samedi, 06 avril 2013 10:52

Le ministre de la Défense Nationale, M. Karidio Mahamadou, tire le bilan des deux ans d’actions de son département ministériel

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Karidio MahamadouM. Karidio Mahamadou -Monsieur le ministre, cela fait bientôt deux (02) ans que vous êtes à la tête du Ministère de la Défense Nationale. Pouvez-vous rappeler au peuple nigérien les principaux objectifs de votre ministère?

«Je voudrais rendre hommage (…) au Président de la République, Chef Suprême des Armées, qui s’est personnellement investi pour doter l’Armée nigérienne de moyens conséquents»

 

Je voudrais d’abord rendre grâce à Dieu qui nous a permis de voir cette nouvelle année 2013. C’est pour moi un plaisir et un agréable devoir de vous présenter, au nom de tout le personnel des Forces Armées Nigériennes et de la Gendarmerie Nationale, mes vœux les meilleurs de santé, de paix, de prospérité et de bonheur. Que Dieu le Tout Puissant protège le Niger et son peuple. Amen.

 

Pour l’année qui vient de s’achever, nous pouvons remercier Dieu de nous avoir préservés des difficultés que vivent certains de nos voisins. Comme vous le savez, les années 2011 et 2012 ont été caractérisées par une situation sécuritaire délétère dans notre sous-région. Mais grâce à Dieu, notre pays est demeuré relativement un îlot de paix et de quiétude où la majorité des Nigériens vaquent à leurs occupations dans la sérénité.

Ceci dit, je saisis l’opportunité pour  parler aux Nigériennes et aux Nigériens de la contribution du Ministère de la Défense Nationale à la gestion du pays, sur l’impulsion de Son Excellence Issoufou Mahamadou, Président de la République, Chef Suprême des Armées, et sous la bienveillante attention soutenue du Chef de Gouvernement, Son Excellence Brigi Rafini.

Comme vous le savez, le Ministère de la Défense Nationale a sous sa tutelle principalement les Forces Armées Nigériennes et la Gendarmerie Nationale. La Constitution, en son article 66, dispose : ‘’Les Forces Armées Nigériennes (FAN) assurent la défense de l’intégrité du territoire national contre toute agression extérieure et participent, aux côtés des autres forces, à la préservation de la paix et de la sécurité, conformément aux lois et règlements en vigueur’’.

Et le décret n° 66-86/PRN/MDN du 21 janvier 1968, portant réglementation sur le service de la Gendarmerie Nationale en son article 1er précise que la Gendarmerie est une force instituée pour veiller à la sûreté publique, pour assurer le maintien de l’ordre et l’exécution des lois sur toute l’étendue du territoire, ainsi qu’aux Armées, afin de protéger les institutions, les personnes et les biens.

Il convient de rappeler que dans le programme de la Renaissance, le Président de la République affirmait que faire face aux menaces multiples sur notre espace sahélo-saharien est un impératif majeur. Il s’est engagé à assurer la sécurité des personnes et des biens sur toute l’étendue du territoire national. Cet engagement a été traduit, dans la DPG de Son Excellence Monsieur le Premier ministre, en un objectif principal qui est ‘’assurer la sécurité des personnes et des biens sur toute l’étendue du territoire national’’. Cet objectif est lui-même décliné  en plusieurs objectifs spécifiques qui sont la satisfaction des aspirations des citoyens à la sécurité ; la lutte contre la prolifération des armes à feu par le rétablissement du monopole de la violence de l’Etat, à travers la récupération de toutes les armes de guerre; l’organisation de la sensibilisation et la dissuasion dans les zones potentiellement exposées; la sécurisation des axes routiers; le renforcement des Forces de Défense en ressources humaines de qualité  et en quantité; l’instauration d’une gouvernance de qualité  au sein des Forces de Défense et de Sécurité ; le renforcement de la cohésion et de la discipline au sein des FDS; la modernisation des capacités des FDS, plus précisément leur formation, leur entraînement et leur équipement ; la consolidation de la sécurité dans notre sous-région.

Monsieur le ministre, vous venez de décliner les objectifs de votre Ministère. Mais quelles ont été les réalisations au titre des deux années d’exercice ?

Au cours de ces deux dernières années, nous avons mené plusieurs activités dans le but d’atteindre les objectifs fixés par la DPG de son Excellence Monsieur le Premier Ministre. C’est ainsi que  pour satisfaire les aspirations des citoyens à  la sécurité, nous effectuons des   patrouilles mixtes sur l’ensemble du territoire national en collaboration avec les autres Forces de Défense et de Sécurité ; nous avons renforcé  le dispositif sécuritaire en zone nord (opération Mali Béro) ; nous sécurisons les principaux axes routiers notamment par des escortes des convois ; nous effectuons une surveillance aérienne du territoire et des opérations de déminage dans la région d’Agadez. En outre, nous avons mis en place des éléments d’intervention rapide et des cellules de veille avec écoute radio permanente dans toutes les régions, en collaboration avec les autres Forces de Défense et de Sécurité; nous avons également mis sur pied un État-major Tactique en Zone 1 pour coordonner l’ensemble des forces des régions de Niamey et de Tillabéry.

Concernant le volet sensibilisation, prévention et dissuasion dans les zones exposées, nous avons renforcé et créé des postes militaires avancés, renforcé le dispositif sécuritaire dans les sites  miniers d’Agadez, de Diffa, de Tillabéry et au niveau de la raffinerie de Zinder. Par ailleurs, nous effectuons régulièrement, avec les différents responsables de l’Armée et de la Gendarmerie Nationale,  des visites de prise de contact, d’inspection et de sensibilisation au niveau des structures centrales, déconcentrées et sur tous les postes militaires avancés de l’Armée et de la Gendarmerie Nationale.

Pour ce qui est de la récupération des armes de guerre, nous avons mis en place plusieurs dispositifs de sécurisation des axes routiers renforcés par des patrouilles mixtes. Et lors de la crise libyenne, une récupération massive d’armes a été  opérée par l’Armée pendant l’afflux des réfugiés. Vous pouvez avoir les données au niveau de la Commission de récupération des armes illicites. Nos actions ont également porté sur le renforcement des Forces de Défense en ressources humaines et en équipements. Sur ce point, on retiendra entre autres le recrutement en effectifs conséquents d’appelés pour le contingent des FAN et d’élèves gendarmes pour la GN, ainsi que le recrutement d’élèves officiers, d’élèves sous-officiers et de collatéraux. Je précise que le renforcement en ressources humaines a ainsi porté non seulement sur la quantité, mais aussi sur la qualité.

Dans le domaine de l’équipement, nous avons pu, grâce aux importantes ressources budgétaires mises en place, réaliser d’importantes acquisitions en matériel roulants automobiles (plus de 400 Toyota pick up) ; en armements et munitions ; en matériels de transmission ; en moyens logistiques de soutien et en effets d’habillement et de vie en campagne. A tout cela, s’ajoutent la remise en état opérationnel de toute la flotte aérienne, y compris la révision des moteurs défectueux pour permettre à l’Armée de l’Air d’avoir d’autres moteurs de rechange, l‘acquisition d’avions de chasse avec leur matériel de soutien; l‘acquisition d’hélicoptères de combat avec leur matériel de soutien; la construction d‘aires de poser pour hélicoptère afin d’accroître les rayons d’action de nos appareils; la modernisation des équipements de surveillance d’avion de reconnaissance avec caméra de surveillance de dernière génération; et la construction de logements sociaux, de célibatérium, de chambrées troupes, de soutes à munitions, de classes, de bureaux, la réparation de hangar-avion etc.

Le Ministère de la Défense nationale a également œuvré pour l’instauration d’une gouvernance de qualité. C’est ainsi que nous avons eu à adopter plusieurs textes relatifs à l’organisation et au commandement au sein des Forces Armées Nationales et de la Gendarmerie Nationale. Ces textes révisent la condition juridique du militaire et accordent des avantages financiers aux militaires. Dans le domaine social, plusieurs mesures sociales ont été adoptées. Une subvention de 800 millions a été accordée par le Chef de l’Etat pour accélérer la réalisation de logements sociaux; les capacités de la mutuelle militaire ont été renforcées et des aides matérielles et financières ont été octroyées à  certaines populations fragiles.

Monsieur le ministre, comment se porte le contingent nigérien envoyé au Mali dans le cadre de la MISMA ?

Je rappelle d’abord que notre contingent au Mali est composé de 671 militaires issus des Forces Armées Nigériennes et de la Gendarmerie Nationale, ce qui fait 100% des effectifs promis pour la Mission Internationale de Soutien au Mali sous conduite Africaine. Nos troupes se trouvent actuellement à Gao et ses alentours, à  Ansongo, et bientôt seront à Ménaka. Elles sont pleinement engagées dans la sécurisation de la ville de Gao, d’Ansongo et des environs, et s’acquittent quotidiennement de leur mission à la satisfaction générale des populations de la région.

Malgré les différents accrochages avec les terroristes, nous ne déplorons, par la grâce de Dieu, ni perte en vie humaine, ni blessé. Nous envisageons une relève dans 5 mois environ, et demandons à la population de continuer à prier pour ces dignes représentants du Niger, pour la réussite de leur mission et pour qu’ils nous reviennent sains et saufs.

Monsieur le ministre, quelles sont vos perspectives pour les années à venir ?

Nous allons initier une réforme du secteur de la défense. C’est une activité qui, en réalité, est déjà  en cours avec la mise en place d’une cellule de réflexion. Nous allons aussi créer de nouvelles positions militaires pour assurer une couverture optimale de l’ensemble du territoire national, et envisageons de redéfinir le profil de carrière des officiers et sous-officiers. Ce projet a également déjà pris forme. D’autre part, nous allons poursuivre, entre autres, l’équipement des Forces Armées en moyens conséquents,

l’amélioration de la formation, notamment dans le domaine de la lutte anti-terroriste, ainsi que les efforts de réalisation de logements sociaux et d’acquisition de terrains.

Monsieur le ministre, avez-vous un message à  lancer ?

Je voudrais tout d’abord qu’en permanence nous conjuguions nos prières pour demander au Tout Puissant d’accueillir dans son Paradis tous ceux qui sont tombés pour la Patrie. Je voudrais également exprimer au peuple nigérien toute la gratitude des Forces Armées Nigériennes et de la Gendarmerie Nationale pour le soutien qu’il n’a cessé de témoigner, et réaffirmer leur engagement à assumer, au prix du sacrifice suprême, leur mission de défense de l’intégrité du territoire et de protection des personnes et des biens. Pour cela, je voudrais rendre un hommage mérité  à tous les militaires et gendarmes pour l’exemplarité  qui a caractérisé leur conduite partout où le devoir les a appelés. Je voudrais aussi demander aux Nigériennes et aux Nigériens de continuer l’aide combien essentielle qu’ils nous apportent par les renseignements qu’ils donnent en temps réel. Je voudrais enfin rendre hommage à nos plus hautes autorités, particulièrement à Son Excellence Monsieur Issoufou Mahamadou, Président de la République, Chef Suprême des Armées, qui s’est personnellement investi pour doter l’Armée Nigérienne de moyens conséquents et qui continue à répondre avec promptitude à toutes nos sollicitations.

ONEP

06 avril 2013
Publié le 05 avril 2013
Source : Sahel Dimanche

Dernière modification le mercredi, 10 avril 2013 03:26

Interview