mercredi, 03 août 2016 22:59

L’utilisation de gaz butane pour l’amélioration de la production animale : Régénérence du couvert végétal pour un élevage de qualité

Évaluer cet élément
(1 Vote)

chevre Production animale NigerAu Sahel, les recherches ont montré que chez les animaux domestiques la croissance et la reproduction sont surtout affectées par la faible disponibilité et la faible valeur nutritive des pâturages. Quant à la production laitière, son principal facteur limitant est la chaleur. Or, les ligneux à travers l’ombrage offrent un abri propice où les animaux se protègent contre les effets néfastes de la température élevée surtout pendant la saison sèche et chaude.

Encore, pendant toute la saison des pluies dans certaines régions du pays, surtout au Sud (où l’espace est exclusivement réservé aux cultures), les animaux, principalement les petits ruminants sont gardés en stabulation et nourris avec le fourrage ligneux. Encore, on constate dans les grandes villes du Niger l’utilisation des Produits Forestiers Non Ligneux pour assurer l’alimentation du bétail. Il s’agit par exemple des feuilles et fruits des espèces comme Faidherbia albida (Gao), Acacia raddiana (kandili en Haoussa et Bisaw en Djerma) qui se vendent sur certains axes routiers et des points à proximité des marchés à bétail.

D’autre part, rappelons que depuis Novembre 2011, le Niger a commencé l’exploitation de son pétrole. Ce qui lui permet de produire jusqu’à 300000 tonnes de gaz butane chaque année. L’utilisation de ce gaz butane permettra sans nul doute la régénération des massifs forestiers et des parcs agro forestiers. En effet il y aura moins de pression sur les ressources végétales pour des fins énergétiques car rien qu’à Niamey nous consommons environ 334533.50 tonnes de bois énergie par an. L’environnement se régénère et devient beaucoup plus productif. Ce qui contribue efficacement à l’amélioration de la performance de notre système d’élevage à travers une disponibilité permanente de fourrage frais et une réduction d’investissement important (plus de 3.000.000.000 de FCFA par an) de l’Etat pour l’achat de son de blé et de tourteaux de coton afin de pratiquer un élevage moins performant à cause des intempéries climatiques. Notre système d’élevage expose les animaux à la violence des vents, de la pluie, et à la température.

- Une augmentation beaucoup plus rapide de l’effectif du cheptel car un troupeau bien nourri se duplique rapidement, la sous-alimentation étant un grand facteur limitant pour la production animale.

- Une production animale de qualité, en quantité suffisante et de manière permanente. En effet, la régénération de la couverture végétale permettra l’obtention des conditions environnementales propices pour les productions animales.

Ainsi, les Nigériens pourront Nourrir les Nigériens de façon durable et les sécheresses ne seront plus synonymes des crises alimentaires ou de famines au Niger.

Il est donc temps que les Nigériens prennent conscience de l’importance écologique et économique de la couverture végétale et réagissent rapidement pour sa régénération et sa protection. Nous devrons impérativement réduire l’abattage des   ligneux pour des fins énergétiques et consommer le gaz butane dans les ménages.

De même, le gouvernement nigérien doit poursuivre davantage sa politique énergétique préservatrice de l’environnement pour la durabilité de nos systèmes de production en général et le système d’élevage en particulier. Enfin, nous souhaitons tout lecteur du présent article soit vulgarisateur permanent de cette politique d’utilisation de gaz butane dans son milieu pour un   environnement sain et productif.

Moussa Illiassou

Direction Générale de l’Environnement et du Développement Durable

04 août 2016
Source : http://lesahel.org/

Interview