samedi, 13 avril 2013 08:56

Entretien avec le Sultan de l’Aïr, l’honorable Oumarou El Hadji Ibrahim Oumarou Ed Dasuki

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Ibrahim Oumarou DasukiSultan de l’Aïr, l’honorable Oumarou El Hadji Ibrahim Oumarou Ed Dasuki - Honorable, quel est l’état d’esprit qui prévaut actuellement au sein de la population?
Merci de l’opportunité que vous m’offrez pour parler de la situation qui prévaut actuellement à Agadez. Il faut tout de suite dire, et vous l’avez vous-même constaté, que la situation est calme. La sécurité y est, et cela est dû  aux efforts des autorités de la 7ème République, auxquelles nous tenons à exprimer notre gratitude.

Si nous sommes arrivés  à cet état de fait, c’est certainement grâce à la volonté  politique des plus hautes autorités. Le gouvernement et les autorités régionales ont été très attentifs aux questions de paix et de sécurité dans notre région. Il est vrai que, de par le passé, on était confronté à un problème d’insécurité. Mais des efforts exceptionnels ont été consentis ces deux (2) dernières années.

 

‘’Le gouvernement et les autorités régionales ont été très attentifs aux questions de paix et de sécurité dans notre région’’

Aujourd’hui, les jeunes de la région s’adonnent à beaucoup d’activités qui les éloignent des armes. Nous continuons à sensibiliser les populations dans ce sens. Il y a aujourd’hui plusieurs activités porteuses, dont notamment le maraîchage, l’apprentissage dans les centres de formation professionnelle, etc. La sécurité  est véritablement revenue dans la région.

Il y a un projet justement dans ce sens, c’est le projet ‘’Paix, Sécurité et Développement’’ mis en œuvre par l’Etat avec le soutien des partenaires. Avez-vous le sentiment que ce programme a l’adhésion des jeunes ?

Absolument. Grâce à ce projet, nos communes ont bénéficié d’appuis multiformes. Beaucoup de jeunes ont été appuyés pour s’installer à leurs propres comptes. Certains ont embrassé le jardinage, d’autres le commerce et bien d’autres activités de prestation de services. Et partout dans nos communes, les populations,  et particulièrement les jeunes, reçoivent les aides de l’Etat et des partenaires pour mener des activités génératrices de revenus.

Vous me donnez l’occasion de lancer ici un appel à l’endroit des partenaires pour qu’ils continuent à  appuyer l’Etat. Cela permettra d’avoir une paix durable dans la région. Si les jeunes sont occupés, il n’y aura plus aucune crainte. Dieu merci, avec ce programme, nous sommes très optimistes. Merci aux autorités, aux ONG et projets qui ont mis en place ce programme. Nous les encourageons à persévérer dans ce sens.

Honorable, la chefferie traditionnelle occupe une place importante dans nos sociétés.  Pensez-vous que les autorités en place sont dans cette logique ?

Les autorités sont conscientes du rôle de la chefferie traditionnelle. Je pense qu’elles aident même la chefferie à  jouer son rôle d’antan. Vous savez que la chefferie joue un rôle de rassemblement.

Agadez est une ville chargée d’histoire, et un processus est en cours pour inscrire le site historique d’Agadez au patrimoine mondial de l’UNESCO. Que pensez-vous de cette initiative?

Nous ne pouvons que saluer ce processus. L’Etat a beaucoup fait et il parait que le dossier est en très bonne voie. Nous encourageons les différents acteurs. Cela permettra d’immortaliser l’œuvre de nos ancêtres, de léguer nos traditions aux générations futures. Cela va aussi marquer notre présence dans l’histoire universelle. C’est un motif de satisfaction pour notre pays.

Siradji Sanda et Hassane Daouda

13 avril 2013
Publié le 12 avril 2013
Source : Sahel Dimanche

Dernière modification le samedi, 13 avril 2013 10:15

Interview