Sanef 2018

lundi, 21 novembre 2016 12:55

Invité - Hamidou Garba, Gouverneur de Niamey : « Les opérations de déguerpissement vont se poursuivre »

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Hamidou Garba Gouverneur 01Monsieur le gouverneur, selon toute vraisemblance, les opérations de déguerpissement des échoppes, kiosques et boutiques construites illégalement sur la voie publique, ont lieu dans toute la sous région. Notamment au Mali. Pouvez vous nous expliquer pourquoi c’est maintenant seulement que l’administration s’en préoccupe ?

Au moment où le Mali avait engagé le processus de libération de la voie publique, ici au Niger on était en train d’élaborer notre plan d’action à savoir : le dispositif institutionnel, les encombrements de la voie publique, l’insalubrité, la délinquance, le tout soutenu par des images qui reflètent de façon concrète, tout ce que nous dénonçons.

En dépit de ce plan d’action, toutes les conditions n’avaient pas été réunies pour engager le processus. Il a fallu attendre que ces conditions soient réunies pour l’engager.

Ces opérations semblent marquer le pas à Niamey. Est-ce à dire qu’elles sont terminées pour la Capitale?

Tout d’abord je tiens à vous préciser que ces opérations sont des opérations de longue haleine qui se poursuivront progressivement dans le temps.

Cependant, il faut relever que la première étape de l’opération a concerné les alentours des établissements scolaires, des formations sanitaires et les bâtiments administratifs.

Il s’agit de démolir tous les kiosques situés dans ces espaces, de procéder au dégagement des gravats et de gérer les espaces libérés de façon à ce qu’ils ne fassent pas l’objet de réoccupation. Actuellement nous sommes dans cette dynamique.

Sous peu, on enclenchera la seconde étape qui va concerner tous les kiosques situés sur le domaine public et ce dans tous les Arrondissements Communaux comme ce fut le cas lors de la première étape.

Là aussi, il faudrait non seulement démolir mais il faut dégager les gravats et entreprendre des travaux d’embellissement.

Vous conviendrez avec moi que tout cela nécessite du temps et des moyens.

Il se murmure que ces opérations sont ciblées et que certains kiosques dont les propriétaires ont des relations haut placées n’ont pas été touchés ou ne seront pas touchés. Qu’en est –il exactement?

Quand on engage au nom de l’intérêt public des opérations d’envergure, il faut éviter de créer une rupture d’égalité entre les citoyens.

C’est pourquoi je tiens à vous dire que concernant ces opérations, il n’y aura pas de privilégiés, tout le monde sera logé à la même enseigne. Il suffit d’attendre un peu pour constater que tous ceux qui sont dans la même situation que nous dénonçons seront dégagés sans autre forme de procès. Comme disent les Anglais : Wait and see.

Faudra t-il s’attendre à ce que ces opérations se poursuivent prochainement à l’intérieur pays ?

Le Code Général des Collectivités Territoriales à conféré aux autorités municipales le pouvoir de procéder à l’aménagement et à l’embellissement de leur circonscription administrative.

En application de ces dispositions, les opérations pourront bien se poursuivre à l’intérieur du pays. C’est une question de volonté, de moyens et de temps.

Dans la mesure où ces opérations s’inscrivent dans la dynamique de libération des voies et domaines publics et la modernisation des villes, il n’y a, apriori, aucun inconvénient à ce qu’elles s’étendent pas à l’intérieur du pays.

Si certains de nos grandes artères ont été dégagés et qu’on y circule plus facilement, nous imaginons mal que les rues désencombrées restent en l’état avec les détritus? A quoi va servir l’espace récupéré ? Quelle est la prochaine étape ?

La réponse à cette question est contenue dans la question N°2.

Nous avons remarqué que certaines rues où la circulation a été rendue plus fluide , sont maintenant prises d’assaut par les fabas (minibus) qui y font régner une certaine pagaille. Notamment aux alentours du grand marché. Allez-vous prendre des mesures adéquates ?

Les réflexions sont en cours, pour la gestion des fabas-fabas. Une fois terminées les disposions seront prises et mises en exécution. Tous ceux qui vont contrevenir à ces dispositions, seront sanctionnés.

Au-delà des fabas il y a la réoccupation des espaces libérés, là aussi un arrêté du Maire a été pris pour interdire la réoccupation. Ce texte sera publié et diffusé de façon à ce que tout le monde soit informé. A partir de ce moment, les contrevenants verront leurs articles saisis, nonobstant les poursuites judiciaires.

Niamey nyala, ce n’est pas uniquement les rues dégagées, mais également le problème de l’assainissement lié au manque de caniveau pour écouler notamment les eaux de pluies. Pourquoi ne pas profiter des opérations de déguerpissement pour faire d’une pierre deux coups ?

Niamey N’yala est un projet géré par un Haut-commissariat rattaché à la Présidence de la République. Nous travaillons en synergie avec cette structure qui est membre du Comité Interministériel.

Tous les problèmes de la ville sont pris en charge de manière concertée par la région, la ville, et le Haut-commissariat Niamey N’yala.

Là aussi, il convient de préciser que les réflexions sont en cours, et que toutes les dispositions seront prises pour la modernisation de Niamey à court moyen et long terme.

Avez un message particulier à lancer à vos concitoyens guise de conclusion

Je voudrais rappeler à nos concitoyens que ces opérations ne sont dirigées contre personne malgré tout ce qui a été dit.

Elles s’inscrivent dans la dynamique de modernisation de notre capitale. A l’heure où la plupart des capitales de la sous-région sont en pleine métamorphose, il est inadmissible que Niamey soit en marge de cette dynamique.

C’est pourquoi je lance un vibrant appel à tous nos concitoyens pour qu’ils s’inscrivent dans cette dynamique et nous y accompagné.

Propos recueillis par Ibricheick

21 novembre 2016
Source : Haské

Dernière modification le lundi, 21 novembre 2016 17:31

Interview