vendredi, 10 octobre 2014 04:11

Invité : Mme Béty Aïchatou Habibou Oumani, ministre des Enseignements Secondaires

Évaluer cet élément
(0 Votes)

 

Bety Ai H OumaniMadame la ministre, les rentrées scolaires au niveau des Enseignements Secondaires, 1er et 2nd cycles, se sont effectuées les 15 septembre et 1er octobre derniers. Quelle est la particularité de cette rentrée scolaire 2014-2015 par rapport aux années précédentes ?
Je vous remercie de l’opportunité que vous me donnez pour parler des rentrées scolaires au niveau des Enseignements secondaires. Effectivement, comme vous venez de le souligner, ces rentrées ont eu lieu le 15 septembre et le 1er octobre, conformément à l’article 2 de l’arrêté n°000277/MEP/A/PLN/MES/MFP/T du 5 décembre 2013 fixant les dates des congés et vacances.
La particularité de cette rentrée 2014, c’est la mise à disposition, depuis la mi-août, d’un kit composé de 10 cahiers pour chaque  élève des classes de 6ème et 5ème, 11 cahiers pour chaque élève des classes de  4ème  et  3ème, 13 cahiers pour chaque lycéen, 4 stylos et  un ensemble de géométrie pour chaque élève du secondaire.

 

Pour chaque classe, il y a eu aussi un kit composé de 15 boîtes de craies blanches et 7 boîtes de craies de couleur, de 2 boîtes d’ardoisine et d’un pinceau grand format, d’un cahier de texte et d’un registre matricule ;   en outre, chaque établissement a bénéficié de trois (3) unités de matériels collectifs composées d’une règle, d’une équerre, d’un compas et d’un rapporteur pour tableau. Quant aux professeurs, il leur a été distribué chacun 5 cahiers et 6 stylos à bille.

‘’Je demande aux élèves d’être assidus aux cours et de respecter leurs professeurs, encadreurs et administrateurs, mais aussi d’entretenir leur environnement pédagogique et toutes les ressources mises à leur disposition’’.


Une autre particularité de cette année,  c’est l’équipement d’une vingtaine de laboratoires afin de promouvoir l’enseignement scientifique; et aussi les réhabilitations de certains établissements comme le Lycée Issa Korombé, le Lycée Kassaï, le CES Madaoua, etc. Je m’en voudrais de ne pas faire une mention spéciale pour les travaux de construction du lycée d’Excellence, en cours de finition, pour que les élèves puissent regagner leurs locaux en 2015, inchah Allah.

Comment se sont effectués les préparatifs de cette rentrée et quelles sortes de difficultés avez-vous rencontrées ?
Les préparatifs ont commencé depuis le mois de janvier avec la préparation des dossiers de passation des marchés pour les acquisitions de fournitures et matériels scolaires, et de manuels élèves. Ces préparatifs se sont intensifiés après les résultats de fin d’année scolaire avec les orientations post-BEPC d’une part, et la tenue des commissions régionales de passages, redoublements et exclusions, ainsi que les différents concours d’entrée au lycée d’Excellence et au Collège Bilingue de Niamey, d’autre part.
Les difficultés rencontrées sont relatives surtout à l’installation tardive des structures de contrôle de la passation des marchés.

En termes d’infrastructures, de mobiliers et manuels scolaires, est-ce que tous les besoins ont été satisfaits ?
Les besoins en infrastructures et mobiliers sont énormes. Cependant, mon département ministériel a mis en chantier la construction et l’équipement de 1810 salles de classe, de 208 blocs de latrine à deux compartiments et de 13 bibliothèques sur l’ensemble du territoire national.
Concernant les manuels scolaires, le ratio est pratiquement insignifiant dans nos
établissements. C’est pourquoi le Ministère a entrepris la dotation progressive des établissements, à raison d’un livre par élève dans les disciplines fondamentales, de la 6ème à la Terminale. A cet effet, depuis la rentrée de septembre 2014, huit (8) CES franco-arabes, à raison d’un CES par région, ont été dotés de 14.000 manuels, tous niveaux confondus, des disciplines scientifiques à savoir les Maths, la Physique-Chimie (PC)  et Science de la Vie et de la Terre (SVT).
Une autre dotation de 75.000 livres de Mathématiques dont 35.000 livres pour le niveau  4ème ,  40.000 livres pour le niveau 3ème, et de 880 livres de 6ème pour le Collège Bilingue (Maths, Français, SVT, et Anglais) est en cours de placement dans nos établissements. Enfin, tous les établissements publics de notre pays seront dotés de manuels (102.000 livres) dans les disciplines fondamentales au collège (Français, Maths, Physique-Chimie et SVT) pour les niveaux 4ème et 3ème. Il y aura également des manuels élèves dans les disciplines de base des classes de Terminales (Français, Philo et Géographie pour la Terminale A, Maths et Physique-Chimie pour les Terminales C et D) d’ici janvier 2015, Inchah Allah. L’objectif est d’atteindre un ratio d’un livre par élève dans toutes ces disciplines.

Pouvez-vous nous dire, Madame la ministre, le budget investi par l’Etat, au niveau secondaire, pour rendre effective cette rentrée, et aussi le budget prévu pour l’année scolaire 2014-2015.
Le budget investi dans le cadre de la rentrée scolaire 2014-2015 se présente comme suit:  2 milliards 569 millions 881 mille 409 FCFA pour les acquisitions de fournitures scolaires ; 161 millions 570 mille 019 FCFA pour le fonctionnement des directions régionales et inspections ; 436 millions de FCFA pour le fonctionnement des établissements ; 102 millions de FCFA pour le  fonctionnement des  cantines  scolaires  d’octobre  à décembre 2014 ;
1 milliard 856 millions 660 mille 470 FCFA pour la commande en cours des manuels élèves dans les disciplines fondamentales (Français, Maths, PC, SVT) de 4ème et 3ème, et dans les disciplines de base à savoir Français, Philo et Géographie pour la Terminale A ; Maths et PC pour les Terminales C et D.  A cela s’ajoute un coût prévisionnel de 20 milliards 215 millions de FCFA pour la construction en cours de 1810 salles de classe équipées, et de 887millions 400 mille FCFA pour la réhabilitation en cours de certains établissements de notre pays.
Pour l’année scolaire 2014-2015, nous attendons le vote du budget de l’Etat par l’Assemblée Nationale pour connaître avec certitude le budget de notre département.

 Concernant le personnel enseignant, comment se présente la situation ?
Pour la rentrée scolaire 2014-2015, les différentes commissions nationales d’affectation se sont tenues. A la date du 10 septembre 2014, les régions ont exprimé leurs besoins en personnel, et ces besoins s’élèvent à 2.294 enseignants, surtout dans les disciplines scientifiques. C’est pourquoi des instructions ont été données aux directeurs régionaux et départementaux, ainsi qu’aux inspecteurs des Enseignements Secondaires, pour procéder à un redéploiement interne des enseignants sur la base d’un horaire hebdomadaire de 16 heures au cycle moyen (lycée), et de 18 heures au cycle de base 2 (collège). Je dois rappeler que les textes en vigueur prévoient 18h pour les professeurs de lycées et 21 h pour ceux des collèges. Après ce redéploiement interne, les éventuels déficits seront comblés par les Appelés du Service Civique National, les enseignants contractuels et les titulaires du DAP/CEG. Au niveau des Appelés du Service Civique National, un besoin de 584 postes à pourvoir a été exprimé au Ministère en charge de l’Enseignement Supérieur; en ce qui concerne les enseignants contractuels, des instructions ont été données pour leur recrutement en région, sauf Niamey ; quant aux titulaires du DAP/CEG, il y en a  385 professeurs de CEG sortis de l’Ecole Normale Supérieure et de l’Institut Supérieur de Formation des professeurs franco-arabes.
Enfin, le ministère a achevé les nominations et les affectations des responsables d’établissement, des censeurs, des surveillants et des bibliothécaires.

Madame la ministre, les grèves intermittentes des scolaires, et parfois même des enseignants, perturbent immanquablement chaque année le déroulement des activités académiques. Quelles dispositions avez-vous prises avec les différents syndicats du secteur de l’éducation afin d’éviter ces désagréments ?
Pour remédier aux problèmes que vous venez d’évoquer, mon département ministériel a mis en place un cadre de concertation pour l’enseignement secondaire regroupant le Ministère et ses partenaires dans le but d’échanger sur les préoccupations du sous-secteur. Ce cadre, après son installation, s’est réuni en juillet 2014 pour échanger sur les résultats de BEPC 2014,  et en août 2014, pour échanger sur les préparatifs de la rentrée scolaire 2014.

Avec l’USN, dont la section collèges et lycées posait la revendication de l’amélioration des conditions de travail, notre département ministériel a pu rassurer parents et élèves à travers les réalisations d’infrastructures, la mise à disposition des fournitures scolaires, ainsi que le redéploiement des enseignants dans les établissements où besoin est. La commande de 50.000 tables-bancs, l’équipement de plusieurs salles de classe par la ville de Niamey, et la réfection de milliers de mobiliers scolaires, ont permis aux parents et élèves de témoigner et de se projeter pour une année scolaire apaisée.

De plus, le Gouvernement a signé un protocole d’accord avec les syndicats, membres de la FUSEN dont certaines revendications sont en train d’être satisfaites, notamment l’adoption du statut particulier du personnel enseignant, le paiement à terme échu des pécules des enseignants contractuels et des appelés du Service Civique National avec l’envoi, au plus tard le 15 de chaque mois, des états de paiement au Ministère des Finances. Il y a lieu de noter que notre ministère a toujours convié les partenaires à un dialogue franc, constructif et dépassionné autour de l’ultime préoccupation qui est l’Ecole. Jusque-là, nous pouvons donc nous réjouir de constater qu’aucun partenaire n’a sollicité nous rencontrer sans que sa demande ne soit satisfaite.

Quel appel avez-vous à lancer aux partenaires de l’école aux lendemains de cette rentrée scolaire 2014-2015 ?
Je saisi cette opportunité pour remercier tous mes collaborateurs et les autres ministères qui nous facilitent chaque jour la tâche en nous apportant le concours nécessaire sur chacun des dossiers qui leur sont imputés au bénéfice des enseignements secondaires. Je reconnais aussi tout le soutien des partenaires membres du cadre de concertation pour l’enseignement secondaire, en plus de l’USN et de l’ANPE/E qui sont toujours à nos côtés lorsqu’il s’agit de soutenir, d’accompagner et de consolider les actions et résultats de notre sous secteur éducatif.
Nous venons de lancer les différentes rentrées scolaires 2014-15, et nous invitons tous les citoyens nigériens à changer de regard vis-à-vis de notre Ecole en se posant deux questions: ‘’Que faire individuellement et collectivement pour aider à améliorer le système éducatif de notre pays?’’; ‘’Quelle est ma part de responsabilité dans le malaise du système éducatif nigérien?’’.
Avant de trouver les réponses à ces questions, je demande aux élèves d’être assidus aux cours et de respecter leurs professeurs, encadreurs et administrateurs, mais aussi d’entretenir leur environnement pédagogique et toutes les ressources mises à leur disposition.
Aux enseignants, je demande aussi d’être assidus, ponctuels, modèles, professionnels et toujours portés sur la tâche avec l’ingéniosité qui leur est reconnue.
A l’administration scolaire, je recommande de faire preuve de plus de responsabilité et de management sans complaisance dans la gestion des biens publics et des ressources placées sous sa responsabilité.
Aux parents d’élèves, je demande de suivre quotidiennement leurs enfants, d’assumer leur rôle de premier éducateur, de soutenir les COGES/CGDES et d’appuyer les enseignants pour une meilleure réussite des activités d’enseignement et d’apprentissage.
Quant aux médias, je leur demande de produire une communication positive sur l’Ecole et d’aider à un meilleur enracinement de la culture du mérite à travers le slogan :  ‘’Informer-Eduquer-Distraire’’.

 Tchirgni Maimouna

 

10 septembre 2014
Publié le 10 septembre 2014
Source : Le Sahel

 

Dernière modification le vendredi, 10 octobre 2014 04:57

Interview