Sanef 2018

lundi, 27 juillet 2015 07:47

Entretien avec M. Moussa Kaoura Bachir, Directeur général de la ‘’Maison de l’Entreprise’’ : «Il est de notre devoir d’appuyer la jeunesse et de lui permettre de promouvoir des entreprises pour créer de la richesse et des emplois»

Évaluer cet élément
(1 Vote)

Moussa Kaoura BachirDans le cadre des réformes économiques engagées par les autorités de la 7ème République pour booster l’entrepreneuriat et améliorer le climat des affaires au Niger, une structure dite ‘’Maison de l’Entreprise’’ a été créée. Mais, les autorités ne se contentent pas seulement de créer les structures, elles les mettent aussi dans les conditions de fonctionnement.

C’est ainsi que le gouvernement, à travers le ministère du Commerce et de la Promotion du Secteur privé, a mis à la disposition de la ‘’Maison de l’entreprise’’, des matériels et équipements d’une valeur d’environ 125 millions de FCFA, acquis sur Fonds propres de l’Etat. A travers, cet entretien en marge de la cérémonie de réception de cet appui (le 16 juin dernier), le Directeur général de la ‘’Maison de l’Entreprise’’ nous livre ses impressions et l’impact qu’aura cet appui sur leurs activités.


Monsieur le Directeur Général que représente cet appui du gouvernement pour votre structure ?
Cet appui va nous permettre de renforcer nos capacités opérationnelles. Comme vous le savez, nous devons intervenir sur l’ensemble du territoire national et pour cela, il faut que nous ayons les moyens pour appuyer les entreprises nigériennes et même non nigériennes où qu’elles opèrent sur le territoire national. Dans tous les cas, c’est un appui très précieux pour nous compte tenu du fait que l’ensemble des régions du pays vont bénéficier de nos prestations, puisque nous avons désormais les capacités opérationnelles pour nous rendre sur le terrain. Et dans les années à venir, nous allons nous déployer dans toutes les régions. Aujourd’hui, nous couvrons globalement la région de Niamey, mais nous avons prévu dans les mois et les années à venir d’avoir progressivement un maillage au niveau national de nos interventions.


Les entrepreneurs nigériens en particulier, les jeunes porteurs de projets d’entreprise voudront entendre le mot de la structure qui est sensée les accompagner, qu’avez-vous à leur dire ?
Nous avons un dispositif qui est prévu pour l’appui aux jeunes entrepreneurs. Nous espérons que d’ici trois à quatre mois, ce dispositif sera opérationnel et nous allons commencer les différentes prestations pour ce public qui nous est si cher. Vous savez que la jeunesse représente aujourd’hui un potentiel pour le Niger. C’est pour cela qu’il est de notre devoir d’appuyer cette frange de la population et de lui permettre de promouvoir des entreprises donc de créer de la richesse et des emplois ou de s’auto-employer.


Mais est-ce que vous avez le sentiment que les pouvoirs publics sont prêts à vous soutenir suffisamment dans cette mission ?
Bien sûr ; déjà cet appui du Ministère du Commerce et de la Promotion du secteur privé en est une preuve. Sans compter que depuis que nous sommes là, il y a un engagement très ferme de notre tutelle, à savoir le ministère du Commerce et de la Promotion du secteur privé, mais aussi du Ministère en charge du Développement industriel de nous accompagner. Il y a eu beaucoup de rapports qui ont été appuyés par ces ministères là et c’est l’occasion pour nous ici de les remercier.

 

En dehors des ministères, est-ce-qu’il y a d’autres partenaires qui vous soutiennent ?
En effet, il y a d’autres partenaires. C’est notamment la Banque mondiale à travers le Projet d’appui à la   compétitivité et à la croissance (PRACC) qui nous appuie pour un montant de 5,5 milliards de Francs CFA sur six (6) ans. Bien sûr, il est prévu à travers ce financement, le fonctionnement de la Maison de l’Entreprise et l’investissement qui est relatif à l’assistance technique aux entreprises et au guichet unique qui doit être ouvert dans toutes les régions pour assister les entreprises.

 

 Siradji Sanda(onep)
27 juillet 2015
Source : http://lesahel.org/

Dernière modification le lundi, 27 juillet 2015 08:19

Interview