Interview

M. Mouctar Mamoudou, Président de la Délégation Spéciale de la Ville de Niamey : «La gestion de notre capitale est une affaire de tous»A la tête de la capitale nigérienne depuis un peu plus de deux ans, M. Mouctar Mamoudou, met en œuvre plusieurs programmes et projets pour faire de Niamey une ville coquette, ‘‘Nyala’’, où il fait bon vivre. Faire de cette vitrine nationale une capitale moderne, comme le souhaitent les Autorités de la 7ème République, sous la houlette du Président de la République, Issoufou Mahamadou, tel est aussi le rêve de M. Mamoudou, qui ne ménage ni son temps ni les moyens, pour l’atteinte de cet objectif. La communication, l’information et la sensibilisation sont les outils appropriés qu’il utilise pour faire adhérer la population à cet idéal. Les obstacles n’en manquent pas. Dans cet entretien, il nous parle du chemin parcouru sur cette trajectoire, les obstacles rencontrés au quotidien mais aussi les perspectives pour Niamey-Nyala.

A la faveur des préparatifs de la Conférence de l’UA 2019, la ville de Niamey a bénéficié d’importantes infrastructures modernes. Comment compter vous capitaliser ces acquis ?

Je dois d’abord dire que, jamais dans son histoire, la ville de Niamey n’a connu un tel intérêt et une telle dynamique ainsi qu’une volonté politique de ci-haut niveau. Le Président de la République, SEM Issoufou Mahamadou a eu la belle initiative de dédier à la ville de Niamey un Programme spécial, appelé Programme ‘‘Niamey-Nyala’’ ou Niamey la coquette. Ce programme est une grande ambition, celle de faire de Niamey une grande ville. Et cela à travers la dotation d’infrastructures et équipements structurants. Aujourd’hui, cela est une réalité et a permis à tous les pays africains de faire confiance au Président de la République, Issoufou Mahamadou, de faire aussi confiance à la ville de Niamey pour accueillir le plus grand sommet de notre continent. Il est unanimement reconnu que ce sommet a été un grand sommet, une vraie réussite et un succès total et cela à tous points de vue. La ville de Niamey a su accueillir l’Afrique chez elle, elle a su organiser ce sommet dans des très bonnes conditions de sécurité, d’hospitalité. Elle a su mettre à la disposition de ses hôtes des équipements adéquats pour leur séjour. Ce défi a donc été relevé par la volonté de tous, chacun et chacune s’est investi et à contribuer à cette réussite. Maintenant, le sommet de l’UA est passé. Reste la sauvegarde et la pérennisation de ces acquis. La ville de Niamey est en train de s’investir, avec tous les acteurs, pour sauvegarder ces acquis. Mais aussi pour continuer à faire de notre capitale une ville Nyala. L’ambition du Président de la République pour la ville de Niamey se poursuit. Pour cela, il faudrait aussi une implication, une mobilisation et surtout un changement de mentalité et de comportement de toute la population de Niamey. Un changement, dis-je pour s’approprier toutes ces réalisations, faire siennes de toutes ces réalisations. Que ça soit les routes, les hôtels, les échangeurs, les espaces publics aménagés, les bénéficiaires de tout cela c’est avant tout la population de Niamey. Donc ces populations doivent prendre soin de tous ces investissements et de toutes ces réalisations, en ne commettant pas des dommages là-dessus, en empêchant qu’on y commette des dommages, en les protégeant. C’est d’ailleurs, pour cela que nous avons mis en place des comités de quartiers, autour de ces comités nous avons réunis toutes les organisations sociales, civiles comme militaires, nous avons aussi initié plusieurs programmes, comme I-Nyala, qui est une plateforme interactive, il y aussi le numéro vert, pour permettre une interaction avec la population, nous avons aussi dédié une journée pour Niamey-Nyala, qui est le 1er dimanche de chaque mois, nous avons lancé le concours du quartier le plus propre, mais aussi Nyala Challenge. Tout récemment, nous avons lancé l’évènement Nyala Bayan Sallah, qui est une initiative qui a pour objectif d’inscrire la salubrité dans notre culture, dans notre tradition et dans nos habitudes. Car nous estimons que, de la même manière qu’avant une fête chaque famille apprête son ménage, il doit, tout autant, le faire aussi après la fête. Cela n’est ni plus ni moins qu’une question de bon sens. Cette opération de Niamey Bayan Sallah sera répétée à chaque fête. Certes nous demandons la compréhension, la mobilisation et l’association de la population dans le cadre des initiatives que nous proposons mais nous devons aussi créer des cadres, donner des outils qui peuvent permettre à cette population de nous suivre et d’agir. Nous comptons continuer dans cette démarche pour que s’instaure dans la ville de Niamey une véritable dynamique de prise en charge de la gestion urbaine. Cette responsabilité urbaine va au-delà de la responsabilité collective, qui est celle des autorités, aller jusqu’à la responsabilité individuelle. Chacune et chacun doit comprendre que la gestion de notre capitale est une affaire de tous. Aujourd’hui les agents de la Mairie sont constamment sur le terrain, de nuit comme de jours, pour rendre la ville propre. Cependant, il y a deux phénomènes qui entravent ce processus. Il y a d’abord que là où nous nettoyons d’autres salissent. Nous devons faire en sorte que cela s’arrête par la sensibilisation et la communication. Il y a aussi le fait qu’au moment où nous prenons en charge tous ces espaces, il y a des ménages qui ne font rien. Alors nous devons créer les conditions pour amener chaque ménage à prendre en charge son périmètre de vie.

Imprimer E-mail

Interview