lundi, 21 décembre 2015 09:26

Interview de Oumarou Lawali dit Gago, président du Syndicat régional des commerçants de Maradi : « Le marché central moderne va assurément créer les conditions d’un nouvel essor de l’activité commerciale à Maradi »

Évaluer cet élément
(1 Vote)

Oumarou LawaliMonsieur le président, le commerce est la première vocation des habitants de la ville de Maradi. Comment se porte cette activité?
Je dirais d'abord que c'est là une bonne opportunité que vous m'offrez, en cette occasion de la fête tournante du 18 décembre qu'accueille la Communauté urbaine de Maradi, de dire de vive voix à mon nom, et au nom de tous les commerçants et autres opérateurs économiques, de la région, notre joie, notre gratitude au Président de la République, M. Issoufou Mahamadou et à son Gouvernement pour les importants investissements consentis dans la Région de Maradi. Ce marché moderne va assurément créer les conditions d'un nouvel essor de l'activité commerciale, qui se porte déjà bien à Maradi.

En effet, le tissu commercial et industriel s'étoffe chaque jour, même si pour les unités industrielles, notre préoccupation demeure la mévente et une pression fiscale qui nous handicapent. En effet, plusieurs unités industrielles sont opérationnelles à Maradi, dont certaines récemment créées, mais les charges d'exploitation et les impôts disproportionnés à nos réels chiffres d'affaires sont une préoccupation pour l'industrie locale.

 

Le Gouvernement, qui a réalisé le Marché moderne de Maradi, a associé la Chambre de commerce et les opérateurs économiques dans le processus de sa gestion et de son exploitation. Cela ne s'est pas déroulé sans problème qu'est-ce qu'il en est de votre côté?
Cette réalisation du Marché moderne de Maradi, nous Syndicat des commerçants, nous l'avons saluée comme étant un évènement propre à booster le commerce à Maradi et dans toute la région. Nous étions dans cette euphorie, quand des mesquineries sont apparues depuis qu'il était question de créer une instance pour sa mise exploitation et pour la répartition des boutiques. Moi personnellement, en tant que président du Syndicat des commerçants, j'ai déploré le débat éhonté que certains ont instauré et entretenu à travers télévisions et radios sur une infrastructure que le Gouvernement s'est donné la peine de réaliser pour le bonheur des populations de Maradi.


Ce marché moderne qui a coûté plus de 8 milliards de FCFA ne peut pas, bien évidemment, être géré comme on gère un vulgaire marché rural. Il doit être géré dans les normes modernes d'exploitation pour qu'il présente un équilibre de comptes ne serait que par rapport aux charges d'exploitation de la SOGEMMI (Société de gestion et d'exploitation du marché de Maradi). C'est ainsi que le Gouvernement, en concertation avec la Chambre de commerce et le Syndicat des commerçants et tout ceux qui ont un intérêt, ou ont consenti un investissement quelconque, a tout mis en place à cet effet.


Mais des groupuscules et des personnes, dont certaines ne comprennent rien à l'activité commerciale, ont mis en avant des basses considérations pour opposer les commerçants entre eux ou avec les populations. On a proféré du n'importe quoi en disant que c'est telle personne ou tel groupe de commerçants qui se sont mis dans leur coin pour décider seul ou s'attribuer telle part de boutiques.


Personnellement en tant que président du Syndicat des commerçants, j'ai été insulté et accusé injustement. Mais, les gens ne doivent pas perdre de vue que cette infrastructure moderne a été réalisée pour en réalité le développement des petits et moyens commerçants. Moi, Dieu merci, je ne suis pas dans cette position et face aux accusations de toutes sortes j'étais obligé de jurer sur une Radio internationale pour dire que je ne possède pas la moindre boutique. J'ai trouvé cette attitude irresponsable et j'ai laissé ceux qui l'ont fait avec Dieu et leur conscience.


Ceci dit, maintenant, les choses sont en train de rentrer dans l'ordre et notre souhait est que l'intérêt et le bonheur des populations de Maradi, qui est l'objectif du gouvernement quand il a décidé de réaliser ce Marché moderne, se réalisent pleinement au détriment de ceux qui ne veulent que le mal et le chaos pour cette région et notre pays. Mon dernier mot est de dire merci à cette initiative et à toute autre que le Gouvernement prendra pour l'intérêt de toutes les régions de notre pays, surtout si elle va dans le sens de lutter contre la pauvreté en créant les conditions pour tous les Nigériens de se réaliser honnêtement par leur force et leur initiative pour créer des richesses profitables à tous. Je prie aussi Dieu, le Tout Puissant, pour qu'il descende la paix et la quiétude publique dans notre pays, condition de tout développement.

Mahaman Bako, envoyé spécial(onep)
21 décembre 2015
Source : http://lesahel.org

 

 

Dernière modification le lundi, 21 décembre 2015 10:45

Interview