INTERVIEW.

Aziz Larabou Niger AirlinesMonsieur le Directeur général, votre société a acheminé les pèlerins nigériens; comment s’est déroulée cette opération pour le moins tardive ?

Effectivement, nous avons été sollicités par l’Etat pour l’édition du Hadj 2016 en vue de transporter les pèlerins nigériens aux Lieux Saints de l’Islam avant la fermeture des aéroports saoudiens. Nous avons commencé les vols à partir du 28 août et ces vols ont pris fin le 6 septembre dernier. Au total, nous avons acheminé 11.500 pèlerins en 26 vols directs sur Médine.

 

Ide Issaka COSNIM. le président, vous revenez de Rio de Janeiro où le Niger a brillé de mille feux à l’occasion des Jeux Olympiques 2016. Quel bilan tirez-vous à l’issue de cette prestigieuse campagne ?

Je voudrais de prime abord remercier l’ONEP pour son soutien. Cette campagne a été une réussite sur tous les plans grâce à l’engagement de toute notre Nation, avec en tête les plus hautes autorités de notre pays, qui ont cru en notre champion, en la Fédération Nigérienne de Taekwondo, et au COSNI, initiateur du lobbying.

Le bilan est positif, parce qu’aujourd’hui, grâce aux résultats glanés à Rio, le blason du sport nigérien est redoré, de nouvelles perspectives s’ouvrent à nos athlètes qui ont de réelles ambitions de suivre l’exemple de notre champion Alfaga. A Rio, notre pays, qui a toujours été confondu au Nigeria, a su faire son entrée dans la cour des grands. Quarante-quatre ans après la belle médaille de Daboré, un autre Nigérien est monté sur le piédestal des vainqueurs de l’olympiade.

Hamidou Garba Mamadou gouverneur NiameyLes autorités administratives et communales ont lancé une opération de libération d’espaces publics dans la capitale. Dans une interview qu’il a accordée à Sahel Dimanche, le gouverneur de la Région de Niamey revient sur les tenants et aboutissants de cette décision qui n’est pas sans conséquence sur les activités économiques des habitants, mais aussi sur celles envisagées pour améliorer le cadre de vie des populations.

Monsieur le gouverneur, la région de la capitale dont vous êtes le gouverneur vient d’engager une grande campagne de déguerpissement des commerces et autres installations dans les espaces publiques. Pourquoi une telle décision et quel est son intérêt?

Kadri Attawell AboubakarMonsieur le Directeur général, au Niger, on parle beaucoup de l’artisanat. Comment peut-on définir aujourd’hui un artisan ?

Pour définir l’artisan, il faut savoir d’abord ce que c’est que l’Artisanat. Au sens strict, et de manière générale, l’artisanat est la pratique par une personne ou un groupe de personnes physiques, d’une activité avec une prédominance de travail manuel. Pour rappel, en 1992, le Niger a adopté l’Ordonnance N° 92 – 026 du 7 juillet 1992, portant Orientation de la Politique Nationale sur le Secteur Artisanat, appelée aussi Politique Nationale de Développement de l’Artisanat (PNDA). Cette Politique a donné une définition plus large de l’Artisanat désigné comme un secteur constitué de deux grands groupes :

Habi Mahamadou SalissouMonsieur le ministre, le département ministériel chargé de la Ville et de la Salubrité Urbaine est un nouveau portefeuille. Quelles sont concrètement ses attributions ?

Je vous remercie très sincèrement de m’avoir donné l’opportunité pour parler dans vos colonnes de ce département ministériel nouveau qui résulte de la volonté du Président de la République, Chef de l’Etat, S.E Issoufou Mahamadou. Celui-ci a l’ambition de transformer radicalement et positivement tout le Niger en général et particulièrement nos villes. C’est pourquoi, à l’occasion de la formation du 1er gouvernement de la 2ème mandature, il a décidé de créer un ministère de la Ville et de la Salubrité Urbaine. Ce qui est une première au Niger. Ce ministère a pour mission principale la mise en œuvre du Programme de Renaissance acte II du Président de la République, Chef de l’Etat, dans la gestion de nos villes.

Cheick Bello Garba CohoMonsieur le commissaire, la date du Hadj s’approche quel est le niveau des préparatifs au niveau COHO ?

Quand vous parlez de la date du Hadj, nous, nous avons en vue le 11 septembre 2016. C’est le jour d’Arafat, c’est ça la date du hadj Akbar. C’est dire qu’on doit tout faire pour que nos pèlerins soient sur le territoire saoudien 3 ou 4 jours avant cette date là, jour du rassemblement à la Mecque.

Sani Abdourahamane MinM. Sani Abdourahamane, ministre des Enseignements SecondairesMonsieur le ministre, vous avez lancé le 15 août 2016 l’opération de mise en place des fournitures scolaires devant servir durant l’année académique 2016-2017. Comment se déroule-t-elle au regard de la saison des pluies qui rend beaucoup de routes impraticables et de l’insécurité dans la région de Diffa ?

Effectivement, comme vous l’aviez souligné, nous avons lancé depuis le 15 août 2016 l’opération de mise en place de fournitures scolaires et matérielles pédagogiques au niveau des huit (8) régions de notre pays dans le cadre des préparatifs de la rentrée scolaire 2016/2017. Cette opération concerne, dans un premier temps, 84.593 lycéens qui effectueront leur rentrée le 15 septembre 2016. Elle concerne également les élèves des collèges des régions d’Agadez et de Diffa. Bien que l’opération se déroule pendant la période hivernale, la mise en place de ces fournitures se passe dans de bonnes conditions. A titre d’exemple, les fournitures des régions de Tahoua, Zinder, Maradi, Diffa, Dosso et Agadez ont été réceptionnées le 18 août 2016 au soir. Quant à celles de Tillabéri et Niamey, toutes les dispositions sont prises pour qu’elles soient acheminées au plus tard le mardi 23 août 2016.

Amadou Idrissa Bokoye Environnement"Environnement-Climat : Menaces et opportunités de développement pour le Niger?"
Journal le temps: l’année 2015 a vu la signature d’un accord historique sur le climat a Paris  lors de la 21 éditions de la conférence mondiale sur le climat de 2015 a Paris. Pouvez-vous nous préciser  Dr Bokoye, que représente cet accord notamment pou des pays comme le Niger et à quoi faut-il s’attendre comme suite?

Dr Bokoye: Permettez-moi d’abord de vous remercier pour cette opportunité que vous m’offrez de sensibiliser l’opinion publique quant aux défis et enjeux en matière d’environnement  et de développement durable. En effet, la diment communication est d’une importance capitale pour adresser ceux-ci via une prise de conscience des populations. Et la presse doit jouer un rôle sur ce plan dans l’optique d’une meilleure compréhension de la problématique environnementale et l’adoption d’actions et de modes de vie sains au regard du cadre de vie et la santé.

Moustapha KadriMonsieur le Secrétaire général, le Niger est un grand producteur d’oignon sur le plan sous-régional. Pouvez-vous nous donner une idée des potentialités de notre pays en matière de production de cette denrée ?

Je vous remercie de cette opportunité que vous me donnez de parler de l’oignon nigérien et des efforts qui sont faits pour le développement de cette filière. Il faut dire que depuis une cinquantaine d’années, la production de l’oignon a pris une importance socio-économique considérable au Niger. Avec une croissance de production rapide allant de 170000 tonnes dans les années 90, à plus de 783134 tonnes sur une superficie de 37457,98 hectares, avec un rendement moyen de 20,9 t/ha (MAC, 2014), le Niger demeure le premier pays exportateur d’oignon en Afrique de l’Ouest. Cette position lui confère un avantage comparatif réel par rapport aux autres pays de la sous-région. La filière oignon représente aujourd’hui un des piliers économiques les plus importants du pays car elle concerne plus d’un million d’intervenants et rapporte plus de cinquante (50) milliards de francs CFA à toute la chaîne. Il faut noter que plus de 80% de la production est destinée à l’exportation. En plus de ses possibilités de production toute l’année, la variété‘’Violet de Galmi’’ est très appréciée en Afrique et au-delà. Ainsi, le volume et la période de production varient d’une région à une autre. A elle seule, la région de Tahoua représente 60% de la production nationale.

Monsieur le directeur, veuillez nous présenter la Direction des Transports de Diffa dont vous avez la charge.

Le service des transports a été créé en 1984 à Diffa. Il a été érigé en Direction Régionale des Transports Terrestres par arrêté N°82/ME/I/T/DGT du 22 juillet 1999. Un Centre Technique des Transports a été créé à N’Guigmi en 2007. Mais celui-ci n’est pas opérationnel depuis 2009 par manque d’activités. La Direction Régionale des Transports comprend les services suivants: un secrétariat ; un service des transports routiers ; un service des transports ferroviaires, maritimes et fluviaux ; et un service de la circulation et de la sécurité routières. La direction a un effectif de huit (08) agents.

Page 3 sur 23

Interview