mercredi, 03 août 2016 23:04

Interview de M. Wassalké Boukari, ministre de l’Environnement et du Développement Durable

Évaluer cet élément
(1 Vote)

Wassalke Boukari Assane SoumanaMonsieur le ministre, notre pays célèbre, ce 03 Août 2016, le 56ème anniversaire de son accession à l’indépendance, une commémoration qui met un point d’honneur sur actions de préservation de l’environnement à travers des opérations de plantation d’arbres. Pouvez-vous nous dire, Monsieur le ministre, les activités inscrites au programme de cette édition 2016 ?

Effectivement, depuis 1975, le 03 août, date anniversaire de l’indépendance de notre pays, est aussi consacré Fête Nationale de l’Arbre. Nous sommes donc à la 41ème édition de cet évènement de portée nationale. En effet, outre la cérémonie officielle de lancement organisée dans une région sous le patronage des plus hautes autorités nationales, la plantation d’arbres a lieu simultanément dans toutes les autres régions qui n’abritent pas la cérémonie officielle ; les plantations vont se poursuivre pendant au moins une semaine.

‘’Il est illusoire d’atteindre les objectifs de sécurité alimentaire sans inverser la tendance actuelle de dégradation des terres agricoles et pastorales’’

Au titre de la présente édition, il est prévu les activités suivantes : la nuit écologique qui aura lieu le 2 Août 2016 au Palais de Congrès; plusieurs conférences débats portant essentiellement sur le thème central, l’organisation du concours national sur la lutte contre la désertification et l’attribution des prix, les poèmes dédiés à l’arbre et à la forêt, les plantations sur les sites du boulevard Tanimoune et la forêt classée de Guesselbodi.

Plusieurs innovations sont apportées dans le cadre de cette 41ème édition de la fête nationale de l’arbre. Ainsi, il est notamment prévu une mobilisation des jeunes scouts de l’environnement, des appelés du Service National de Participation, des ONGs et des populations des arrondissements communaux de la ville de Niamey pour effectuer les plantations d’arbres le long du boulevard Tanimoune, dans la Ceinture Verte et dans la forêt classée de Guesselbodi. Il est aussi prévu l’attribution de l’ordre du mérite agricole aux producteurs qui se sont illustrés en matière de lutte contre la désertification.

‘’Seule une prise de conscience générale et un changement de comportement peut nous inciter à mettre en place des stratégies et des plans d’actions appropriées pour inverser la tendance actuelle’’.

   

Quel est le thème retenu pour cette édition de la Fête Nationale de l’Arbre et, selon vous, qu’est-ce qui justifie le choix de ce thème ?

Le thème retenu au titre de l’édition 2016 de la fête Nationale de l’Arbre est: ‘’Mobilisons-nous et changeons de comportement pour la gestion durable de nos ressources naturelles’’.

Le choix de ce thème est justifié par la conviction que nous avons de l’importance du rôle joué par les comportements inappropriés de nos concitoyens sur la dégradation de nos ressources naturelles. Je suis également convaincu que les modes de production et de consommation mis en œuvre par les générations actuelles ont conduit nos sociétés à entamer, dans une large mesure, la part des générations futures dans l’exploitation des ressources naturelles. Seule une prise de conscience de cette réalité et un changement de comportement peut nous inciter à mettre en place des stratégies et des plans d’actions appropriées pour inverser la tendance actuelle.

Au fait, ne trouvez-vous pas qu’il est paradoxal que le Niger, pays sahélien ensoleillé 12 mois sur 12, qui produit du gaz et du charbon minéral, soit dépendant à 77% du bois comme source principale d’énergie ? C’est, du reste, à un changement de comportement que le Président de la République, Chef de l’Etat, son Excellence Issoufou Mahamadou, invite tous nos compatriotes dans leur vie quotidienne tant au niveau de la gestion de nos ressources naturelles, que dans la gouvernance sociale.

Globalement, ce thème vise à véhiculer les messages d’information et de sensibilisation relatifs à un certain nombre d’aspects. Il s’agit de la culture de la protection et du respect de l’arbre par les citoyens ; du renforcement de l’éducation environnementale et de la participation des jeunes dans la protection de l’environnement; de la responsabilisation des jeunes dans la protection de l’environnement, ainsi que de la sensibilisation des acteurs institutionnels et des citoyens pour le respect de la vocation des espaces verts et des périmètres de restauration.

Pour cette édition 2016, le site retenu pour la plantation d’arbres est le nouveau boulevard récemment réalisé dans le cadre du Programme ‘’Niamey Nyala’’, sur plus de 21 kilomètres. Quelles sont les dispositions prises par le Ministère de l’Environnement pour la réalisation de ce beau projet, et aussi sa pérennisation ?

Pour cette édition 2016, l’un des sites retenus est effectivement la plantation le long du boulevard Tanimoune réalisé dans le cadre du Programme ‘’Niamey Nyala’’. Il s’agit de plantations d’alignements qui vont permettre non seulement de contribuer à l’embellissement de ce boulevard, mais aussi de servir à sa protection. Les plants nécessaires aux plantations sont disponibles. La préparation du terrain en vue de la plantation est en cours avec la collaboration de la société SATOM. Sur ce site seront déployés, outre les officiels, des éléments des FDS, les étudiants de la Faculté d’Agronomie, les représentants des ONG et les populations des quartiers traversés par ce boulevard.

‘’Mobilisons-nous et changeons de comportement pour la gestion durable de nos ressources naturelles’’

Les services techniques de l’Environnement seront déployés pour assurer l’encadrement technique. En ce qui concerne la protection, l’entretien et le suivi post-plantation, ils seront assurés par les services techniques sous la responsabilité des arrondissements communaux de la Ville.

On sait, Monsieur le ministre, que chaque année, à l’occasion de la célébration du 03 août, ce sont des milliers d’arbres qui sont plantés dans toutes les régions de notre pays. Aujourd’hui, quelle appréciation faites-vous de l’impact de ces opérations ?

A cet égard, dès ma prise de fonction, j’ai instruit les services concernés pour dresser le bilan au moins des dix dernières années de mise en œuvre des activités de plantation à l’occasion de la fête nationale de l’arbre et de recenser par la même occasion les thèmes des éditions passées. L’évaluation provisoire indique que 46% des sites des plantations réalisées au cours des fêtes nationales de l’arbre, pendant les dix dernière années, ont un taux de réussite se situant au-delà de 60%.

Cette évaluation fait également ressortir une appropriation progressive des bonnes pratiques en matière de récupération des terres par les producteurs agricoles.

Quelle est la place réservée au volet environnement dans le Programme de Renaissance, Acte 2, du Président de la République ? Et à l’heure actuelle, quelles sont les priorités définies ?

La gestion des ressources naturelles est une question transversale dans toutes les stratégies et politiques sectorielles mises en œuvre par le Gouvernement. Ainsi, par exemple, est-il illusoire d’atteindre les objectifs de sécurité alimentaire sans inverser la tendance actuelle de dégradation des terres agricoles et pastorales ? C’est pourquoi le Programme de Renaissance acte II a prévu la récupération des terres agricoles comme l’un des axes majeurs de l’Initiative 3 N ’’Les Nigériens Nourrissent les Nigériens’’.

A ce titre, les activités cibles assignées au Ministère de l’Environnement et du Développement Durable au cours de la période 2016-2021 portent sur la récupération des terres: 1065 000 ha; la fixation des dunes: 182 500 ha; la réalisation des bandes par feux: 200 000 km; la lutte contre les plantes nuisibles envahissantes: 80 000 ha; la Régénération Naturelle Assistée: 350 000 ha. S’ajoutent également des actions comme la production de la gomme arabique pour 200 000 tonnes; la production de 15 000 tonnes de moringa; l’empoissonnement d’au moins 500 mares, et la production de 150 000 tonnes de poissons.

Une question d’actualité, Monsieur le Ministre : la préservation de la Ceinture Verte de Niamey contre les spéculations des agences immobilières qui ont déjà morcelé une bonne partie de ce patrimoine environnemental.

 

Quel commentaire cette situation vous inspire ?

Mes commentaires sont simples relativement à cette question, tout comme par rapport aux tentatives d’accaparement des espaces forestiers de l’Etat d’une manière générale. Ces espaces sont protégées notamment par des lois et règlements dont la loi n° 2004-0040/PRN/MH/E/LCD du 8 juin 2004, portant régime forestier au Niger, et le décret n° 2004-200/PRN/MHE/LCD du 9 juillet 2004, portant protection des Espaces Verts et des Ceintures Vertes.

Ces textes concernent aussi bien la Ceinture Verte de Niamey les forêts classées et protégées et tous les périmètres de récupération des terres dégradées réalisés à grands frais et qui appartiennent à l’ensemble de la communauté nigérienne.

 

Il faut retenir qu’aucun acte ministériel ou d’une autorité municipale ne peut contrevenir aux dispositions d’une loi en vigueur. C’est partant de ce principe que le Gouvernement a décidé d’annuler tous les actes de cession pris en violation des dispositions des textes précités. Il a en outre pris des mesures conservatoires pour suspendre et interdire les constructions en cours, les lotissements qu’ils soient privés ou publics, et ce jusqu’à nouvel ordre.

 

Par ailleurs, un programme d’implantation d’arbres supplémentaires dans tous les espaces perdus à l’intérieur de la Ceinture Verte est en cours d’élaboration. Enfin, des éco-lodges seront hébergés dans la Ceinture Verte pour en faire un parc récréatif au profit des populations de la ville de Niamey.

Assane Soumana(onep)

Interview