genre, notamment  sécuritaires, pour que l’Assemblée nationale et les autres institutions de la République puissent poursuivre leur fonctionnement harmonieux dans la perspective du renforcement de la démocratie et de l’État de droit.
Illa Kané

27 septembre 2012
Publié le 15 septembre 2012
Source : Le Parlement nigérien

Dernière modification le jeudi, 27 septembre 2012 06:06

Interview