Imprimer cette page
vendredi, 02 décembre 2016 23:58

Interview du ministre des Enseignements Secondaires, M. Sani Abdourahamane : ‘’Aucun acteur de l’école n’a intérêt à ce que cette situation perdure. Nous devons tous agir pour que la quiétude règne dans nos établissements scolaires’’.

Évaluer cet élément
(1 Vote)

Sani Abdourahamane Min Ens SecMonsieur le ministre, beaucoup de perturbations sont enregistrées depuis la rentrée scolaire d’octobre, rendant ainsi les cours aléatoires dans les établissements. Qu’est-ce qui est à la base de l’exacerbation du climat au sein des écoles et quel est l’état des lieux actuel des Enseignements Secondaires ?
Permettez-moi tout d’abord de vous remercier pour l’occasion que vous m’offrez de me prononcer sur la situation de l’école, notamment celle du sous-secteur de l’Enseignement Secondaire. Je profite de l’occasion aussi pour rappeler qu’afin d’assurer un bon déroulement de l’année académique 2016-2017, mon département ministériel a pris toutes les mesures qui s’imposent.

 

C’est ainsi que dans le cadre des préparatifs de la rentrée, des fournitures en quantité suffisante ont été commandées et acheminées dans toutes les régions. Chaque élève, de la 6ème à la Terminale, a reçu son kit de 10 cahiers, 3 bics bleus, 1 bic rouge, un ensemble géométrique et une ramette de feuilles de copies. Le matériel collectif, à savoir règle, équerre, compas de tableau, cahier de texte, a également été rendu disponible dans tous les établissements.

En ce qui concerne les personnels, les affectations ont été faites à temps pour permettre aux intéressés de rejoindre leurs postes dans les délais. Enfin, pour ce qui est des relations avec nos partenaires sociaux, nous avons mis, dès notre arrivée à la tête de ce département ministériel, un cadre de concertation qui regroupe, outre le Ministère, toutes les sensibilités syndicales du Secondaire. Cela nous a permis de maintenir le dialogue avec tous.

" Aucun acteur de l’école n’a intérêt à ce que cette situation perdure. Nous devons tous agir pour que la quiétude règne dans nos établissements scolaires’’

Malgré toutes ces dispositions propres à assurer un climat de sérénité dans nos écoles, nous enregistrons des mouvements de grève aussi bien des élèves que des enseignants, ce qui réduit chaque jour le temps scolaire et, par voie de conséquence, la qualité du processus d’enseignement/apprentissage.

Le corps enseignant est également sur le pied de guerre, posant des revendications à caractère pécuniaire. Quelle est la situation des enseignants sur le plan salarial ?

Comme vous le savez, les enseignants contractuels sont recrutés par les régions. Le paiement de leurs pécules se fait à travers des Autorisations de Dépenses (AD) envoyées aux régions. Les retards que l’on continue d’observer hélas, sont le plus souvent dus au fait que certaines régions ne sont pas en possession des liquidités suffisantes pour faire face à ces charges et doivent, par conséquent, attendre leur approvisionnement par la portion centrale. En dépit des difficultés conjoncturelles, le Gouvernement a pris l’engagement de ne plus enregistrer de retard de paiement à partir de ce mois de novembre et d’éponger tous les retards de pécules et de bourses enregistrés jusque-là dans les meilleurs délais.

Monsieur le ministre, peut-on espérer, dans les jours à venir, une issue heureuse pouvant permettre le bon déroulement des cours dans les écoles ?

Avec l’engagement ferme pris par le Gouvernement, engagement qui, inchah ALLAH, sera tenu, nous avons bon espoir que l’année académique 2016-2017 se déroulera normalement et se terminera avec éclat par des examens propres avec des résultats encore plus probants.

Pour terminer, je tiens à dire qu’aucun acteur de l’école n’a intérêt à ce que cette situation perdure. Nous devons tous agir pour que la quiétude règne dans nos établissements scolaires, pour que le système éducatif fonctionne normalement. C’est cela notre raison d’être, que nous soyons autorités éducatives, enseignants, syndicalistes, parents d’élèves ou même élèves.

Propos recueillis par Oumarou Moussa(onep)
03 décembre 2016
Source : http://lesahel.org/

Dernière modification le lundi, 10 avril 2017 21:52

Dernier de Nigerdiaspora