INTERVIEW.

Soumana Sanda 1 Le Courrier : A une semaine du congrès de votre parti où en sont les préparatifs ?

Soumana Sanda: les préparatifs vont bon train avec comme première étape l’organisation des conférences régionales conformément aux dispositions des articles 59 et 60 du règlement intérieur. A l’heure où je vous parle, les coordinations de Maradi, Dosso et Tillabéry ont déjà tenu leurs assises, Niamey le fera le jeudi 10 septembre, Tahoua, Diffa et Agadez le vendredi 11 septembre.

Hassoumi Massaoudou ParisCette année, entre 80 000 et 120 000 migrants d’Afrique subsaharienne seront passés par le Niger pour se rendre en Libye et tenter de traverser la Méditerranée à destination de l’Europe. Comment le Niger fait face à ce flux ? Où en est le pays dans sa guerre contre Boko Haram ? A six mois de l’élection présidentielle, le climat politique est particulièrement tendu. Hassoumi Massaoudou, le ministre de l’Intérieur du Niger est l’invité de Pierre Pinto.

Abdoulaye AssaneAprès la tenue de la 36ème édition du Sabre National à Agadez en mars dernier, votre fédération a été encore très active. Quelles sont les activités que vous avez menées depuis lors ?
Lorsque nous étions arrivés à la tête de la Fédération Nigérienne des Luttes en 2011, nous avions établi un programme sur quatre années. L’année 2015 constitue la 4ème année, et nous devions continuer à dérouler notre programme comme prévu.

Mamouda Mahaman BacharDans le cadre des élections générales que le Niger compte organiser en 2016, le Gouvernement, à travers la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) et la Coordination nationale du fichier électoral biométrique (CFEB) a entrepris une campagne de recensement électoral depuis le mois de mai dernier. 

 

Moussa Kaoura BachirDans le cadre des réformes économiques engagées par les autorités de la 7ème République pour booster l’entrepreneuriat et améliorer le climat des affaires au Niger, une structure dite ‘’Maison de l’Entreprise’’ a été créée. Mais, les autorités ne se contentent pas seulement de créer les structures, elles les mettent aussi dans les conditions de fonctionnement.

Ali Demba 1Le Niger était aux premières loges de la scène cinématographique du continent africain grâce à des grands cinéastes et réalisateurs dont Oumarou Ganda, Moustapha Alassane. Une époque dont on parle avec nostalgie, en se demandant si le cinéma nigérien n’évolue pas à reculons. Dans cette interview, le directeur général du CNCN, M. Ali Demba, qui croit en une renaissance du cinéma nigérien, sur la base de ses potentialités, avec la nouvelle génération de jeunes cinéastes, aborde les contours de la problématique cinématographique au Niger. 

 Donko Djagou BalogouDans quel contexte situez-vous ce séminaire sur l'accès aux médias en période électorale qui se tient ici à Niamey ?

Ce séminaire intervient au lendemain de la présidentielle au Togo qui nous a permis de tester les instruments juridiques qui sous-tendent la régulation des médias au Togo.

Abdourahamane Ousmane interview 1Les Pays membres du Réseau des Instances Africaines de Régulation de la Communication (RIARC) se sont réunis mardi et mercredi derniers à Niamey. L'objectif de cette rencontre est de ''contribuer à l'organisation d'élections libres, honnêtes et transparentes dans les pays membres du RIARC, à travers une régulation indépendante et équitable des médias en période électorale.

Ousseini SalatouM. Salatou, vous êtes, à l’ARDR, pour des élections locales d’abord. Pourquoi ?

Parce que simplement c’est ce que veut la loi. Nous l’avons toujours dit et répété, nous sommes des légalistes. Nous nous fondons sur ce que prévoit la loi pour défendre notre choix, contrairement à nos adversaires qui veulent faire prévaloir leur grand nombre pour imposer au Niger une séquence électorale qui leur permettra par la suite de manipuler à leur guise la suite du processus électoral.

Ali Idrissa RotabUn tiers de l’uranium utilisé dans les centrales nucléaires françaises provient des mines exploitées par Areva au Niger, l’un des pays les plus pauvres de la planète. Sous la pression de la société civile, le gouvernement nigérien a souhaité obtenir du groupe nucléaire français un partage plus juste des revenus de l’uranium. Aujourd’hui, plus d’un an après l’annonce en fanfare de la signature d’un accord, les nouvelles conventions fiscales entre le Niger et Areva n’ont toujours pas été publiées. Entretien avec Ali Idrissa, coordinateur du Rotab et de la branche nigérienne de l’initiative « Publiez ce que vous payez ».

Page 8 sur 23

Interview