mercredi, 03 août 2016 22:16

Interview de M. Mahamadou Moctar El hadji Sabo, président de la section MNSD-Nassara des USA : "C'est le lieu pour moi d'en appeler à l'union et à la solidarité de tous...'

Évaluer cet élément
(1 Vote)

Moctar Sabo Mnsd USA 01Suite aux dernières élections générales, en dépit de son dynamisme avéré, la section MNSD Nassara des USA, n'a malheureusement pas pu réaliser des résultats à la hauteur de ses espérances. Dans l'entretien qui va suivre, Mahamadou Moctar El Hadj Souley Sabo, président de la section MNDS des USA explique les raisons et affirme que le grand MNSD-Nassara peut toujours compter sur sa section. De plus, les dernières élections ne sont pas une fin en soi. Etant donné que c'est sur les erreurs des autres qu'on bâtit sa propre réplique, le MNSD, riche de sa grande expérience de gestion de la vie politique nigérienne, sait que le temps viendra où il aura son mot à dire.

Ce temps n'est de toutes les façons pas très loin, eu égards aux nombreuses dérives et autres errements du régime d'Issoufou Mahamadou. Mahamadou Moctar Sabo El Souley, n'en pense pas moins et lance un appel à tous les militants et militantes convaincus du MNSD-Nassara pour une plus grande mobilisation en vue de la reconquête du pouvoir.

 

PM - Moctar Sabo: Journal le Temps : M. Le président. Qu'est-ce qui explique les résultats très peu reluisants de votre section lors des dernières élections générales ?

 Sabo Moctar : " Merci ! On ne peut pas affirmer d'emblée que nous n'avions pas réalisé un bon score lors de ses élections. Nous avons fait de notre mieux, mais vous le savez bien, nous ne sommes qu'un maillon de la chaîne des élections. Nous n'avons aucun droit de regard sur celles-ci et donc avions pu subir toutes sortes de désagréments dans le processus. Même nos réclamations sont restées sans suite. Bref, il faut dire qu'il y a eu à la place d'élections libres et honnêtes, un scrutin approximatif, bourré d'imperfections et surtout destiné à assurer la victoire du camp du président de la République, candidat à sa propre succession. Voyez aussi comment ; le candidat de l'opposition fût scandaleusement privé de campagne au second tour et Issoufou Mahamadou a pu battre campagne en solitaire, pendant que son alter ego était lui en prison…une première dans les annales en matière d'élections et inimaginable en ce 21 ème siècle! N'est-ce pas ? De plus ici aux États-Unis, notre pays n'a pas satisfait à toutes les procédures légales pouvant permettre la tenue d'un scrutin dans certains États. Il n'y a pas eu de bureau de vote au Canada en raison du chaos dans l'organisation.

 

De manière générale, nous ne parlons pas en ce qui nous concerne, d'élections mais de simulacre….. "

 

Le temps : Ainsi donc, Issoufou Mahamadou a été réélu avec un score flatteur de 92,49%. Plus de cent jours après le début de son deuxième mandat, quel bilan peut-on établir de la situation politique au Niger et quel sort a-t-il réservé à la diaspora Nigérienne ?

Sabo Moctar : " Mais, c'est vous qui êtes sur place qui vivez mieux la situation de notre pays. Je dois toute fois dire que de loin, ce qui nous entendons sur notre pays n'est guère encourageant : un pays endetté, en proie à la corruption généralisée, les détournements de deniers publics, la gabegie, les fraudes lors de l'organisation des concours et examens, un régime qui a maille à respecter les libertés publiques, qui musèle et fait tout pour contrôler la presse, qui n'accepte même pas le simple principe du contradictoire et pire on peut même dire qu'il n'y a plus de justice au Niger puisque seuls les opposants se retrouvent devant elle. A cela s'ajoute les citoyens victimes de complots et diverses accusations dont les preuves tangibles se font toujours attendre. On peut y ajouter la mauvaise gestion avec un gouvernement pléthorique et des élans de promotion de la médiocrité au niveau des cadres et l'émergence d'un certain népotisme…bref la liste est longue. En définitive, je dirais qu'on est loin du fonctionnement d'un pays démocratique au Niger où prévaut l'état de droit.

 

Pourtant rappelons-le, c'est sur cette base que le Niger a été admis au bénéfice du MCC des États-Unis. (Millenium Chalenge Corporation). En plus, en dépit de l'entrée de notre pays dans les rangs des pays producteurs du pétrole, la pauvreté et la faim tenaillent les populations rurales et que dire des épidémies qui font de nombreuses victimes dans les couches les plus vulnérables de la population à savoir les femmes et les enfants ? Et ceci dans l'indifférence totale d'une équipe gouvernementale au train de vie onéreux pour le contribuable nigérien avec notamment un président du pays le plus pauvre au monde qui détient paradoxalement un des records mondiaux en termes de voyages internationaux! Tous les indicateurs sociaux-économiques sont au rouge et rien ne présage d'un meilleur lendemain pour les Nigériens. Et ceci dans la mesure où le bon sens qui aurait conduit à des ajustements est complètement ignoré par cette gouvernance qui semble insouciante quant à l'intérêt public. L'Administration publique ne travaille plus et cela justifie les faibles taux de recettes par les régies financières. Cela entraîne des lenteurs dans l'exécution des programmes du Niger souscrits auprès des bailleurs de fonds. C'est d'ailleurs, ce qui explique les grèves et autres mouvements d'humeur beaucoup fréquents ces derniers temps. Toute cette situation est aussi à l'origine des mauvais résultats enregistrés lors des derniers examens du BEPC et du BAC. Que dire du sempiternel problème de l'insécurité mal pris en charge par les autorités nigériennes et qui ne cesse de faire des victimes dans les rangs des éléments de nos forces de défense et de sécurité? Je profite de l'occasion pour présenter au nom de ma section mes condoléances les plus émues aux familles des soldats tombés sur le champ d'honneur"

 

Le temps : Qu'en est-il de toutes les promesses faites aux nigériens de la diaspora ?

Sabo Moctar : Il faut rendre à César ce qui est à César et force est de reconnaître que sous la présidence d'Issoufou Mamadou, la diaspora a enregistré des gains. Il s'agit notamment de la loi sur la double nationalité, le vote des Nigériens de l'extérieur et aussi leur représentativité à l'assemblée nationale. Toutefois nous devons souligner que cette diaspora ne doit pas être instrumentalisée politisée à l'instar de l'administration nigérienne. Les membres de la diaspora sont des patriotes sincères et il convient dans l'intérêt supérieur du Niger d'utiliser cette force vive pour non seulement des investissements financiers et de conduire le savoir-faire au Niger mais aussi faire rayonner le pays à l'extérieur. Des progrès sont à faire dans ce sens et nous restons disponibles pour y contribuer de façon désintéressée. Mais je tiens à souligner que le respect de l'Etat de droit est fondamental quant à la confiance pour réaliser tous ces investissements. ".

 

Le temps: Si l'on se réfère à l'actualité brulante, le MNSD serait sur le point de conclure une alliance avec le PNDS-Tareyya, parti du président Issoufou Mahamadou. Qu'en pensez-vous ?

Sabo Moctar : " Question délicate à laquelle nous n'avons aucune explication pour le moment. De toutes les façons, si une telle démarche est en cours nous attendons d'être saisis à cet effet par le bureau politique national. La section MNSD des USA tout comme les autres sections ne peuvent aller à l'encontre de la décision du bureau politique national".

 

Le temps : Cela dit, quelles sont les perspectives politiques immédiates qui se profilent à l'horizon pour votre section ?

 Sabo Moctar : " C'est le lieu pour moi d'en appeler à l'union et à la solidarité de tous les militants et militantes du MNSD-Nassara. Ils doivent rester unis et solidaires pour resserrer leurs rangs face à l'adversité. C'est de cette seule manière que nous pourrons garantir la victoire de notre parti aux prochaines élections locales en janvier 2017 et envisager la suite de l'horizon 2021. Ici aux États-Unis, nous sommes sereins et demandons à tous nos militants et toutes nos militantes de ne pas baisser la garde, de se mobiliser comme toujours et mieux envisager l'avenir…pour un Niger démocratique dans la fraternité, le travail et le progrès pour une place honorable dans le concert des Nations".

Z.S

04 août 2016
Source : Le Temps

Interview