mardi, 12 juillet 2016 09:00

Interview de SEM. Brigi Rafin, Premier ministre, Chef de gouvernement : «Notre objectif pour le projet Kandadji, c’est le démarrage des premières turbines de la centrale électrique et l’opérationnalisation des aménagements à l’horizon 2020»

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Brigi Niger Niamey abrite à partir de ce matin la première réunion de haut niveau sur le financement du barrage de Kandaji. Présidée par le Premier Ministre, Chef du gouvernement, cette réunion a pour objectif de jeter les bases permettant la réalisation du barrage de Kandaji. Dans une interview qu’il a accordée à la veille de cet événement, le Premier Ministre, revient sur l’importance de ce projet pour notre pays avant de lancer un appel pour une mobilisation sans faille autour de ce projet fédérateur.

Excellence Monsieur le Premier ministre, quel impact ce projet aura-t-il sur la population nigérienne et particulièrement sur la région de Tillabéri ?

Avant de parler de l’impact, je voudrais rappeler que c’est un projet dont les origines remontent à plusieurs décennies. En effet, cela fait au minimum 40 ans, qu’on parle de ce programme. Aujourd’hui nous sommes arrivés à un point où la probabilité de réaliser ce vieux rêve est très forte. C’est la volonté du Président de la République, c’est la volonté du gouvernement, c’est la volonté du peuple nigérien, de réaliser ce grand rêve qui date de plusieurs décennies.

Pour revenir à votre question, je peux affirmer que c’est un projet extrêmement important pour le Niger et pour la région de Tillabéri. Pour le Niger, parce que ce projet est conçu pour booster notamment la production du riz, il est conçu aussi pour une production importante d’électricité donc d’énergie. Cette ressource qui nous fait défaut dans ce pays et une énergie moins chère car elle est produite avec l’eau. Elle convient le plus à un pays comme le notre où les ressources sont rares.

Je disais que ce projet est extrêmement important également pour la population de Tillabéri parce que notre ambition est de créer un véritable pôle de développement dans la région de Tillabéri. Nous voulons que les populations de Tillabéri profitent au maximum des installations de ce grand projet qui va leur permettre d’accroitre les revenus tirés de leurs activités agricoles et des autres activités connexes la pêche, l’irrigation, etc. Cela va rapporter énormément aux populations de Tillabéri.

Un tel projet nécessite le relogement des populations riveraines du fleuve. Quelles sont les dispositions prises à cet effet ?

Évidemment, le relogement de ces populations fait parti intégrante de ce projet. Nous irons vers elles directement pour leur parler, pour étudier avec elles les modalités pratiques de déplacement. Il faut que nous mêmes nous puissions nous organiser pour que la question de réinstallation des populations ne soit plus un problème, que les populations elle-même s’engagent comme nous l’avons fait à leurs noms d’accepter de se déplacer et d’accepter les conditions que nous croyons meilleures de leur installation. Elles seront prises en charge, elles auront les compensations en ce qui concerne la perte de production, elles auront également en terme de terres qui seront aménagées où elles pourront s’adonner à leurs activités traditionnelles d’irrigation notamment de production agricole.

Quel appel avez-vous à lancer à l’endroit des populations nigériennes et particulièrement celles de la région de Tillabéri ?

Je lance un appel aux populations nigériennes pour que nous cessions de croire à certains esprits qui veulent altérer ce grand projet, qui veulent faire croire que ce projet n’a pas d’avenir pour le Niger. Ce projet est salutaire pour le Niger et surtout pour les populations de Tillabéri. J’aimerais lancer un appel particulièrement aux populations de Tillabéri : il faudrait qu’elles adhèrent puissamment à ce projet. Il fut un moment où un appel à contribution a été lancé par de bonnes volontés, par l’Etat y compris les associations, la société civile pour que les Nigériens participent à cette fierté, participent même au financement de cette réalisation salutaire au peuple nigérien.

Je réitère de manière solennelle pour que les Nigériens, dans leur ensemble, et les populations de Tillabéri participent à la réalisation de ce projet que nous voulons voir réalisé dans les 4 ou 5 années à venir. Car, notre objectif, c’est le démarrage des premières turbines de la centrale électrique et l’opérationnalisation des aménagements à l’horizon 2020.

Ce projet contribuera à l’amélioration des conditions de vie des populations. Nous ne devons pas continuer à toujours tendre la main. Nous devons faire en sorte que nous même nous puissions nous nourrir, produire notre énergie électrique et vivre de manière descente.

Réalisée par Traoré Daouda Amadou/CT/AP/PM
12 juillet 2016
Source : http://lesahel.org/

Dernière modification le mardi, 12 juillet 2016 09:35

Interview