mercredi, 07 décembre 2016 22:36

Entretien avec le Directeur régional du génie rural de Dosso : La direction a enregistré plusieurs réalisations dont celles des 863 puits maraîchers selon Arachi Dillé

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Avec une superficie de 31.000 km2 dont 2% de la superficie totale du pays, la région de Dosso qui est divisée en 8 départements se présente comme un vaste plateau légèrement incliné du nord-ouest entaillé par de grandes vallées sèches que sont les dallols Maouri, Bosso et Foga suivant la direction nord-sud. L’extrême sud de la région est limité par la vallée du fleuve qui la borde sur une longueur de 180 kms. Du point de vue pluviométrique, la région de Dosso dispose d’un potentiel irrigable très dense de plus de 1.700.000 ha.

La sécurité alimentaire passe nécessairement par la possibilité de nos producteurs à produire toute l’année.

Et cela demande la maîtrise de l’eau afin d’intensifier les cultures sous irrigations axe prioritaire du programme d’accélération de l’Initiative 3N dont le génie rural a la maîtrise d’œuvre. Au cours d’un entretien qu’il nous a accordé, le directeur régional du Génie rural de Dosso, M. Arachi Dillé, s’est longuement appesanti sur les interventions du génie rural, avant d’évoquer les perspectives pour l’année 2017.

Monsieur le directeur, comment se présente la direction régionale du génie rural de Dosso et quels sont ses domaines d’interventions ?

La direction régionale du génie rural de Dosso est composée de 32 agents dont 15 cadres supérieurs, 10 du niveau moyen 7 auxiliaires répartis dans 8 directions départementales et 2 services communaux. Comme logistique, la direction dispose de 6 véhicules hérités des projets dont 4 en mauvais état et 8 motos. Sur le plan matériel, la direction régionale du génie rural dispose de matériels topographiques dont une station totale et une table traçante.    

Les domaines d’intervention de la direction régionale sont la déclinaison des attributions dévolues à la Direction Générale du Génie Rural par le Ministère. Il s’agit, entre autres, dans le volet Aménagements hydrauliques, des actions se rapportant aux aménagements hydro-agricoles, aux retenues colinéaires, aménagements des cours d’eau, aménagement des bassins versant, à l’aménagement des Bas-fonds, à la maîtrise des crues des bas-fonds, et aux ouvrages de captage des eaux souterraines.

Dans le volet Défense et restauration des sols, les actions portent sur le drainage et remembrement des terres agricoles et pastorales, les équipements ruraux (pistes rurales, magasins de stockage, de conservation et de transformation des produits agricoles, machinisme agricole, froid, énergies nouvelles et renouvelables).

Quel bilan tirez-vous des réalisations au cours de ces dernières années ?

De 2011 à 2015, la Direction régionale du génie rural de Dosso a aménagé 1.252 ha en petite irrigation. Pour la grande irrigation, c’est 158,5 ha de nouveaux aménagements hydro-agricoles qui ont été créés et 92 ha d’anciens aménagements hydro-agricoles réhabilités. Pour les fermes agricoles, il a été réalisé 105,5 ha. A cela s’ajoutent 14 mares aménagées et 1.498 forages maraîchers réalisés. Les réalisations ont aussi porté sur 24.080 mètres linéaires de réseau californien placés ainsi que 1.227 motopompes placées.

D’autre part, il a été réalisé 863 puits maraîchers et construit 4 magasins de stockages de 1.000 tonnes chacun. Sur le plan du désenclavement, 66,9 km de nouvelles pistes ont vu le jour, 5 barrages ont été réhabilités et un autre barrage construit. Les autres réalisations ont trait à la construction de 2 seuils d’épandage, la construction de 169 banques céréalières et 52 boutiques d’intrants.  

Toutes ces réalisations ont été financées par l’Etat et ses partenaires que sont la Coopération Luxembourgeoise (NIG018), l’Union Européenne (PADSR), les programmes de la Banque mondiale (PACIII, PACRC, PRODEX, PGRC DU), la Coopération Belge (PAMED II, PAAPSSP) ; la Coopération Suisse (PASEL), les financements de l’UEMOA et du MCC, pour un montant de plus de 6 milliards de francs CFA.

Quelles sont les difficultés que rencontre la direction régionale du génie rural de Dosso ?

Parmi les principales difficultés que nous avons relvevées au cours de l’exécution de ces actions, on peut citer l’insuffisance du personnel ; l’insuffisance du matériel roulant (véhicules et motos) et équipements techniques (matériel topo, labo sol) ; l’insuffisance des moyens de fonctionnement ; la vétusté de nos locaux ; le manque des moyens d’auscultations et entretien des ouvrages, ainsi que le non-respect des délais d’exécution des travaux par les prestataires (bureau d’étude et entreprise).

Quelles sont les activités programmées pour 2017 et les perspectives ?

Pour l’année 2017, la Direction régionale du Génie rural de Dosso a inscrit un vaste programme de réhabilitation des périmètres hydro-agricoles dont le plus important portera sur l’aménagement de nouvelles terres d’une superficie de 2946 ha pour un montant de 2.414.792.000 francs CFA. Le périmètre fruitier de Gaya sera aussi réhabilité sur une superficie de 6 ha. L’enveloppe qui sera dégagée à cet effet proviendra du budget national pour 598.000.000 de francs CFA. Les aménagements hydro-agricoles de Sakondji, Kessa et Tara seront eux aussi réhabilités. Une superficie de 167 ha concernera ces trois sites qui seront financés par le PGRC-DU pour une somme de 417.500.000 francs CFA.

A Gaya, le périmètre de Gatawani Kaïna sera aménagé sur une superficie de 138 ha.

Le financement provient de l’UEMOA pour une enveloppe de 1.110.000.000 de francs CFA.

Afin de mener à bien la mission de la direction régionale du génie rural de Dosso, des besoins ont été formulés : il s’agit du renforcement des différents services de la direction avec l’affectation de 7 cadres de conception, 10 cadres d’exécution, 10 auxiliaires (gardiens, plantons et chauffeurs), la dotation de 8 véhicules tout terrain neufs, 8 motos de type DT 125, 2 stations totales et accessoires, 3 tables traçantes, 9 unités informatiques dont une unité par département ainsi que la construction et la réhabilitation des locaux pour un coût estimé à 122 millions de francs CFA.

Propos recueillis par Mahamane Amadou ONEP- ANP / Dosso

08 decembre 2016
Source : http://lesahel.org/

Dernière modification le mercredi, 07 décembre 2016 22:42

Interview