vendredi, 17 juillet 2015 08:47

Trois questions à Ousseini Salatou, porte-parole de l’ARDR, M. Salatou

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Ousseini SalatouM. Salatou, vous êtes, à l’ARDR, pour des élections locales d’abord. Pourquoi ?

Parce que simplement c’est ce que veut la loi. Nous l’avons toujours dit et répété, nous sommes des légalistes. Nous nous fondons sur ce que prévoit la loi pour défendre notre choix, contrairement à nos adversaires qui veulent faire prévaloir leur grand nombre pour imposer au Niger une séquence électorale qui leur permettra par la suite de manipuler à leur guise la suite du processus électoral.

Et quand je dis nos adversaires, je parle précisément du PNDS Tareyya qui impose son point de vue à l’ensemble des partis membres de la MRN. Son objectif, c’est de réussir, à travers des élections tronquées, de s’imposer à toute la classe politique comme un parti ultra-dominant qui n’aurait plus besoin d’un soutien quelconque pour diriger et continuer à dilapider les ressources de notre pays. Le PNDS, donc, s’appuie sur la date d’installation des élus locaux en invoquant la disposition finale par laquelle le juge, en installant les conseils locaux, dit que « le mandat prend effet à compter de la date d’installation ». Or, manifestement, le juge a outrepassé ses prérogatives dans la mesure où toutes les lois qui ont traité de la question disent que le mandat des conseils locaux commence à la date de proclamation des résultats définitifs. C’est le cas de l’ordonnance portant code des collectivités territoriales qui stipule, en son article 37, que « le mandat de conseiller municipal est de cinq ans renouvelable. Il prend effet à compter de la date de la proclamation des résultats définitifs des élections par la Cour constitutionnelle » ; c’est également le cas de la loi 2014-01 du 28 mars 2014 qui dit, d’une part, que « les conseils régionaux, municipaux et d’arrondissement communaux sont intégralement renouvelés dans toute la République, au terme du mandat normal de leurs membres » (article 91 ; d’autre part, que « le mandat des membres du conseil régional, du conseil municipal ou du conseil d’arrondissement communal, élus conformément aux dispositions des articles 90, 91, 92, 93 et 94 de la même loi, prend fin à l’expiration du mandat initial » (article 95). La disposition sur laquelle le PNDS Tareyya veut s’appuyer pour repousser la tenue des élections locales ne tient pas la route d’autant plus le législateur l’a soigneusement encadrée. Cette disposition dit que « Lorsque les circonstances ne permettent pas le déroulement normal de la consultation électorale, ce délai est prorogé de six mois par décret du président de la République ». Par circonstances, il faut bien entendre des conditions objectives et soutenables qui n’ont rien à voir avec les humeurs ou les calculs politiques d’un camp politique, soitil au pouvoir. Entre nous, entre la loi et la décision d’un juge, laquelle prime ?

 

Le PNUD, à travers un rapport dont Le Courrier tient copie, a demandé à la classe politique la recherche d’un consensus sur la séquence des élections ? Qu’est-ce qui bloque la mise en oeuvre de cette recommandation ?

Mais vous connaissez suffisamment à qui le Niger a affaire. Le PNDS Tareyya ne veut pas du dialogue, encore moins du consensus indispensable à la tenue d’élections apaisées, crédibles et acceptées de tous. Sachant qu’il est impopulaire et qu’il ne pourra gagner les élections qu’en les truquant, il sabote tout ce qui peut le contraindre à observer strictement les règles de jeu démocratique. Vous savez ce qui se passe à propos de l’élaboration du fichier électoral. Or, et il faut que ça soit clairement entendu et compris, l’ARDR n’acceptera jamais qu’on lui impose une séquence des élections qui mettrait au frigo les locales dont la fin de mandat arrive pourtant à terme les premières. Tout comme elle n’acceptera pas des élections dont le fichier électoral n’est pas fiable. Nous avons appris que, pour contourner les dispositions de la loi qui leur imposent d’organiser les élections locales en premier, le PNDS veut manoeuvrer au sein de la CENI pour l’amener à prendre la lourde responsabilité d’imposer à la classe politique un chronogramme. Il aura alors à coeur de dire que c’est une décision souveraine de la CENI et la CENI est indépendante. Or, il ne sied pas à la CENI de trancher une question sur laquelle il faut nécessairement un consensus de l’ensemble de la classe politique. C’est au CNDP de le faire, pas à la CENI.

 

Comment envisagez-vous la suite du processus électoral ?

L’ARDR a été plus que claire par rapport à certaines questions, notamment le chronogramme des élections et la récusation de la Cour constitutionnelle dans sa composition actuelle. Elle ne transigera pas sur la recherche de consensus sur ces points-là au sein du CNDP. Ce sont des contentieux politiques qu’il faut absolument vider avant toute élection. Dans le cas contraire, il n’y aura pas d’élections du tout. Quant au recensement qui se fait actuellement, tout le monde, à l’exception du PNDS Tareyya, s’accorde sur les tortuosités, les manipulations à outrance en vue de garantir l’élection de Issoufou Mahamadou et pérenniser son pouvoir inique. En tout état de cause, nous n’admettrons aucune manipulation du fichier électoral, aucune fraude et aucun manquement dans l’organisation des élections que nous voulons inclusives, apaisées, crédibles, transparentes et acceptées de tous.

 

Propos recueillis par Norbert .

Dernière modification le vendredi, 17 juillet 2015 09:40

Interview