dimanche, 14 février 2016 20:45

Entretien avec Monsieur Adal Rhoubeid, candidat du MDR-Tarna, à l’élection présidentielle 1er tour du 21 février 2016

Évaluer cet élément
(1 Vote)

Adal Rhoubeid candidat MDR TarnaMonsieur Adal Roubheid, vous êtes candidat à l’élection présidentielle du 21 février 2016. Sur quel programme entendez-vous convaincre les électeurs et électrices nigériens pour qu’ils vous accordent leurs suffrages ?

Effectivement, nous sommes candidats aux élections présidentielles 2016 au titre du Mouvement démocratique pour le renouveau (MDR). Ceci est soutenu par un profond constat de la réalité politique et socioculturelle de notre pays qui nous a poussés à proposer à notre peuple un projet de société pour qu’on puisse changer tout ce que nous voyons et qui nécessite un changement radical. Donc c’est à ce titre que le Mouvement démocratique pour le renouveau (MDR) a un projet de société à proposer au peuple nigérien. Il a été établi suite au diagnostic de la réalité de notre pays. Le Mouvement démocratique pour le renouveau (MDR) pense qu’un pays ne peut se redresser que sur les questions dont nous allons parler c’est-à-dire sa santé, son éducation et sa sécurité. Ces trois points sont les questions sur lesquelles nous créérons les conditions favorables à une nouvelle société nigérienne plus homogène et plus forte.

 

Bien qu’aucun de ces chapitres ne soit plus prioritaire que l’autre, nous allons les exposer et voir dans quelle mesure, le peuple nigérien comprendra notre message d’espoir, notre message pour un lendemain meilleur. Nous allons commencer par la santé, un domaine extrêmement important pour le Mouvement démocratique pour le renouveau. Nous avons l’intention de rénover le coté préventif de la santé, puisque, en tant que médecin, c’est quelque chose qui nous tient à cœur. Et c’est pour cela que le Mouvement démocratique pour le renouveau entend faire de la santé quelque chose de primordiale. En particulier en renforçant toutes nos capacités dans ce qui peut être nommé Programme élargi de vaccination, mais également la prévention de la malnutrition. Ce qui sous-entend donc une lutte contre la pauvreté ; parce que la pauvreté au fonds, est la cause de toutes les maladies et de toute la détresse psychologique et morale d’un peuple. Nous allons également travailler au renforcement de nos structures déjà existantes en termes de structures sanitaires, et d’assurer une plus grande couverture sanitaire de notre pays. Nous savons que c’est disparate, nous en avons conscience, nous savons que des efforts ont été fournis, donc nous mettrons à l’actif tout ce que nos prédécesseurs ont déjà fait.

Au niveau des infrastructures sanitaires, il y a de gros efforts à fournir. C’est pour ca que le Mouvement démocratique pour le renouveau, pour avoir posé le diagnostic de l’insuffisance de ces infrastructures, estime que c’est un des centres d’intérêt pour notre gouvernement futur. S’assurer qu’il ya une correcte couverture sanitaire au niveau du pays. Mais la couverture sanitaire, pas seulement en terme de bâtiment ; il faut une couverture humaine, donc de médecins, des infirmiers… C’est un secteur extrêmement important qui est hélas gangrené par le laxisme, le manque de sérieux au travail. Lorsque nous prendrons les reines de ce pays et que nous ferons preuve de probité morale et de sérieux, nous pensons que nous pourrons combattre efficacement la corruption.

« La santé, l’éducation et la sécurité (…) sont les questions sur lesquelles nous créerons les conditions favorables à une nouvelle société nigérienne plus homogène et plus forte »

Le traité sur lequel reposera le Niger de demain au delà de la santé, sera son éducation. L’éducation ou l’instruction en général est un chapitre extrêmement important dans le programme du Mouvement démocratique pour le renouveau, et nous l’avons établi à deux niveaux. Il y a l’éducation à proprement parler et le service militaire obligatoire en deuxième point. Ils vont ensemble parce que le service militaire obligatoire est un mode d’instruction, un mode d’apprentissage. Donc ce premier chapitre de l’éducation, c’est un truisme de le dire, un peuple qui n’est pas instruit, est un peuple qui n’est pas à l’abri de tous les rapaces souvent issus de nous-mêmes. Donc pour nous l’éducation est une priorité majeure. Nous allons nous y atteler, quitte à mettre tous les moyens nécessaires. Nous pensons que lorsque nous aurons mis à notre actif l’éducation de notre peuple, certainement notre peuple pourra survivre de lui-même. Cette éducation c’est à deux niveaux : le niveau de base et le niveau universitaire. Nous avons fait le constat amer de la faillite du système scolaire public.

Tout le monde sait combien le niveau a baissé ces dernières années. Nous pensons qu’il y a des choses à faire. C’est extrêmement désagréable et décourageant de voir des étudiants à l’université qui sont incapables de s’exprimer correctement en français. Et c’est un drame national parce que ca veut dire que nous avons une bombe à retardement. Donc nous sommes très sensibles à l’éducation et c’est pour cela que lorsque le Mouvement démocratique pour le renouveau prendra les reines de ce pays, les ministres doivent obligatoirement avoir leurs enfants à l’école publique, afin de montrer que l’école publique n’est pas une poubelle. Il faudra également une meilleure formation du corps enseignants car on constate aujourd’hui, et tout le monde le voit, des personnes qui n’ont aucun niveau ou qui ont échoué à l’école, se retrouvent à être enseignants. Il va falloir aussi promouvoir le secteur privé dans l’enseignement ; c’est-à-dire la création des établissements privés au-delà du fait qu’il faut les encadrer pour savoir qui fait quoi. A

u Mouvement démocratique pour le renouveau, nous nous intéressons aussi au niveau universitaire, le niveau scientifique. Il suffit de parcourir l’histoire des nations pour se rendre compte qu’il y a des pays dans ce monde qui n’ont aucune ressource minière, mais par l’éducation et la perfection, sont arrivés à montrer que les peuple c’est la véritable richesse minière.

Nous avons ensuite constaté qu’il y a une très grande fuite de cerveaux. Il suffit d’aller à l’étranger pour voir de brillants esprits nigériens qui sont dans des postes prestigieux, qui aimeraient bien revenir au pays ; mais il faudra pour cela créer les conditions, et qu’ils voient que le Niger n’appartient pas à un parti politique ; que le Niger appartient à son peuple, et que désormais seules les compétences doivent décider de qui doit occuper quel poste. Nous allons promouvoir l’enseignement supérieur en renforçant les capacités de nos universités. Nous n’allons pas battre en brèche ce qui a été fait ; nous allons le parachever. Nul besoin de chercher un 3ème mandat. Nous continuerons ce qui a été fait et nous allons faire en sorte que ce soit au bénéfice de notre peuple. Le Mouvement démocratique pour le renouveau entend innover dans ce domaine, entend rétablir des coopérations internationales pour qu’on puisse avoir un réel transfert de connaissance, un réel transfert de technologie.

Le service militaire obligatoire sera à notre sens, ce qui fait tout de suite la différence entre un pays archaïque ou tout les gens rentrent et sortent comme bon leur semble et une véritable nation. Malheureusement au Niger nous avons constaté l’incivisme, le non respect de ce qui est sacré, c’est-a-dire les couleurs du Niger. Le fait que beaucoup de Nigériens trouve refuge dans le clan ou l’ethnie pour se protéger et arriver au pouvoir, nous pensons que pour battre en brèche tout ceci, il faut faire du service militaire obligatoire une réalité. La première chose que le service militaire obligatoire doit assurer, c’est d’abord de constituer un creuset social, de cimenter le lien entre les Nigériens. Nous réussirons quelque chose qui n’a jamais pu être réussi par d’autres. Au-delà de cet aspect extrêmement important, le service militaire obligatoire sera l’occasion pour nous de préparer notre peuple à se protéger. Le Niger est perpétuellement en danger et nous avons en face de nous un ennemi invisible. Lorsque notre nation sera plus forte à travers ce service militaire, les Nigériens peuvent être capables à chaque instant se lever lorsque la nation va les appeler pour la défendre. Nous aurions alors gagné en sécurité. Il faut bien que les Nigériens le comprennent : le service militaire obligatoire n’est pas de la dictature. Au contraire ce sera le ciment qui permettra aux Nigériens de se fondre dans notre propre armée. De faire de cette armée une armée véritablement nationale et qui intervient dans le développement du Niger. La sécurité de notre pays sera entre les mains des forces armées nationales. Par conséquent toute présence étrangère doit avoir une justification absolue. Pour nous c’est une question de fierté.

Monsieur Adal Roubheid, comment comptez-vous mobiliser les ressources nécessaires à la mise en œuvre de ce programme ?

Evidemment tous ces projets nécessitent des moyens. Des moyens humains, financiers, matériels. Nous pensons pouvoir mobiliser les ressources aussi bien humaines que matérielles pour assurer le financement mais également le fonctionnement de tout ce que nous avions dit. Autant que faire se peut, le financement de nos projets doit avoir une origine interne. C’est une question de souveraineté nationale. Lorsque vous prenez de l’argent avec quelqu’un il décidera de ce que vous allez faire. Nous devrons fournir de gros efforts pour mobiliser les moyens à l’interne. Par conséquent nous devons renforcer les capacités de toutes les structures liées à la mobilisation des ressources, en particulier les impôts, la douane…etc. Insuffler à notre peuple le civisme fiscal. Nous avons besoin d’argent, et cet argent doit venir d’abord de nous-mêmes. Au-delà des ressources liées aux impôts et de tout ce qui est taxes, nous pensons que notre pays est suffisamment riche, en particulier avec les ressources minières. Des accords ont été signés avec des entreprises qui les exploitent. Et sans rentrer dans un chapitre de polémique ou de critique stérile, nous pensons qu’il faudra revoir certains chapitres de ces accords, pour en faire en sorte que l’intérêt de notre nation soit la chose la plus importante. L’autre élément, c’est le pillage anarchique de nos ressources minières. Nous avons de l’or au nord. Et pour avoir mis pied là-bas, nous avions pu voir de milliers de véhicules étrangers venir piller l’or du Niger et s’en aller sans que personne ne s’en émeuve. Je peux vous assurer que si on avait mis un minimum de sérieux pour sécuriser ce secteur, ce pays peut être largement financé par lui-même. Il y a de l’or au Djado ; énormément d’or. Mais la classe politique sous-estime cela.

Evidemment que nous ne pourrons jamais réunir les moyens financiers nécessaires et il va falloir faire aussi appel à nos amis de l’extérieur. Mais nous sommes épidermiques sur une question : aucun accord bilatéral ou multilatéral ne sera signé sur le dos de notre peuple. Avant de signer, nous allons voir si notre peuple y gagne ; s’il ne gagne pas on ne signe pas.

Monsieur Adal Roubheid, si vous êtes élu Président de la République quelle sera la priorité des priorités du programme que vous venez de décliner ?

C’est une question assez difficile parce que les priorités se bousculent. Il est très difficile de dire que c’est telle priorité qui prime sur telle autre. Mais ce qui est certain pour nous, mettre le nigérien à l’abri de la faim est notre priorité absolue. Parce que c’est alors une fois qu’on aura résolu ce problème de famine qui sous-entend aussi la malnutrition, que nous pourrons être écoutés par notre peuple pour qu’il se mette au travail. Nous assurer qu’aucun nigérien, qu’aucune nigérien ne dort le ventre vide.

Onep

15 février 2016

Source : http://lesahel.org/

Groupe Hiza 01

Dernière modification le dimanche, 14 février 2016 20:59

Interview