vendredi, 30 septembre 2016 05:08

Interview de M. Moctar Kassoum, ministre des Domaines et de l'Habitat : ''Le volet habitat du Programme de la Renaissance Acte II est une opportunité offerte à la grande majorité des ménages nigériens pour accéder à la propriété foncière et immobiliè

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Moctar Kassoum MaradiMonsieur le ministre, à l'instar de la communauté internationale, le Niger célèbre, le 1er octobre de chaque année, la journée Mondiale de l'Habitat. Nous savons bien que l'Habitat est au cœur de l'objectif 11 des 17 objectifs de Développement durable, et que le but est d'assurer, d'ici à 2030, l'accès de tous à un logement et des services de base adéquats, à un coût abordable. Qu'est-ce que le Gouvernement du Niger a entrepris pour répondre à cet objectif ?


Pour répondre à cette préoccupation majeure de nos citoyens, Son Excellence Monsieur le Président de la République a inscrit, dans le Programme de la Renaissance acte II, la construction de logements en ces termes : ''assurer un logement et un cadre de vie décents et à moindre coût au plus grand nombre possible de Nigériens'', à travers notamment la ''réalisation de 5000 logements par an sur l'ensemble du territoire'', soit 25000 logements pour la période 2016-2021. Ainsi, le Ministère des Domaines et de l'Habitat a entrepris la mise en œuvre dudit programme en élaborant une stratégie qui s'articule autour des points essentiels, à savoir la mise en place d'un système de financement de l'habitat efficace et viable, et celle d'un ensemble de textes législatifs réglementaires pour accompagner le développement urbain, notamment la promotion immobilière et la sécurité foncière.

Il y a également la pré-souscription (inscription des demandeurs de logements); la sélection des promoteurs immobiliers; l'acquisition foncière par l'Etat au niveau des chefs-lieux de région ; la viabilisation des sites retenus avant leur mise à disposition ; et l'implication des opérateurs économiques nigériens dans la mise en œuvre de programme.
Vous avez procédé, il y a quelques mois, au lancement du volet Habitat du Programme de Renaissance acte II qui prévoit, sur l'ensemble du territoire national, la construction de 25000 logements sociaux au cours du quinquennat 2016-2021.

Pensez-vous que cette action va permettre à tout un chacun, en particulier aux démunis des villes et des campagnes, d'avoir accès à un logement décent ?
Effectivement, nous avons procédé, en juillet 2016, au lancement dudit programme pour communiquer la stratégie retenue pour sa mise en œuvre et mobiliser tous les acteurs clés à sa réalisation, notamment les promoteurs immobiliers, les responsables des banques, les opérateurs économiques nigériens, les notaires, les assureurs et les dirigeants des centrales syndicales, etc.
Le logement est, tout comme l'emploi, l'un des premiers thèmes de préoccupation des citoyens. Donc, sans discrimination aucune, le programme s'adresse à tout Nigérien jouissant d'un revenu constant et vérifiable, en particulier dans les centres urbains où la problématique est vécue avec plus d'acuité. L'approche envisagée par le programme pour répondre le mieux au besoin et à la solvabilité des différents demandeurs est la construction de logements avec des superficies et des niveaux de services variés, ainsi que la production de parcelles viabilisées pour les faibles revenus.


Ce programme ambitieux du Président de la République n'a pas pu être exécuté au cours du premier mandat. Cette fois-ci, quels sont les efforts que le Gouvernement compte fournir pour soutenir le Ministère des Domaines et de l'Habitat pour la réussite de cette noble opération ?
Certes, le Gouvernement est le plus souvent interpellé par les citoyens qui cherchent à accéder à la propriété immobilière ou foncière. C'est pourquoi, tirant les leçons des contraintes enregistrées au cours de l'exécution du premier programme, notre politique est cette fois-ci axée principalement sur la création des conditions propices à la construction dans le cadre de partenariats public/privé.
Ainsi, la mise en œuvre de ce programme se fera à travers un ensemble de projets qui seront réalisés conjointement par l'Etat à travers ses fonds propres, les privés nationaux et extérieurs à travers le partenariat public-privé, et les pays amis à travers la coopération bilatérale.
Le soutien que l'Etat nous apporte, pour la réussite de cette opération, se résume, entre autres, à accorder aux partenaires engagés dans le programme toutes les facilités administratives, fiscales et financières et la mise à disposition des terrains viabilisés devant servir de sites pour les opérations de construction, ainsi que la fourniture des acquéreurs; la création de la Banque de l'Habitat, de la caisse de dépôts et consignations avec un volet financement du logement social, ainsi que le processus de création d'un Fonds National de l'Habitat qui est aujourd'hui à un stade très avancé; des organes indispensables dans la mise en œuvre de toute politique de logement et d'aménagement; la poursuite de la politique de construction des industries de cimenteries pour abaisser le coût du ciment; l'encouragement de la promotion immobilière privée à travers l'octroi aux promoteurs immobiliers privés nigériens des autorisations de construire des cités et/ou de produire des parcelles viabilisées; la réalisation d'une prochaine opération de construction de 1400 logements sur financement de la banque EXIMBANK de la République de l'Inde.


Monsieur le ministre, est-ce que vous avez l'adhésion des opérateurs économiques et des syndicats des travailleurs du Niger pour la réussite de ce grand projet ?
C'est pour nous assurer de cette nécessaire adhésion que mon département ministériel a mené des actions de mobilisation tous azimuts des acteurs intéressés à un titre ou à un autre par la politique de l'Habitat. Ces actions ont consisté au lancement officiel du programme, à une journée d'information avec la Confédération Démocratique des Travailleurs du Niger (CDTN) et à des rencontres avec, entre autres, les ordres professionnels, les opérateurs économiques, les promoteurs immobiliers, les syndicats des travailleurs, les banques et établissements financiers, les organismes multilatéraux d'appui financier comme le Fonds de Solidarité Africain.
Au cours de la cérémonie de lancement dudit programme, le Président de la Chambre de Commerce et d'Industrie et le représentant des travailleurs ont tous, au nom de leurs membres, salué et encouragé cette initiative louable.
D'ailleurs, des souscriptions pour l'acquisition d'un logement social sont en train d'être enregistrées au niveau des gouvernorats des régions, opération qui nous permettra de constituer une banque de données de demandeurs reflétant le besoin réel de chaque région.


Monsieur le Ministre, quelles sont particulièrement les catégories de personnes visées par ce programme et quelles sont les conditions à remplir pour y accéder ?
Le volet habitat du Programme de la Renaissance Acte II est une opportunité offerte à la grande majorité des ménages nigériens pour l'accès à la propriété foncière et immobilière. Toutefois, les conditions d'acquisition du logement sont entre autres : être de nationalité nigérienne; ne pas être propriétaire d'un logement dans la localité; être salarié(e) et domicilié(e) dans une banque, ou avoir d'autres revenus vérifiables.

Réalisée par Seini Seydou Zakaria(onep)
30 septembre 2016
Source : http://lesahel.org

Dernière modification le vendredi, 30 septembre 2016 05:25

Interview