lundi, 07 septembre 2015 03:55

Hassoumi Massaoudou : «Le Niger a marqué sa volonté de lutter contre le trafic d'êtres humains»

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Hassoumi Massaoudou ParisCette année, entre 80 000 et 120 000 migrants d’Afrique subsaharienne seront passés par le Niger pour se rendre en Libye et tenter de traverser la Méditerranée à destination de l’Europe. Comment le Niger fait face à ce flux ? Où en est le pays dans sa guerre contre Boko Haram ? A six mois de l’élection présidentielle, le climat politique est particulièrement tendu. Hassoumi Massaoudou, le ministre de l’Intérieur du Niger est l’invité de Pierre Pinto.

RFI : Les migrants et les réfugiés font la Une actuellement des médias en Europe et depuis longtemps, le Niger est une étape sur la route des migrants originaires d’Afrique subsaharienne qui vont en Europe. Certains accusent le Niger de laisser faire. Que répondez-vous ?

 

Hassoumi Massaoudou : C’est quand même manquer de considération pour ce que fait le Niger parce que le Niger, avec très peu de moyens, a marqué sa volonté de lutter contre les filières criminelles, le trafic d’êtres humains, notamment nous venons d’adopter une loi qui criminalise le trafic d’êtres humains. C’est dans le cadre de la lutte contre l’immigration clandestine. Nous avons fermé à plusieurs reprises ce que l’on appelle les ghettos, les centres de transit gérés par les passeurs, et nous refoulons tous les jours des migrants qui tentent de passer. Maintenant, nous sommes en discussion avec les pays membres de l’Union européenne, pour nous donner les moyens de créer les conditions d’une vraie gestion en amont de cet afflux de migrants qui passent par le Niger et la Libye.

 

Le Niger est en première ligne dans la guerre contre Boko Haram. Ces dernières semaines, ces derniers mois, le Niger a semblé épargné par les attentats-suicides qui frappent ses voisins. Comment l’expliquez-vous ?

Epargné, c’est trop dire. Dès février dernier, nous avons décrété l’état d’urgence. Dans ce cadre-là, nous avons démantelé tout le réseau dormant qu’il y avait à Diffa pratiquement. Et nous n’avons eu que deux attentats à l’explosif qui se sont passés à Diffa au tout début. Nous avons aujourd’hui quand même mis 1 100 [membres de] Boko Haram dans les prisons, ce n’est pas rien. Une bonne partie a été arrêtée dans les combats, une autre dénoncée, etc. Donc c’est un dossier lourd. Ça traîne parce que nous avons le pôle judiciaire qui s’occupe de tous ces dossiers-là. Nous en tant que sécuritaires, ce travail nous continuons à le faire. Maintenant nos forces sont adaptées aussi, nos forces de défense et de sécurité ont acquis de l’expérience, elles ont acquis de la mobilité. Donc au lieu d’attendre qu’elles nous attaquent, ce sont nos forces qui les traquent. Ce qui fait qu’ils n’ont pas de répit. Ils n’ont pas la possibilité, la liberté de manœuvres qu’ils avaient avant, aujourd’hui ils ne l’ont plus dans notre pays.

 

Est-ce que Niger peut faire face au défi humanitaire que représente cette guerre contre Boko Haram et les dizaines de milliers de déplacés, de réfugiés que cela provoque ?

Ce sont 150 000 réfugiés aujourd’hui rapatriés, surtout dans la région de Diffa. Ils le sont dans un contexte déjà affaibli : l’année passée, nous avons eu une sécheresse, une crise alimentaire dans cette région-là. Ça fait un peu trop. Les premières contributrices à la gestion de la crise humanitaire, ce sont les populations de Diffa elles-mêmes. D’abord ce sont elles les premières à subir ça et à accueillir ces réfugiés. Ensuite, l’Etat nigérien a investi 35 milliards [de francs CFA]. C’est beaucoup pour nous. Et enfin nous avons mobilisé les organisations humanitaires, les organisations des Nations unies, pour venir en appui à cet effort-là. Comparés aux 200 000 que l’Europe refuse d’accueillir, nous, nous les avons déjà dans une petite région très pauvre. C’est ça l’élément de comparaison.

 

Est-ce que la communauté internationale s’implique suffisamment dans cette guerre contre Boko Haram ?

Pour être franc, non. Nous nous sentons très seuls, le Niger, le Nigeria, le Cameroun et le Tchad. S’il y avait un engagement équivalent à l’engagement de la communauté internationale dans la lutte contre le terrorisme dans la zone sahélo-saharienne par rapport à Boko Haram, évidemment on en aurait fini depuis très longtemps.

Certains au Niger dénoncent une dérive sécuritaire au nom de cette lutte contre Boko Haram. Que répondez-vous ?

Nous avons mis les moyens sécuritaires pour faire face au terrorisme, autant dans le Sahel à la frontière du Mali, à la frontière de la Libye que contre Boko Haram. Nous avons multiplié par dix les dépenses de défense de sécurité depuis que nous sommes là. Mais maintenant si dérive sécuritaire veut dire développement de l’autoritarisme, je ne suis pas d’accord. Le Niger est un pays extrêmement démocratique. Les institutions démocratiques fonctionnent correctement. Nous avons une opposition très active, nous avons une société civile très virulente. Nous n’avons pas de journalistes en prison, nous n’avons pas d’hommes politiques en prison. Le cas de monsieur Hama [l’ancien président de l'Assemblée nationale Hama Amadou accusé d’être lié à un trafic de bébés avec son épouse], il s’agit d’une affaire de droit commun, ça ne nous regarde pas. Mais pour son opinion, pour son activité politique, personne n’est inquiété dans notre pays. Donc on ne peut pas parler de dérive autoritaire.

 

Pourtant le climat politique à six mois de la présidentielle est extrêmement tendu en ce moment avec l’opposition, avec la société civile. Comment l’expliquez-vous ?

Il est artificiellement tendu parce que l’opposition et une certaine société civile très liée à l’opposition n’ont pas de projet démocratique. Leur projet, c’est de mettre fin à l’expérience démocratique, c’est de faire intervenir les forces armées. Ils ont hier été nos adversaires quand on était dans l’opposition parce que, eux soutenaient les régimes autoritaires. Aujourd’hui encore, ils sont nos adversaires parce qu’ils veulent mettre fin à l’expérience démocratique du Niger. Ils l’ont prouvé par le passé, ils veulent le faire cette fois-ci. Nous n’acceptons pas, nous nous battons avec les armes de la loi, avec les armes de la démocratie. En ce qui concerne les élections, pendant quatre ans l’opposition et une partie de la société civile - l’opposition politique maintenant -, n’a pas préparé les élections. Son agenda était essentiellement insurrectionnel. C’était délégitimer le pouvoir, considérer que les institutions n’étaient pas démocratiques et préparer une insurrection et inviter l’armée à mettre fin à l’expérience. Donc au lieu de préparer les élections, pendant longtemps ils ont préparé le putsch. Ils n’ont pas eu le putsch, les élections s’approchent. Il faut bien qu’ils tentent de discréditer à l’avance les élections. Mais là ce n’est pas possible parce que tout simplement, au Niger tout le monde sait comment s’organisent les élections. En amont, les consensus ont été faits, les organes qui sont chargés d‘exécuter les opérations électorales ont été formés de manière consensuelle et ces organes-là sont en train de travailler avec la participation de tout le monde dans la transparence la plus absolue, dans la pure tradition de l’organisation des élections au Niger. Donc ils n’ont pratiquement rien à dire puisqu’ils y sont.

Par Pierre Pinto

07 septembre 2015
Source : http://www.rfi.fr/

Interview