Forfaitt-ORANGE-4G

Interview

Pouvez-vous nous faire succinctement la présentation de votre entité administrative ?
Nous vous remercions de l’intérêt que vous accordez à notre département à savoir le département de Magaria. Notre entité administrative se situe dans la bande Sud de la région de Zinder couvrant une superficie de 3.699 km2. Sa population est estimée à 579.181 au Recensement Général de la Population et de l’Habitat de 2012 avec une densité de 158 habitants/km2. Le département de Magaria est limité à l’Ouest par le département de Kantché, à l’Est par le département de Doungas, au Nord par le département de Mirriah, et au Sud par la République Fédérale du Nigéria. Sur le plan administratif, le département compte sept communes au nombre desquelles la commune urbaine de Magaria et six communes rurales à savoir Bandé, Dantchiao, Kwaya, Sassoumbroum, Wacha et Yékoua. Le département comprend quatre cantons notamment celui de Bandé, Dantchiao, Wacha et Magaria. Il comprend trois groupements nomades dont celui de kakitama, Maïdamoussa et celui de Sassoumbroum. Le département se trouve dans la zone sédentaire. Les principales activités des populations sont l’agriculture, l’élevage et le commerce. La population est essentiellement composée de haussas, de touarègues et de peulhs qui vivent en parfaite cohésion.

Quelles sont les relations que vous entretenez avec les localités frontalières de la République Fédérale du Nigéria ?
Nous pouvons vous rassurer que nous entretenons des bonnes relations avec nos voisins du Sud. Dans le cadre de la CEDEAO, il a été mis en place le corridor permettant de garantir la libre circulation des personnes et des biens entre nos localités respectives. Nous travaillons parfaitement à travers ce corridor avec les localités de Babura et Daoura. Nous avons une patrouille frontalière de la police frontalière de Tinkim qui œuvre bien avec la patrouille frontalière de Babura en vue de coordonner et de maîtriser la situation tout au long de la frontière. Nous avons récemment rendu une visite de courtoisie au premier responsable de Babura avec qui nous avons passé en revue la question sécuritaire. Nous avons décidé à cet effet de conjuguer nos efforts tout au long de la frontière pour endiguer le banditisme résiduel. Les résultats sont aujourd’hui satisfaisants.

Imprimer E-mail

Interview